En terminera-t-on avec le débat vicié sur l’hydroxychloroquine. Et ce petit médicament, dont nous ignorions l’existence même il y a deux mois, est-il populiste ? Didier Raoult égale-t-il Donald Trump ? Cette molécule est-elle le symbole du populisme scientifique, pire du complotisme ?

La dernière étude publiée dans The Lancet semble sans appel : l’hydroxychloroquine, non seulement, ne serait pas efficace mais provoquerait une augmentation de la mortalité.

À peine parue.  Voilà le déchaînement des raisonnables, des progressistes, des sages, des pondérés, qui envahissent les plateaux et ricanent : voyez, on vous l’avez bien dit ! C’est terminé pour le sorcier Raoult, les complotistes, les populistes, vous êtes cuits ! Comme si on ne pouvait pas avoir de la sympathie pour le goût et la passion de sauver des vies de Didier Raoult sans être complotiste, populiste et irrationnel !

C’est assez drôle de voir cette caste qui semble triompher, celle-là même qui se déchaînait, en d’autres temps, contre les gilets jaunes, ou  contre les grévistes pendant les manifestations des retraites.  Et qui tirent à boulets rouges sur Raoult, les élus et les citoyens qui le soutiennent.

Tout à l’air si simple … et pourtant, il faut mettre des bémols sur l’étude de The Lancet. Au-delà des attaques indémontrables sur la patte de Big Pharma dans cette étude, les liens supposés de ses auteurs avec le laboratoire Gilead, je ne me risquerais donc pas à cette théorie. En revanche, beaucoup de scientifiques rappellent aujourd’hui que l’étude porte sur des données médicales a posteriori, des données globales et qui ne tiennent pas compte du moment où l’hydroxychloroquine a été administrée.

Au tout début du traitement, ou pendant la phase la plus critique.  Or, rappelons ce que le professeur Raoult a toujours répété : la molécule n’est efficace qu’au tout début de l’infection. Et l’hydroxychloroquine, seule, ne fonctionne pas selon lui. Seule l’alliance avec un antibiotique, l’azithromicine fonctionne.

Donc, lyncher Didier Raoult, sur la base de cette étude est assez grotesque.

Je ne sais pas qui a tort ou raison. Je ne sais pas interpréter les études, car à celle de The Lancet peuvent répondre d’autres études en faveur de l’hydorxychloroquine. Beaucoup de pays l’ont adopté et ne s’en portent pas plus mal que nous.

En revanche, la façon dont le supposé camp du bien, de la raison, a commencé à disqualifier Raoult en le rejetant dans le camp des populistes, des complotistes, voilà qui est insensé et mérite qu’on s’insurge.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 20 commentaires

  1. Bacharetti Frieda

    Bravo Madame DEGEOIS pour votre article sur le lynchage du Professeur Raoult. Respect.

  2. Avogadro Anne

    Rien d etonnant que les bienfaits de la chloroquine soit discredite au benefice de, je presume  » big pharma  » pour faire place a un vaccin anti corona, vaccin tres particulier… ( l appellera t on le vaccin tueurs ?…car reactivera t il le coronavirus ? grace au nano technologie dans vaccin et interferences avec les ondes et les antennes 5 g )…

    1. Moura

      Vous amenez des critiques sur l’article du Lancet. Pourquoi pas, bien que cette étude mérite une lecture approfondie et difficile. Mais aucune critique de l’étude de l’IHU de Marseille.
      Pour rester factuel, il semblerait que l’IHU Méditerranée-Infection à traité (hydroxychloroquine + azithromycine) à ce jour ~4000 patients avec pour résumer un taux de mortalité d’environ 0,5 % (sauf erreur, les données sur les résultats et le profil des patients n’étant pas très visible). Ce bilan est à comparer au taux estimé de mortalité induite par le Covid-19 (au niveau européen ou France). Or ce taux est estimé (et ce n’est qu’une estimation) dans la même zone de 0,5% . D’où l’intérêt d’avoir un groupe témoin non traité afin d’évaluer si le traitement pouvait avoir potentiellement un petit gain efficacité/risque (ce que l’IHU de Marseille aurait pu faire (autorisation et réalisation)). En tout état de cause, le gain potentiel risque d’être limité. L’acharnement de sous-entendre par les « défenseurs » que ce traitement « miracle » aurait pu sauver des centaines ou des milliers de patients n’est pas du tout compréhensible.

  3. Napoli

    Merci Madame pour votre article, auquel je souscrit de bon cœur! Je fais partie de ces médecins qui y croient encore, malgré une publication écoeurante ce matin dans le JIM ( journal international de médecine). Je n’avais jamais lu d’article autant “à charge” dans cette revue dite scientifique, et qui pour moi a perdu toute crédibilité.

    1. Moura

      En tant que médecin soucieux de l’information scientifique, vous auriez pu mettre la référence de l’article de JIM et préciser sur ce qui vous semble « faux ». Je suis étonné de votre soutient absolu du traitement du professeur Raoul sans donner d’arguments sur ce qui vous semble cohérent.

  4. Bourdet

    L’article jette un doute sur l’hydroxychloroquine, mais je garde mon respect envers le docteur Raoult. Et tousceux qu’il a soignés et guéris ?? Etait-ce du vent??

    1. didier AZAM

      Napoli, d’accord avec toi cher confrère……. j’ai 62 ans, et ce corona aura été la goutte d’eau pour me faire cesser le travail….. je termine l’année et direction notre voilier ( nous habitons en Guadeloupe…) pour visiter le monde , et quelques « téléconsultations » bien évidemment hors sécu……… cordialement

  5. Bounaberdi

    Quand vous affirmez que « beaucoup de scientifiques rappellent », vous pouvez au moins vérifier si ces assertions sont vraies. Vous avez le texte à disposition, c’est pas compliqué. Et si vous ne savez pas interpréter les résultats d’une étude, abstenez vous de le faire.

    1. aunryz

      Un extrait de cette étude dans ses conclusions
      « Bien que les études observationnelles ne puissent PAS PLEINEMENT TENIR COMPTE des facteurs de confusion non mesurés, nos résultats SUGGERENT … »
      et à partir de cela on aurait des certitudes ?
      Mais vous avez raison … peu de personnes, et notamment tous ceux qui prétendent que l’article a valeur de preuve, ont lu cet article (connaissiez vous ce passage ?)

  6. Battaglini

    Bravo pour votre article. Bravo au professeur Raoult de nous avoir donné une lueur d’espoir quand tout allait mal.

  7. Llorens

    Il fallait s’attendre au retour de bâton et « ils » ont frappé fort….je ne suis pas surprise !!! je garde toujours ma confiance au Pr Raoult et si j’attrapais ce sinistre virus je n’hésiterais pas une seconde de me faire traiter par la chloroquine….

  8. Pacotte

    « Incroyable…mais vrai » ! Il fallait s’y attendre ! Le Professeur Raoult dérange forcément, rien d’étonnant. Perso, sans aucune hésitation, je prends ce traitement ! Il s’attendait j’en suis sure à cette attaque, je relève simplement une citation postée sur le mur du Professeur et combien cette citation n’est pas dénuée de sens : « Le meilleur médecin est la nature : elle guérit les trois quarts des maladies et ne dit jamais de mal de ses confrères.
    Louis Pasteur » nombreux devraient s’en inspirer ! Merci de me lire…

  9. Touriguine

    La thèse de départ de Bigpharma était qu’il n’y avait pas de remèdes et qu’il fallait attendre l’arrivée du vaccin miracle. Lancet fait sa part de désinformation. N’importe quel remède ne valant que quelques euros est forcément discrédité. En attendant les laboratoires se rattrapent avec les tests, équipements de protection et autres fournitures de soin.
    Quand à la nocivité je vous invite a consulter la notice du paracétamol qui indique un risque de mortalité en cas de surdose. Brrr

  10. Jean CABANE

    L’article du Lancet est extrêmement mauvais et s’il faut en retenir quelque chose, c’est qu’en additionnant des tonnes de données empilées pour autre chose, on tire des conclusions très fragiles voire complètement de travers. En anglais, on dit de ce genre de papier « shit in = shit out ». Et le Lancet est connu pour publier en toute hâte et sans grosse exigeance ce genre de papiers. Donc Raoult peut conserver notre estime !

  11. Luciani

    Moi je lis tout ce qui se dit pour ou contre et je regarde les vidéos du Dr Raoult et je suis convaincue de sa sincérité et de son professionnalisme donc si je devais attraper ce virus je voudrais son traitement et je me demande pourquoi mon généraliste n’aurait pas le droit de me soigner comme je le souhaite.

  12. Hypnos

    L’étude publiée par The Lancet n’a pas grande valeur scientifique. C’est une étude rétrospective basée sur des milliers de patients différents pris à des stades différents de la maladie ayant reçu des protocoles différents, avec des combinaisons différentes de chloroquine, hydroxychloroquine et azithromycine, et enfin dans différents hôpitaux. L’étude se base donc sur des populations hétérogènes ayant reçues des traitement hétérogènes.

    Dans ces conditions, les statisticiens utilisent des modèles mathématiques que l’on appelle des modèles de risque proportionnels de Cox tenant compte de nombreuses variables de confusion (comorbidité, âge, sexe, éthnicité, etc). Le diable, dans ces modèles, est la part d’arbitraire que peut placer le statisticien dans les différentes variables. Par exemple, il peut considérer que le fait d’être un homme est défavorable ou qu’être noir est défavorable, basé sur les statistiques de mortalité du Covid-19 ayant observé ces 2 phénomènes. En affectant des « poids » à ces différentes variables, la valeur d’association au risque final va changer du tout au tout et aboutir à des conclusions plus ou moins vraies ou fausses. Ce type d’études est pour moi sans valeur.

    C’est vrai que The Lancet accumule depuis peu la publication d’études de « déminage » visant à démolir les solutions qui pourraient être mises en oeuvre contre le virus.

    Il y a quelques jours, dans la même veine, une étude au royaume-uni visait à discréditer l’idée que la vitamine D pouvait être protectrice, une étude multivariables, à l’instar de celle publiée sur l’hydroxychloroquine a joué du même tour: démontrer que la vitamine D n’est pas associée à une moindre mortalité. Et pourtant, en téléchargeant l’étude et en la décortiquant, on trouve le contraire : une valeur P de 0,0001 sur la corrélation inverse entre 25(OH)D et mortalité Covid19. Normalement, à ce stade on devrait conclure; car la valeur P indique que la probabilité d’avoir raison est de 99,99%. Et bien que fait l’étude ? Elle décide de stratifier la vitamine D dans le sang en deux camps : quantité suffisante et quantité insuffisante. L’équipe décide arbitrairement que le seuil suffisant de 25(OH)D est de 32ng et recalcule les corrélations à partir de cette distinction, on rajoute par ci par là des facteurs tels que conditions sociales, couleur de peau, et autres variables et on arrive enfin à la conclusion que , non la vitamine D n’est pas protectrice. D’où la question , comment expliquer que la corrélation existe au niveau de l’ensemble de la population, mais n’existe plus dans le modèle multivariables ?

    Evidemment que Big Pharma ne veut pas de solutions simples et va tout faire pour décrédibiliser ces solutions. Mais dans le même temps, les études qui prouvent que l’hydroxychloroquine fonctionne affluent. Sauf qu’aucun média n’en parle (filtrage) tout comme youtube qui maintenant supprime toute vidéo (même publiée par des scientifiques sérieux) qui parle de chloroquine. C’est la censure à grande échelle !

    Pour ne citer que les plus récentes :
    – le 15 mai 2020 : Une faible dose d’hydroxychloroquine réduit la mortalité des patients gravement malades atteints de COVID-19 (basée sur 550 patients)
    – le 8 mai 2020 : Hydroxychloroquine et azithromycine plus zinc vs hydroxychloroquine et azithromycine seuls: résultats chez les patients hospitalisés COVID-19
    – le 6 mai 2020 : La supplémentation en zinc améliore-t-elle l’efficacité clinique de la chloroquine / hydroxychloroquine pour gagner la bataille d’aujourd’hui contre le COVID-19? (Hôpital universitaire de New York)
    – le 24 avril 2020 : Efficacité de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine dans le traitement de COVID-19
    – le 20 avril 2020 : L’amélioration de l’efficacité de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine contre le SRAS-CoV-2 pourrait nécessiter des additifs de zinc – une meilleure synergie pour les futurs essais cliniques de COVID-19
    – Activité antivirale in vitro et projection d’un schéma posologique optimisé d’hydroxychloroquine pour le traitement du syndrome respiratoire aigu sévère Coronavirus 2 (SRAS-CoV-2)

    Bref il y en a des centaines d’autres qui sont positives de façon écrasantes. Sans compter celles de Raoult évidemment.

    De l’autre coté, on a le remdesevir qui a soigné 1 personne sur 28 dans une étude américaine. Et qui fait grimper Gilead en bourse…

  13. Cédric

    Bonjour,

    c’est article est très intéressant en abordant le thème de la fake science qui est utilisée cette fois contre le Pr Raoult. Il y a trop d’argent en jeu et/ou bien cela va contre certains projets ou objectifs qui tirent parti de l’épidémie.

    Les industriels sont passés maitres dans la création de fausses études dont les conclusions sont connues avant même qu’elles ne débutent.
    Cela concernait au départ les études sur l’effet du tabac, je sais que cela concerne aussi les études sur les effets du mercure présent dans les amalgames dentaires (les maladies chroniques qui en découlent sont cachées au public).

    Les industriels des télécoms aussi ne sont pas en reste en créant 50% de fausses études pour laisser croire que les micro-ondes pulsées à basses fréquence (mobile, dect, wifi, etc…) seraient inoffensives.
    Si les rats commencent à faire des cancers au bout de deux semaines, les tests ne durent qu’une semaine.
    Ou bien les ondes sont testées sous forme continue au lieu d’être pulsées (c’est comme faire une étude sur les clous en appuyant dessus avec un marteau au lieu de taper dessus par petits à-coups).

    Ensuite arrivent les fausses études sur les vaccins ; pour cacher les effets des adjuvants (hydroxyde d’Aluminium par ex), le placebo est remplacé par une solution contenant les adjuvants ou bien un autre vaccin déjà approuvé…Les effets secondaires sont identiques donc aucun problème…

    Le résultat, c’est que nous ne pouvons plus avoir aucune confiance dans ce qui sort même dans des revues prestigieuses. Mais des « experts » ayant de multiples liens avec des entreprises du secteur, s’occupent de tirer des conclusions, soit en faveur de ces industriels ou bien en laissant le doute perdurer indéfiniment.

  14. Bibob

    L’hydroxychlorotine tue.. .. mais pas le portefeuille de la sécu
    Les labos préfèreraient sûrement une autre médication qui correspondrait mieu au portefeuille des actionnaires

  15. pierron

    les scientifiques sont des charlatans,diafoirus pas mort,suffit de regarder ces sinistres se pousser pour passer sur les chaines tété,salauds de scientimerde,vous avez perdus toute credibilité

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.