On l’attendait avec impatience, cette audition du Professeur Raoult devant la commission d’enquête de l’assemblée nationale .
Et elle a été à la hauteur de nos espérances de clarté et d’explications. Un Didier Raoult mesuré, très argumenté, sans provocation et sans blouse blanche, remplacée par un costume sans cravate. Pendant plus de 3h, il a répondu point par point à toutes les questions, avec des réponses assassines pour l’administration centrale et le conseil scientifique.

Au terme de cette audition, on reste avec un goût amer, le sentiment que le monde scientifique est totalement gangrené par les lobbys pharmaceutiques, la courte échelle entre amis et l’inertie.

La première charge de Raoult porte sur les tests. Il estime que l’on a menti sur les tests, qu’on avait les moyens de les faire mais que pour des raisons d’intérêt national (l’Institut Pasteur souhaitant garder le leadership) on s’est enfermé dans la même logique que celle des masques : les tests sont inutiles parce qu’on n’en a pas suffisamment.

Autre chargée lourde : l’influence du laboratoire Gilead au sein du conseil scientifique qu’il qualifie de « faillite totale ». Cette influence aurait poussé d’éminents professeurs à vanter les qualités du Remdesivir au détriment de la Chloroquine. Il conseille même aux députés d’enquêter sur ces liens, et raconte que, dès qu’il a commencé à proposer le traitement à base d’hydroxychloroquine, il a été menacé par mail à plusieurs reprises, et a appris que la personne qui le menaçait était payée par Gilead depuis 6 ans.

Des accusations graves, portées sur un ton assuré et qui confirment les déclarations du professeur Perronne.

Autre point : l’hydroxychloroquine. Didier Raoult a rappelé sa façon de procéder et la manière dont ce traitement est administré massivement à travers le monde. 36 millions de doses ont ainsi été prescrites par exemple l’an dernier en France. Pourquoi l’avoir interdite et surtout, dans la foulée, l’Azithromycine, utilisée en association ?

Cette interdiction, Didier Raoult ne la comprend toujours pas mais elle alimente sa dernière charge, la plus dure probablement : « Finalement, nous n’avons pas soigné ». Et de rappeler la différence de mortalité à Paris et dans le reste de l’Europe : « Parmi les morts il y a 17% de moins de 65 ans à Paris contre 10% en Europe. C’est une vrai problème ».

C’est probablement cet argumentaire qui est le plus lourd car il remet en perspective la gestion de la crise, les injonctions contradictoires, les accusations de mensonges sur les masques, et le nombre de morts. Avec cette question inévitable que l’on se pose à l’issue de cette audition : combien de vies aurions nous pu sauver ?

Didier Raoult persiste et signe. Car il est un chercheur et veut sauver des vies. Il a même redit à une députée « je ne ferai jamais votre métier » autrement dit, je n’ai aucune ambition politique, réponse à tous ceux qui l’imaginent déjà battre les estrades avec Michel Onfray.

Mais il a finalement fait de la politique en choisissant de ne s’exprimer que sur son univers à lui : les scientifiques et l’administration, en épargnant relativement Emmanuel Macron et Olivier Véran, « un ministre mal entouré », dit-il laissant ainsi aux citoyens le soin de se faire leur propre opinion sur les responsables de cet échec sanitaire.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 6 commentaires

  1. Lamiaud Alexandre

    J’ai suivi quasiment en entier son impressionnante audition, tenaillé par une drôle d’impression confuse et puis j’ai compris…
    Je ne suis décidément pas habitué à entendre au Parlement parler quelqu’un qui « s’y connait » et qui utilise les termes techniques adéquats (« faillite totale », « blaireaux », « vendus », « ignorants ») ‼😊
    Heureusement, ils s’y sont mis à 4 sur BFMTV, immédiatement après, pour soigneusement le dézinguer et expliquer combien il avait été mauvais, imprécis, peu professionnel, arrogant…
    Je me disais aussi…🤨

  2. Moura

    Je reprends votre introduction : »Et elle a été à la hauteur de nos espérances de clarté et d’explications ». Si c’est vraiment le cas et que vous y avez vu que de la clairvoyance, vous auriez pu y amener un minimum d’analyse, de nuances et même de critiques dans votre votre article (jamais personne ne détient toute la vérité et rien que la vérité à lui seul dans une situation aussi complexe ) au lieu de ne reprendre que ses propos. Ce n’est pas de l’information !

  3. O Jeannin

    Ah, si seulement les journalistes, la commission parlementaire étaient un temps soit peu curieux !
    DPI.sante gouv.fr ( déclaration publique d’intérêt …). + le nom de professeurs, permet de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie
    Vous vous rendriez alors compte que le néphrologue ( quel rapport avec l’infectiologie ? ) le plus invité sur les plateaux télé, que d’éminents membres du comité sicientifique qui conseillent le gouvernement, émargent tous au board de Gilead .…

  4. PLUVINAGE FREDERIC

    Mais M. Lamiaud Alexandre, BFM TV est un média manipulé par l’exécutif. Ce média ne pouvait que dézinguer comme vous dites les propos de cet éminent professeur en médecine, reconnu mondialement, dont les recherches en matière de résultats avec l’hydroxychloroquine ont été reconnus dans bien des pays non pollués par des intérêts laborantins. Personnellement, j’ai pris un traitement de nivaquine (l’égal de la chloroquine) pendant des années et je suis en pleine santé à plus de 60 ans. L’exécutif devrait se dédouaner de tous ces lobbies qui gangrènent la politique à longueur d’année.

  5. Edgar

    Bel article mais y a une faute de frappe : « Autre chargée lourde« 

  6. CHRÉTIEN

    BFM = Broadcasting For Macron.
    Tout est dit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.