Des élèves de maternelle jouent dans la cour de récréation d'une école de Tourcoing, le 12 mai. Photo Lionel Top

Alors quelques collégiens triés sur le volet vont retrouver leurs professeurs, il est urgent de tirer les leçons de la rentrée en maternelle et à l’école élémentaire de cette semaine. Qu’avons-nous pu constater sur le terrain ? Des parents partagés entre la peur d’envoyer leurs enfants à l’école et d’autres jugeant l’exercice tellement contraint et contreproductif qu’il vaut mieux garder les enfants avec soi.  Des écoles absolument vides. 4 élèves dans cette classe de maternelle. 6 dans cette autre. Des enfants seuls et des décisions délirantes plaçant les écoliers dans des cerceaux ou des cages virtuelles et qui ont scandalisés sur les réseaux sociaux et les médias.

Loin de nous, l’intention d’accabler les enseignants. Nous avons pu voir au travers du témoignage de Cécile sur Nos Lendemains et des alertes des syndicats qu’ils avaient tenté de sonner l’alerte. Non, ce qui est en cause c’est l’absurdité d’un protocole sanitaire de 60 pages tombé du haut de la rue de Grenelle qui place les enseignants devant ce dilemme impossible : le respecter et maltraiter les enfants ou les faire fuir ou désobéir à l’institution et risquer l’accusation de mise en danger de la vie d’autrui et les problèmes avec la hiérarchie de l’Éducation nationale …

Il est urgent de jeter à la poubelle ce délirant protocole sanitaire de 60 pages, ni fait ni à faire. Produit par le Bureau Veritas pour le Ministère de l’Éducation nationale, il fait figure de document juridique destiné à protéger ceux qui l’ont produit plutôt qu’à servir utilement la collectivité et les enfants. Il suffit pour cela d’écouter les pédiatres. Plus de 20 médecins, présidents de sociétés savantes pédiatriques, ont appelé jeudi 14 mai à aller de l’avant dans l’accueil des enfants à l’école, en dénonçant des « mesures de distanciation excessive » dans les établissements scolaires.

Ces mesures « sont manifestement inapplicables et seraient susceptibles d’entraîner une anxiété particulièrement néfaste au développement des enfants », expliquent-ils dans cette tribune, en demandant de conjuguer les « mesures barrières essentielles » avec « la réalité de l’enfance », faite « de jeux, de rires et de pleurs ».

En effet, combien de parents autour de nous ont cette semaine entendu leurs enfants dire qu’ils ne voulaient pas retourner en classe après une première journée d’école déconfinée ? « Ce n’est pas l’école qui est maltraitante, mais l’application du protocole défini par l’Éducation nationale », explique le Snuipp, premier syndicat du primaire.

« Il est urgent de maîtriser nos peurs et d’aller de l’avant pour le bien des enfants » plaident les pédiatres dans leur tribune publiée dans le Quotidien du Médecin.

Cette urgence passe par un geste fort du Ministre, Jean-Michel Blanquer. Il est à l’origine de ce document « intenable », produit par ses services. Un document censé rassurer et assurer la sécurité de tous et finalement insécurisant pour les enseignants et les parents. Un document dont l’usage finit par contredit l’objectif énoncé par Jean-Michel Blanquer : permettre au maximum d’enfants en difficulté scolaire de reprendre le chemin de l’Ecole.

Des mesures barrières simples comme le masque porté par les enseignants et un lavage régulier des mains ne sont-ils pas suffisants, sans nécessité de rajouter des exigences en mode « ceinture et bretelles » comme celle qui exige 4 m² par élèves ? Ou encore ces exigences demandant aux enseignants de « veiller au respect des gestes barrière et de la distanciation physique dans les jeux extérieurs » ou encore de « proscrire les jeux de contact et de ballon et tout ce qui implique des échanges d’objets ».

Oui, cela nécessitera un peu de courage politique et de courage tout court. Mais il serait temps que Jean-Michel Blanquer assume ses responsabilités sans se cacher derrière un quelconque Bureau Veritas et sans faire peser toute la responsabilité sur les enseignants et les acteurs de terrain.

À propos de cette photo de Une, lire l’article CheckNews de Libération :
Que sait-on de cette photo d’enfants assis dans des carrés dessinés à la craie lors d’une récréation ?

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.