Jet privé à l'aéroport de Manchester en Grande-Bretagne - Photo Riik@mctr - Creative Commons.

« Enrichissez-vous » disait François Guizot, en plein XIXème de la société de consommation naissante. Un siècle plus tard, son vœu est exaucé avec ses citoyens français amoureux des fashions weeks, des soldes et autres promotions tout au long de l’année. Pourtant, derrière cette photographie un rien caricaturale, une vérité émerge : la surconsommation pollue. Et finalement ce sont plutôt les gens bien nés qui sont à l’origine de cette attaque en règle et irresponsable de la Terre, et de ses ressources déjà largement épuisées. Ce modèle consumériste en France peut être appliqué à tous les pays développés de la planète. Et dans tous les cas, un même constat : la responsabilité de la pollution incombe aux plus riches.

Les économistes se sont penchés sur cette question du : qui pollue ? Le mensuel « Alternatives Economiques » révèle que « les 1 % les plus riches (en revenu) de pays très riches tels que les États-Unis ou Singapour ont des niveaux d’émissions par personne dépassant 250 tonnes de CO2 par an (on parle de « CO2 équivalent ») pour Singapour, 320 pour les États-Unis, 200 pour le Canada, etc., chiffres pour l’année 2013. À l’autre extrémité, les 10 % les plus pauvres des pays les plus pauvres (par exemple le Honduras ou le Rwanda) sont à environ 0,1 tonne par an, soit 2000 ou 3000 fois moins que les très riches des pays très riches ».

Une réalité inique et cynique connue de toutes les organisations internationales, y compris l’Onu. Lors des grands sommets sur le changement climatique, les conclusions apparaissent les mêmes, jusqu’à la redondance. Ainsi, 10% des habitants de la Terre les plus riches occasionnent 50% des émissions de gaz mondiales, tandis que les 50% des plus pauvres seulement 12% de ces émissions mortelles pour la nature et les populations. En chiffres, le tableau effraie encore plus par la quantité et les inégalités. En effet, chaque humain produit 6.6 de tonnes de CO2 par habitant, en moyenne lissée. Dans le détail, 10% des plus riches émettent 31% de tonnes, sans compter les 1% les plus fortunés qui, eux, battent tous les records avec 110 tonnes de CO2 par personnes. N’en jetez plus, un vrai scandale sanitaire. Et dire qu’en France, en 2018, le gouvernement Edouard Philippe voulait faire payer à tous une taxe carbone indiscriminée, et qui aurait entraîné un approfondissement des inégalités sociales, face aux pollutions.

Quand les grands patrons appellent à la sobriété…

Les patrons d’EDF et d’Engie en appellent à la sobriété dans la perspective des prochaines pénuries liées à la guerre que la Russie mène à l’Ukraine. Les moins fortunés pourraient leur rétorquer : c’est déjà fait mes capitaines ! En France, particulièrement, au pays de l’égalité portée en étendard, les disparités sur les émissions de CO2 éclatent en plein jour. Si la moyenne indique 8.7 tonnes, un énorme différentiel apparait avec les 10% les plus riches qui émettent 25 tonnes par habitant, contre 5 tonnes pour la partie la moins fortunée. Surement des chiffres inégalitaires qui ont entrainé le déclanchement de la crise des gilets jaunes. L’écologie punitive par un gouvernement libéral incapable de faire le tri entre les principaux responsables, et les plus démunis finalement condamnés, par manque de moyens, à la sobriété si chère aux grand patrons français.

Face à l’explosion de la pollution, en France notamment, l’organisation non-gouvernementale et militante « Attac » fait 4 propositions susceptibles de casse cette dynamique ; en réalité néfaste pour les populations les plus faibles : supprimer le plus rapidement toutes les exonérations de taxes sur le kérosène utilisé pour les vols intérieurs et sur le fioul lourd, instaurer unilatéralement et immédiatement une taxe carbone complémentaire pour l’ensemble des sites industriels français soumis au marché carbone européen afin que chaque tonne de carbone relâchée soit taxée au niveau fixé par la trajectoire carbone ; remplacer le marché carbone européen par une fiscalité carbone réellement efficace et dissuasive : le marché carbone est si dysfonctionnel, instable et spéculatif qu’il ne peut être réformé pour le rendre efficace, et enfin instaurer un moratoire sur toute nouvelle augmentation de la fiscalité carbone en direction des ménages le temps de la mise en œuvre d’une politique fiscale redistributive permettant de réduire les inégalités, réduire l’empreinte écologique des plus riches et développer les alternatives au tout-voiture et à l’étalement urbain. À bon exécutif salut !

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Veyssiere

    Cet homme est incapable de diriger un pays, en cinq ans, lui et sa bande on été incapable de préparer l’avenir au travers de l’enseignement, la santé, l’énergie, la justice, l’industrie, la pollution, la concorde entre les français.
    Je crois que l’on va retrouver dans les tout prochains mois un condensé de sa politique erratique dans l’énergie électrique de la France, il à massacré EDF financièrement et n’a tenu aucun compte de l’état du parc nucléaire ( sa passion soudaine pour celui-ci n’a qu’un objectif donner au grand capital des sommes énormes sous couvert de construction des EPR qu’il réclame à grands cris (voir l’article paru dans le Canard Enchaîné du 13/07/22) et pour patienter pendant la décennie à venir il va faire régner et la justice entre les français à coup de phrases assassines comme ces derniers jours « les français devront faire preuve de raison en prenant des douches froides et baisser leur chauffage » sauf que cette fois il aura deux outils pour obliger la majorité d’entre nous à ne pas consommer : Une hausse énorme des tarifs, plus un outil radical, inconnu jusque là : le compteur Linky qui permet à Enedis d’administrer à distance la distribution par abonné et ceci à la vitesse des réseaux informatiques, en clair on coupera/ rétablira précisément votre électricité à volonté, bien sur certain ne seront jamais coupés comme avant ou les voisins d’un ministre profitaient d’habiter à proximité du ministre ou d’un préfet! Non, là ce sera nominatif si l’on peut dire et instantané et autant de fois que nécessaire, bon certains auront des doutes en voyant les enseignes de la banque voisine rester allumée alors que tous ses voisins seront coupés. Macron pensait peut être au Linky en parlant d’une nation organique !.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.