Eric Dupond-Moretti répond à sa première question à l'Assemblée nationale.

C’est une scène comme la vie en compte tant.
Une scène vue mille fois, qui eût pu se dérouler il y a cinq ou dix ans, si ce n’est qu’une majorité des protagonistes portaient ce masque dont nous autres citoyens semblons avoir tant de mal à nous accommoder au quotidien (vous avez remarqué que ceux qui portent un masque dans la rue sont redevenus louches ? fragilité des nouvelles habitudes…).
Une scène où, déchaînés, méprisants, riant, tapant sur leur pupitre, le groupe accueille un nouveau venu avec toute l’hostilité dont l’être humain est parfois capable.

Le petit nouveau, habitué aux assemblées, aux tensions et aux débats, s’avance. Tente de s’imposer, demande à ce qu’on le laisse parler, implore ses nouveaux camarades de le laisser placer quelques mots. Mais ne recueille que quolibets et sourire goguenard du maître d’école, complice, du haut de son pupitre.
Habitué à dominer, voire à humilier ses contradicteurs, on sent le nouveau venu sidéré de tant de désordre, de si peu de considération. Un bizutage en règle.
Un bizutage que l’on ne voit même plus, ou presque, dans les cours d’école.
Un bizutage qui dérange, car une fois de plus, il s’agit d’un épisode de la vie parlementaire Française.
Une scène qui déshonore notre vie politique.

Une scène comme la vie parlementaire en compte tant. En compte trop.

Les premiers pas d’Eric Dupont-Moretti, le redoutable et redouté Aquitator, au verbe haut et dont l’on devine la violence des emportements, est un déshonneur pour notre vie politique.
Quoi que l’on dise de sa compétence – non encore prouvée dans ces nouvelles fonctions qu’il n’occupe que depuis 3 jours…
Quoi que l’on dise de son style…
Ou des mots outranciers qu’il a pu avoir contre les magistrats…
Quoi que l’on dise de cette scène où, il y a deux ans, il avait eu le tort de balayer avec un ricanement la question d’Audrey Crespo-Mara, qui sur LCI lui demandait comment il réagirait si le Président lui proposait le ministère de la justice… (il est si facile de juger les propos passé à l’aune du présent, comme si changer d’avis était désormais interdit dans une société qui cultive la transparence jusqu’à la nausée)

Quel que soit le bord politique auquel on appartienne…
On ne peut que ressentir un malaise profond, voire de la honte à voir des députés de la Nation, nos représentants et nos exemples, manquer du resect le plus élémentaire à l’égard d’un homme dont le seul tort à ce jour est d’avoir accepté une charge immense.
Peut-être, bien sûr, l’aura-t-il acceptée par pur orgueil.
Peut-être, qui sait, se révèlera-t-il profondément incompétent.
Mais pour le moment, il semble vouloir prendre sa tâche au sérieux. S’est attaché à envoyer à tous des signaux d’apaisement. Mieux, il a insisté sur le fait qu’il serait un ministre du dialogue, qui souhaitait réussir avec l’opposition, grâce à la contradiction. Intentions bienvenues, tant elles tranchent avec les pratiques d’une majorité parlementaire et d’un gouvernement qui depuis trois ans nous avait plutôt habitué à dérouler ses certitudes avec la morgue d’un nouveau monde qui croit n’avoir rien à apprendre de l’ancien.

Et rien que pour ça, malgré tous les travers du personnage, et parce que la tâche devant lui est immense et que nul ne devrait se réjouir de son échec potentiel, on a envie de dire au nouveau garde des sceaux : bon courage. Soyez meilleur que ceux qui vous méprisent.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

  1. PICHON

    Voues n’appréciez pas maître DUPONT-MORETTI et vous en avez le droit, mais merci pour votre article .terrible
    de bêtise cette Assemblée Nationale. Personne ne mérite ce traitement. Esprits bornés et binaires, reflets de notre Société. J’ai 68 ans, je suis une femme, je n’aime pas mee-too et pourtant je suis féministe. Et puis ce Ferrand complaisant quelle honte ??? les humains sont plus multiples, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis dans une vie.
    on ne peux ainsi humilier une personne. J’aime DUPONT-MORETTI pour sa complexité d’homme et son humanité., même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui. Quelle bande d’ignares. laisser les gens s’exprimer c’est le minimum. Ce bizutage débile n’honore pas la république.
    OVNI dans ce nid de crabes, d’imbéciles qui ne comprennent rien, avec des raisonnements de fond de culotte(phrase préférée de ma défunte mère), j’espère qu’il pourra s’imposer et proposer dans un temps court certes. Il est le Garde des Sceaux. point. Respect. Wait and see…

  2. Oberty

    Voulu ou pas le résultat est là. Le commentaire précédent valide bien cela.
    Plus que la personnalité de ce simple être humain, ce qui me gène c’est l’incompétence de celui-ci pour le poste qu’il occupe. Il dis lui même être novice… on nous demande des diplômes à ne plus en finir et une expérience plus que significative pour être balayeur et on met des gens sans expériences à des postes comme celui-ci….
    Même pas besoin de mettre un wait and see. C’est tout vu. Mais bon de toute façon on ne peux pas l’empêcher.
    Un jour peux être aura t-on une démocratie en france ou on ne sera pas obligé de voté entre la peste ou le Choléra. Car ils viennent avec des copains en plus…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.