Olivier Véran, ministre de la Santé en Une du JDD du dimanche 23 Août 2020.
Olivier Véran, ministre de la Santé en Une du JDD du dimanche 23 Août 2020.

« Nous sommes dans une situation à risque ». Ainsi parle Olivier Véran, ce matin dans le Journal du Dimanche. Le ministre de la santé met donc les points sur i. Un discours qui tranche avec les différents éléments de langage de l’exécutif depuis le rebond des contaminations.

Nous avions eu droit à « une dégradation » de la part de Jean Castex, à « on ne s’interdit rien » sur d’éventuels reconfinements ciblés, de la part d’Emmanuel Macron. Aujourd’hui, Olivier Véran évoque les véritables risques d’une épidémie qui ne s’est jamais arrêtée, d’un virus qui circule 4 fois plus chez les moins de 40 ans et sa crainte réelle de voir cette contamination s’étendre aux plus de 65 ans. Un scénario à la « Floride » où le rebond observé chez les jeunes a été suivi par une contamination massive des plus âgés, entraînant un grand nombre de décès. Le ministre de la santé va plus loin : « Aucune étude sérieuse ne vient étayer le fait que le virus serait moins dangereux ». Selon lui « il s’agit du même covid-19 que celui qui à tué 30.000 personnes au printemps dernier en France (près de 800.000 personnes dans le monde) ».

Olivier Véran a donc fait le choix d’un discours alarmiste, sans pour autant remettre en cause la rentrée scolaire ou envisager un reconfinement général, probablement en raison de la contestation grandissante qui monte dans une partie de la population à propos des masques obligatoires. Les contrôleurs SNCF le constatent dans les TGV, de nombreux commerçants en ont marre, de leur propre aveu, de faire le police dans leurs magasins. La rébellion anti masques devient de plus en plus forte, prégnante, et se théorise de plus en plus.

C’est vrai en France et c’est vrai en Italie où l’extrême droite de Matteo Salvini en a fait un cheval de bataille pour illustrer une volonté de contrôler les populations. Salvini, en chute libre dans les sondages face à Giuseppe Conte (véritable révélation de cette pandémie) tente ainsi de se refaire une place au soleil entraînant des attitudes de non port du masque extrêmement  ostentatoires dans les magasins ou certains restaurants, y compris de la part des propriétaires.

En France, le débat s’envenime et à dire vrai, on ne sait plus trop sur quel pied danser. Soit la situation est véritablement à risques et on travaille à y remédier en durcissant les mesures, voire en adaptant de manière volontariste toutes les activités, qui vont de l’école au télétravail « imposé » lorsque c’est possible, soit il s’agit d’un rebond classique et l’on explique en quoi il ne porte pas ,ou de moindre manière, la dangerosité de la première vague.

Nous sommes, lentement mais sûrement, entrain de glisser dans une sorte de « Choisis ton camp camarade », à la manière du débat sur la chloroquine qui a littéralement fait « disjoncter » le débat public. Didier Raoult, justement, tente de rester entre deux eaux, recommande le port du masque sans obligation mais rappelle que l’on combat le virus surtout en se lavant les mains. Le professeur Toussaint, lui, joue les dynamiteurs en affirmant que l’épidémie ne connaît aucun frémissement. Tous les jours, les réseaux sociaux sont pleins de messages ironisant sur « la bêtise » des mesures prises ici ou là , messages émanant d’influenceurs importants, à l’image du journaliste de Libération Jean Quatremer. Dans ce fatras d’injonctions paradoxales, peut être vaut il mieux se faire sa propre religion : mettre un masque partout et se laver les mains? En clair, dans le doute, ne t’abstiens pas !  

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Keller

    « La prochaine vague virale nous arrive et cette fois la protection de la bouche ne sert à rien du tout : le virus d’une maladie jusqu’à maintenant rare semble avoir muté. Venant de différents pays, notamment d’Allemagne, ce virus se propage mondialement et plus rapidement que le virus Ebola.
    Ce virus menaçant de la GRIPPE DE L’ÉVEIL (A1H8) comme il a été nommé par les experts de l’OMS, amène une subite et claire compréhension, ici et maintenant.
    Ça commence de manière inoffensive avec la consommation exclusive de nourriture Bio, la prise de curcuma (nettoyage de la glande pinéale). Vient ensuite normalement une antipathie prononcée contre les massmedias. Finalement, les symptômes se manifestent par une augmentation du niveau de conscience, une reconnection à son âme accompagnée d’une libération de la peur, jusqu’à maintenant inconnues.
    Finalement, la maladie se termine par un amour et une gratitude inconditionnels.
    Tous les moyens jusqu’à maintenant éprouvés de menaces tels que les scénarios de guerre, les vaccinations de masse, les crashs boursiers etc. semblent désormais sans aucun effet. La sombre élite au pouvoir est complètement perplexe!
    Pour cette raison un nouvel état d’alerte a été décrété par l’OMS contre ce virus qui pourrait améliorer radicalement la situation générale de la planète!
    Même l’annonce de l’OMS envoyée par SMS à plus des 7 milliards de citoyens de la terre disant « Restez dans votre matrice, là vous êtes en sécurité » est restée sans effet.
    Les experts l’ont appelé le « virus de la vérité » et il est hautement contagieux.
    Ils recommandent d’éviter absolument le contact avec d’autres personnes qui pensent par elles-mêmes et agissent de manière responsable. On suspecte ce virus de pouvoir être diffusé par la transmission de pensée.
    Les dernières recherches approfondies sur le moyen exact de transmission ont été révélées : l’évolution de la maladie commence dans la plupart des cas par la lecture du présent texte et le temps d’ incubation est de l’ordre de quelques millisecondes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.