Emmanuel Macron en déplacement à l'Université d'Orsay, ce 21 janvier 2021 - Capture Nos Lendemains.

« Nous sommes devenus une Nation de 66 millions de procureurs ». Ça faisait longtemps que le président de la République n’avait pas provoqué les occupants des cahutes gauloises. Il n’a pas pu s’en empêcher, sûrement incommodé par les critiques, qu’il supporte mal, on le sait, et qui fusent, à juste titre, depuis le mois de mars 2019, à chaque étape chaotique de la gestion de la crise sanitaire. Pas assez aguerri, pas assez solide, Emmanuel Macron a une nouvelle fois rué dans les brancards face aux doutes légitimes d’une France qui se demande, de bonne foi s’il y a un pilote dans l’avion.

Au détour d’un laïus alambiqué, jeudi, le chef de l’État a même revendiqué son droit à l’erreur… alors qu’il les accumule depuis 2017 sans avoir été capable d’en reconnaître une seule. Tout ce qu’il a concédé, à l’époque où il jurait avoir changé, c’est « On peut toujours mieux faire ». C’est vrai. Mais hors sujet.

Quand on se trompe et que l’on est élu pour décider au nom d’un peuple — c’est ce que le Président fait pour gérer la crise sanitaire via le Conseil de défense en s’affranchissant de l’avis des parlementaires —, les conséquences sont lourdes. Il est louable de rectifier le tir. Mais il faut aussi, en toute transparence, en toute humilité, reconnaître son erreur avant de solliciter la compréhension des citoyens. La seule qu’il ait concédée, c’est celle de son ministre de la Santé, se transformant donc lui aussi en procureur dans les colonnes du Journal du Dimanche.

Si le chef de l’État avait fait preuve de davantage de sincérité et admis les fiascos des masques et des tests, le déconfinement de mai raté etc., il aurait peut-être moins le sentiment que ses erreurs sont traquées par des Français de moins en moins enclins à le croire et pour cause. « C’est pas comme ça qu’on fait face aux crises et qu’on avance », dit-il. Nous sommes d’accord. C’est surtout valable pour lui.

Emmanuel Macron est mal placé pour donner des leçons. Il n’a pas davantage vu venir le coronavirus que le mouvement des Gilets jaunes, par exemple. Le 4 novembre 2018, perclus d’assurance, il réaffirmait, sourd à la colère qui montait dans le pays et presque fier de l’être : « J’assume la hausse des taxes sur les carburants ». Un mois plus tard, au lendemain d’un Acte 3 dévastateur à Paris notamment, il était contraint de reculer en catastrophe.  Trop tard. Cette erreur-là, ce manque de vista, a coûté très cher à la France. Demandez aux commerçants des cœurs de villes. Malgré tout ça, Macron se croit apte à donner des conseils. Ce serait drôle si ça n’était pas inquiétant. Et s’il n’y avait aucun risque que l’exaspération forcément générée par ce comportement profite au RN au bout du compte.

Olivier Véran aussi ferait bien descendre d’un étage quand la représentation nationale lui demande des comptes. Elle est précisément là pour ça. Le ministre de la Santé a encore aboyé après les députés de tous bords sceptiques sur la stratégie de l’exécutif pour la vaccination. Ils ont pourtant quelques raisons de s’inquiéter. Et de prendre les vociférations déplacées de Véran pour ce qu’elles sont : l’expression de la faiblesse de l’exécutif, la traduction d’une certaine immaturité nerveuse, irrespectueuse de la démocratie, au cœur d’un hémicycle qui lui est pourtant dédié.

Au-delà de l’agacement qu’elle ne manquera pas de susciter, la sortie du Président est tout de même porteuse d’espoir. Il y a en France « 66 millions de procureurs » selon lui. Or l’Insee a recensé 67 millions 422.000 habitants au 1er janvier 2021, selon le bilan démographique publié le 19 janvier. Soit une différence de 1 million 422.000 Français. Sachant que la population âgée de 0 à 15 ans s’élève à 11 millions 966.855 individus, il y a au moins 10 millions 544.855 procureurs de moins de 15 ans dans le pays. Cocorico.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

  1. GALLIEZ

    Nous avons un mauvais pilote dans l’avion France! un avion qui ne fait que des loopings à travers les nuages d’une politique grise et sombre….a travers des cumulus n’apportant que pluies et orages…une politique dictée par un trajet chaotique provenant de décrets n’amenant qu’un dérèglement climatique de la France. France qui a besoin d’un réchauffement politique porteur de beaux jours et de tempétatures clémentes. Le pilote navigue à vue, espérant gagner de l’altitude pour mieux approcher ces espaces paradisiaques qu’il aime tant, accompagné de ces tiches voyageurs des espaces dorés et luxueux, et sans doute aseptisés. En fait la France est pilotée par un débutant qui s’il a su décoller, n’arrive plus à atterrir et virevolte secoué par des vents contraires à ses espoirs. Il est temps qu’il se munisse d’un parachute (doré???) et aille rejoindre le clan des complotistes rêvant de dominer le Monde que l’on rassemblerait sur une île éloignée des continents ayant besoin de vivre normalement!

  2. Vallee

    Pauvre France. Dépit … Pourtant Citoyen.ne réjouis toi ! L’amateurisme et l’hubris du Sieur Emmanuel le petit, montrent une nouvelle fois aux rares #GensDenBas encore endormis par lui, qu’en 2022 il sera plus que temps de renvoyer cet adulescent dans les jupes de sa maman de substitution. Contre le #Cupidalisme #Montebourg2022 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.