Les débats – nécessaires – et les inquiétudes – légitimes – au sujet de la pandémie du (je me refuse à le féminiser) COVID19 envahissent, le mot est faible, les médias et les conversations quotidiennes depuis des mois.
Le gouvernement et ses relais ne cessent d’informer par le biais de recommandations souvent contradictoires, floues et, ce faisant, ajoutant de l’anxiété à une ambiance déjà fortement anxiogène.

Dans le domaine de l’éducation, le ministre Jean-Michel Blanquer n’aborde plus que ce sujet sur les plateaux télés et radios qu’il fréquente avec assiduité. A sa décharge, il est vrai qu’il n’est interrogé que sur ce dossier. Ce qui me semble extrêmement dangereux pour l’École – au sens large, au sens institutionnel du terme.

L’ « École Blanquer » qui se construit en déconstruisant le passé – pourtant aujourd’hui unanimement reconnu comme ayant préfiguré ce qui adviendra un jour ou l’autre, en plus « puissant » encore – bénéficie du tsunami « Covid », lequel écrase tous les sujets de fond, pédagogiques et structurels. Pendant que les français, dont les parents et les professeurs, dont les représentants syndicaux, regardent ailleurs, le Ministre poursuit sans trop de souci la fabrique de son « Ecole » néo libérale fondée sur un scientisme incompréhensible et dans une cohérence qui échappe à la plupart des observateurs, hélas perturbés par la crise pandémique que le monde traverse.

Il serait temps, urgent même, d’en finir avec les commentaires des commentaires des commentaires de la dernière intervention du Ministre sur telle ou telle chaine de télévision, sur telle ou telle antenne de radio. Sauf pour corriger ses erreurs (je n’ose imaginer qu’il puisse s’agir de mensonges) comme celles – dernières en date – consistant à dire qu’aucun pays dans le monde n’a offert de masques à sa population ou que 5% seulement d’élèves auraient décroché pendant et à l’issue du confinement. Ces deux affirmations ne reposant sur aucune enquête scientifique – pour un ministre très amoureux du « scientifique », c’est curieux – et dont la simple observation sur le terrain permet d’en contredire chaque terme.

De la même manière, il serait temps d’en finir avec un discours institutionnel offrant à croire que ce gouvernement serait soucieux des inégalités socio-scolaires alors que ce même gouvernement à divisé par deux les fond sociaux destinés aux établissements. Prendre les français pour des naïfs, cela ne peut plus durer.

Il faut donc absolument que nous – enseignants, parents et toutes celles et ceux intéressés par l’éducation – reprenions le chemin des débats SCOLAIRES. Oui, il est temps de parler :

  • du droit à l’éducation pour chacun;
  • de la refondation d’un autre rapport Parents/École;
  • d’une politique de formation pédagogique des personnels éducatifs et des acteurs sociaux en général;
  • du droit inaliénable à l’excellence pour chacun;
  • des savoirs du XXIème siècle;
  • de la formation des enseignants, ambitieuse et continue;
  • de la notion d’équipe enseignante au cœur du système d’enseignement pédagogique;
  • de la formation comme projet personnel de l’enseignant;
  • de l’acte d’enseignement comme temps d’activité et d’apprentissage pour l’élève;
  • des échanges entre pairs;
  • de l’unité scolaire de référence : les « unités éducatives »;
  • de la notion de « programme » qui doit être profondément transformée;
  • de l’architecture scolaire qui doit être à la mesure des enjeux éducatifs et environnementaux;
  • de penser, en enseignant, à travailler avec les élèves comment penser le futur.

Autant de thèmes aujourd’hui rendus inaudibles par un virus envahissant tout, jusqu’à nos esprits déshabitués à penser l’Ecole alors qu’il est vital de pouvoir continuer à la penser.

Ne baissons pas la garde face à la maladie, évidemment. Mais, avec la même attention, la même force, ne la baissons pas non plus face à un gouvernement qui, discrètement et servi par une actualité ne « tournant » qu’autour d’un seul sujet, construit son école du XXIème siècle, très éloignée des enjeux qui s’imposent.

Qu’on y prenne garde !

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.