Ce n’est bien sûr pas un sujet de leur niveau. Un président de la République, un grand ministre ne va pas s’abaisser à discuter du prix d’un bout de tissu pourtant devenu indispensable à la vie de tous les Français, covid-19 oblige. C’est si peu stratégique que la tâche a donc été confiée à une femme, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie.

Cette dernière a donc tenu faire le point sur le coût réel des masques pour les consommateurs. « Nous avons pris des hypothèses » a-t-elle déclaré à la presse. Agnès Pannier-Runacher a ainsi estimé à 9€ par mois le budget masque d’un couple de retraités qui ne sortirait qu’une fois par jour.
On se demande pourquoi faire l’estimation pour des retraités et pas pour une famille. Et ce au moment où le déconfinement progressif fait de ces masques un bien essentiel notamment en ville.

Agnès Pannier-Runacher n’estimera donc pas le budget masque d’une famille.

UFC-Que Choisir l’a fait pour elle et estime ce budget à 200 € pour une famille de 4 personnes devant s’équiper de masques chirurgicaux jetables. Idem pour 60 millions de consommateurs qui estime la dépense mensuelle entre 36 € et 115 € par mois. « Un coût colossal » notamment pour les familles les plus démunies et pourtant celles qui vont avoir le plus besoin de ces masques pour se rendre au travail.

Mais voilà, la question n’intéresse vraiment aucun ministre. Le président, Emmanuel Macron, qui dans un reportage de BFM-TV théorisait l’importance d’aller dans les détails, de « challenger » les ministres, lui non plus n’a pas l’air de s’intéresser à la question. L’opposition, par la voix de Jean-Luc Mélenchon ou celle du député Boris Vallaud, a beau s’insurger et réclamer la gratuité rien n’y fait. Aucune marque d’intérêt de la part du gouvernement.

Sa boussole est ailleurs. Non, ce président et son gouvernement ne s’intéressent qu’aux milliards. Les hypothétiques 500 milliards de la coronarelance conjointe avec l’Allemagne. Les 5 milliards de prêt octroyés à Renault. Les milliards du chômage partiel et, du soutien au secteur touristique …
Bref les 36 € du budget de Madame Michu ne représentent pas un enjeu pour eux. Déjà, il avait fallu plus d’un mois de confinement et de multiples alertes d’élus locaux pour que ce gouvernement réalise la situation désespérée de familles dépendantes des banques alimentaires et des bas prix de marchés fermés, celle des enfants privés de cantines scolaires et des étudiants sans travail et sans ressources. Et encore les décisions et leurs résultats se font encore attendre sur le terrain.

Bref ce pouvoir ne s’intéresse pas à la vie des Français. Ou plus simplement ne la connait pas ou ne la comprend pas. Ce bout de tissu qui est devenu le quotidien Français illustre la déconnexion totale du pouvoir. Un peu à la manière de ces grands chefs d’entreprise abreuvés de stock-options et dont les intérêts sont désormais alignés sur ceux des actionnaires, le pouvoir macronien n’a d’yeux et d’intelligence que pour l’offre. Il ignore totalement la demande. Tous les signaux de ce côté-là sont pourtant au rouge vif : 46% des Français estiment selon Nielsen que leur situation à un an sera dégradée.

Comment ce gouvernement peut-il imaginer redémarrer la machine économique à un niveau d’avant la crise, s’il ne se soucie pas de la demande ? S’il laisse faire les discours de sang et de larmes, destinés à arracher par la peur des avantages toujours plus grands pour les entreprises.

Et surtout Emmanuel Macron n’apprend pas de ses erreurs. Faudra-t-il qu’une nouvelle Marianne des masques embrase le pays à la manière d’une Jacqueline Mouraud lançant le mouvement des gilets jaunes pour le président réagisse enfin ? Il sera alors assurément trop tard.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. COGER Sandrine

    bien imagé !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.