Manifestation féministe contre le nouveau gouvernement à Paris - Photo Rebecca Amsellem via Caroline de Haas.

On aurait tort de sous-estimer les manifestations qui se déroulent actuellement, de manière récurrente contre Éric Dupond-Moretti et surtout Gérald Darmanin. Aujourd’hui encore, les Femen ont fait un happening spectaculaire dont elles ont le secret durant la manifestation contre le ministre de l’intérieur à Paris (1500 personnes) et à Toulouse, près d’un millier.

Avec des slogans très durs, tel que « La Culture du Viol En Marche ».

Au-delà de la défense du ministre et de l’Élysée sur la présomption d’innocence, la nomination de Gérald Darmanin va finir par poser un problème politique évident.

Les féministes ne lâchent pas. Elles ont des arguments très convaincants. Que disent-elles ?

D’abord que l’accusation de violence est gravissime, mais qu’elle semble être moins grave, aux yeux de l’exécutif, que celle de conflits d’intérêts ou de détournement de fonds publics. Et même s’il s’agit de soupçon, on peut avoir raison sur le plan juridique et tort sur le plan politique.

Ces accusations et la relance de l’enquête contre le ministre de l’Intérieur auraient dû être un véritable signal d’alerte pour le Chef de l’État.

On sait qu’Emmanuel Macron s’est opposé jusqu’au bout à cette nomination. Il préférait donner le poste à Jean-Michel Blanquer. On sait aussi que Darmanin a exercé un véritable chantage « l’Intérieur ou je retourne à Tourcoing ». Le Président a cédé et risque de s’en mordre les doigts. Malgré les propos louangeurs de la presse dans sa quasi-totalité, la défense « pavlovienne » de la majorité et du Premier ministre, que se passera-t-il, si d’aventure Gérald Darmanin se retrouve dans l’obligation d‘être entendu, dans le cadre de cette affaire, par la police judiciaire dont il est le patron? Il a déjà anticipé ce questionnement sur le mélange des genres, en affirmant qu’il n’accepterait et ne prendrait connaissance d’aucune remontée policière sur l’avancée de l’enquête le concernant. On peut le croire … ou pas. En tout cas, nous vivons une dernière partie de quinquennat étrange et qui nous met mal à l’aise.

Un ministre de l’Intérieur sur lequel plane un doute, un ministre de la Justice dont tous les médias nous expliquent à quel point il est génial mais qui a multiplié, depuis des années, les déclarations fracassantes contre les magistrats, contre le mouvement #MeToo et sur ces « femmes qui regrettent de ne plus être sifflées dans la rue » dans une sorte d’état de grâce général, tout semble passer comme une lettre à la poste … pour le moment.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 5 commentaires

  1. Alexandre lamiaud

    Mouais…
    Je suis dubitatif, sur ce coup-là…
    En ce qui concerne Darmanin, je recommande l’exposé « l’affaire » sur Vu-Du-Droit qui fait apparaître que les faits sont un peu plus complexes que la caricature simpliste qu’on en fait…
    Ça me laisse un malaise confus, personnellement : j’ai l’impression dérangeante qu’on se sert d’une histoire bancale qui n’aboutira à rien et dont le principal intéressé profitera bien plus qu’on ne le croit…
    Sans compter au passage que cela permet de tourner habilement la page de l’incurie gouvernementale sur la crise sanitaire… Tout ça pour une histoire qui, semble-t-il, est bien ambiguë…🙄

  2. Alexandre lamiaud

    Je ne sais qui a raison et qui a tort dans cette histoire… Ce que je sais, par contre, c’est que cette trouble embrouille ne sent pas la rose…🤔

    Et pour paraphraser quelque peu l’avocat, « je n’ai aucune sympathie pour Darmanin qui est un opportuniste sans principe. Et je serais ravi le jour où il aura été chassé du gouvernement de la république et ira se morfondre dans sa mairie de Tourcoing. Mais, désolé, il y a suffisamment d’horreurs à reprocher au système Macron pour n’avoir pas besoin d’emprunter ces détours »…🙄

    https://www.facebook.com/206613502796443/posts/1755518581239253/

  3. Alexandre lamiaud

    Et, comme dit une manifestante sur interviewée sur France Inter (ce samedi 11 juillet), « c’était peut-être pas un viol, appelons ça de la corruption, ça reste horrible quand même ! »… Heu oui… Mais c’est pas exactement la même accusation…🤨

  4. Alexandre lamiaud

    Mais si quelqu’un a des infos contradictoires qui sont un peu plus que du pur affect peu constructif, je suis preneur, ça m’intéresserait bcp ‼️🤗

  5. Alexandre lamiaud

    Je suis le seul à lire les articles de « Nos Lendemains » ou bien ?!🤗
    Y a qqun ?!🙄

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.