Anne Hidalgo en campagne à Paris dans le 9ème Arrdt. - Photo Twitter Anne Hidalgo
Anne Hidalgo en campagne à Paris dans le 9ème Arrdt. - Photo Twitter Anne Hidalgo

Elle ne fait pas de bruit. Ne donne jamais dans la flamboyance ou les déclarations superfétatoires. C’est peut-être d’ailleurs la raison pour laquelle Anne Hidalgo a toujours été sous-estimée par ses adversaires. « On peut en faire une bouchée » claironnait Benjamin Griveaux au début de sa campagne. Les scores d’Emmanuel Macron et des européennes en bandoulière, l’équipe d’En Marche l’affirmait :  Paris allait tomber dans l’escarcelle tant cette maire était « nulle ». C‘est l’adjectif qui revenait le plus souvent. Avec « sectaire ».

La nullitude sectaire, ce sont des attributs qu’on prête souvent aux femmes politiques . D’ailleurs, d’autres grandes figures y ont eu droit avant elle : Ségolène Royal, la cruche, Martine Aubry l’idéologue. Anne Hidalgo était donc affublée de ces deux « tares » quasiment congénitales, renforcées par sa discrétion, car, contrairement à ses deux aînées, elle n’a jamais exercé de mandat national, a grandi sagement dans l’ombre de Bertrand Delanoë avant de reprendre les rênes de cette capitale qu’elle a rendu plus verte, plus vivable, plus respirable.

Ah bien sûr, pas pour ceux qui habitent à l’extérieur de Paris, sont obligés de la traverser de part en part pour aller travailler. Leur vie à eux s’est transformée en enfer des embouteillages. Mais finalement, Anne Hidalgo a bien compris que ça n’est pas le Val d’Oise qui vote, ni les Hauts de Seine. Non, ce sont les Parisiens et à ce titre, elle ne s’est pas trompée de cible et a avancé avec obstination, sans jamais changer de cap. En piétonnisant les voies sur berges, que l’on croyait impossible à rendre aux flâneurs, en construisant des kilomètres de pistes cyclables, au prix de travaux interminables sur toutes les grandes artères de la capitale, en investissant beaucoup dans le milieu associatif, le social, Anne Hidalgo s’est construit un socle d’adhésion à sa politique écologique et sociale qui lui a permis d’aborder cette élection avec une sérénité certaine. Avec obstination et courage.

Car il fallait oser annoncer la fermeture de la Rue de Rivoli aux voitures et aux scooters, à un mois et demi du second tour, le projet de limiter la vitesse à 30km/heure et la refonte totale du périphérique avec des passages pour piétons. Ces mesures clivantes procèdent d’une logique et d’un chemin politique constant mais auraient pu lui coûter un désaveu dans l’opinion. Il n’en est rien. Elle caracole toujours en tête des intentions de vote et sa crédibilité de maire est en augmentation dans les derniers baromètres.

Dimanche, Anne Hidalgo devrait donc être réélue pour un deuxième mandat. Et si l’on en croit ses déclarations, se consacrer à Paris, uniquement à Paris. Elle le répète d’ailleurs au Figaro « je ne suis pas candidate à la présidentielle ». On peut l’entendre et même la croire. Simple question de bon sens avant de solliciter un deuxième mandat local.

Mais, la suite paraît moins tranchée.

La gauche cherche une figure capable de dynamiter le duel infernal Macron / Le Pen qui paraît inéluctable mais dont les français ne veulent pas, dans leur immense majorité. Le droite peine à faire émerger son héros, la gauche est dominée par la figure sociale et clivante de Jean-Luc Mélenchon. Ségolène Royal attend son heure, François Hollande n’a pas renoncé, Arnaud Montebourg revient petit à petit sur le devant de la scène. Des talents, le PS n’en manque pas. Anne hidalgo peut porter à son crédit l’écologie réelle, et son accord avec les verts qui ont une grande ambition pour la présidentielle. Elle peut également se prévaloir de n’avoir jamais cédé aux sirènes du macronisme, de n’avoir jamais été ambiguë sur le rapprochement, même ponctuel, avec le Chef de l’État, une ambiguïté dont Ségolène Royal a beaucoup de mal à se défaire à gauche. Dans ce monde imparfait, Anne Hidalgo a plusieurs atouts qui, certes, n’en font pas une favorite, mais en font une prétendante sérieuse.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.