Éric Dupond-Moretti - Gérald Darmanin, l'affrontement - Capture TV Nos Lendemains.
Éric Dupond-Moretti - Gérald Darmanin, l'affrontement - Capture TV Nos Lendemains.

Et de deux. Après Emmanuel Macron qui, devant la presse présidentielle, a refusé d’endosser, de légitimer le terme « ensauvagement », c’est au tour d’Éric Dupond-Moretti de réfuter ce mot. Ce matin, sur Europe 1, le Garde des Sceaux a été clair « Le terme d’ensauvagement favorise le sentiment d’insécurité ». Un peu plus tard, il va plus loin en déclarant que « la France n’est pas un coupe gorge ». Voilà donc « une double peine » pour Gérald Darmanin, qui se fait rabrouer à deux reprises par deux personnages clés : le Président en personne et l’autre ministre star du gouvernement, le Garde des Sceaux.

Les chicayas Police / Justice font évidemment partie du petit théâtre politique français depuis toujours mais, cette fois, cela dépasse la simple querelle de rhétorique sur un mot. Cette mise au point de Dupond-Moretti symbolise deux visions du monde qui finiront, inévitablement, par s’affronter sur la sécurité, les questions d’identité et le communautarisme. À droite toute, il y a Gérald Darmanin, de cette droite dite décomplexée, une autre façon de s’accommoder des théories les plus dures pour chasser l’électorat d’extrême droite. Depuis sa nomination, le Ministre de l’Intérieur multiplie les déplacements (plus de 30 en quelques semaines) les déclarations de matamore mais l’opinion, à l’évidence et malgré cette débauche de communication, ne le suit pas encore. Ils sont à peine 27% à lui faire confiance pour régler les questions de sécurité, si l’on en croit le dernier sondage Elabe.
Ce soir, Gérald Darmanin persiste et signe sur son terme d’ensauvagement qui correspond, selon lui, à la réalité qu’il a vécu en tant qu’élu local, autrement dit, une expérience que n’a pas Éric Dupond-Moretti.

De l’autre côté, il y a Éric Dupond Moretti, avocat de tout son être, peu enclin à jouer les procureurs et à poser un diagnostic aussi radical sur la sécurité en France. Au milieu, Emmanuel Macron qui doit désormais naviguer entre le désir de conquérir cet électorat de droite, assoiffé d’ordre, mais soucieux de ne pas transformer le débat public en guerre civile. Ceci explique, en partie, son appel à Danièle Obono, après le papier et le dessin de Valeurs Actuelles, et la condamnation sans appel de l’hebdomadaire avec lequel il entretient pourtant d’excellents rapports, notamment avec le directeur de la publication, Geoffroy Lejeune. Dans sa stratégie de conquête de toute la droite, qui va des libéraux aux ultra conservateurs, il n’a certes rien à gagner à passer ce coup de fil et à le faire savoir. En revanche, il a bien mesuré les tensions que portent de genre de diatribes révoltantes et le danger pour la concorde civile. Illustration ces dernières heures avec la bataille rangée entre ceux, la majorité, qui ont dénoncé ce papier indigne, et ceux qui refusent de le faire, soutiennent Valeurs Actuelles et renvoient la députée de la France Insoumise à son indigénisme et ses déclarations sur « Je ne suis pas Charlie ».

Dans ce cloaque, la mise au point d’Éric Dupond-Moretti sur ce terme d’ensauvagement, directement issu de la pensée d’extrême droite, marque une ligne rouge entre des deux visions du monde dans un seul et même gouvernement. Le « en même temps » risque de montrer rapidement, sur ce sujet-poudrière, toute sa limite. Et ceux qui théorisent que ce pas de deux arrangerait finalement le chef de l’Etat , qui aurait même nommé ces deux hommes pour illustrer sa jambe gauche et sa jambe droite , se trompent lourdement . La divergence est profonde , aussi profonde qu’entre Christiane Taubira et Manuel Valls . Elle a participé largement à l’échec du quinquennat Hollande .

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Emma

    Il y a effectivement deux visions du monde qui s’affrontent et les médias ont choisi et instille via leurs editocrates la pensée nauséeuse de l’extrême droite.
    Vous faites partie du petit nombre qui se bat contre cette glauquitude.
    Tout mon soutien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.