Les Bleus s'enlacent après leur but contre l'Allemagne à l'Euro 2021 - Capture Nos Lendemains.
Les Bleus s'enlacent après leur but contre l'Allemagne à l'Euro 2021 - Capture Nos Lendemains.

Avant, le football était un sport qui opposait deux équipes de 11 autour d’un ballon rond, et à la fin c’était toujours l’Allemagne qui gagnait… Mais ça c’était avant ! Aujourd’hui l’adage s’applique à l’équipe de France armée de sa défense en fer, de son milieu « charbonneur » à souhait, et de sa BMG (Benzema, Mbappé, Griezmann), une attaque de feu que toutes les nations de foot jalousent. Mardi soir, à Munich, les Bleus n’ont pas joué les munichois, ils n’ont pas lâché l’affaire, peur de rien, ils ont affronté les vaguelettes teutonnes sans céder. Muller tel qu’en lui-même fut transparent tout au long de la partie. Et quand les Français se lançaient en contre-attaque, sans frayeur, ils donnaient des sueurs froides à leurs adversaires, jusqu’à les faire déjouer ; entrainant un but contre son camp (Un CSC comme disent les purs footeux) en faveur des Français. Score final : 1-0. Aujourd’hui, avec trois points dans son escarcelle, l’équipe de France peut voir venir avec sérénité la modeste Hongrie qui s’est inclinée contre le Portugal 3-0.

A une semaine de cette victoire contre la Mannschaft, les attaquants français se sont permis une polémique comme seuls les gaulois savent les inventer sur le thème : les copains refusent de me faire des passes. Les premières salves viennent de l’ex numéro 9 Olivier Giroud. Quand un journaliste de l’Équipe sous-entend sa discrétion sur le terrain, lors du match amical contre le Pays de Galles, le sang du gunner d’Arsenal ne fait qu’un tour : « Discret parce que des fois on fait des courses mais les ballons n’arrivent pas, après je ne prétends pas faire toujours les bons appels mais je me suis évertué à donner des solutions dans la surface. Pour le coup, avec deux bons ballons de Ben (Pavard) et de Wissam (Ben Yedder), j’ai pu bien finir mais on aurait pu marquer plus de buts si on avait été plus efficaces ». Visé, Kylian Mbappé, accusé de préférer jouer à la baballe avec le relaps Karim Benzema… Entre techniciens on se comprend !

Mbappé-Giroud : une polémique en vain

Chatouilleux sur les critiques qu’on peut émettre contre son auguste personne, le kid de Bondy ne tarde pas à réagir en conférence de presse, même si son nom n’a jamais été cité. Du haut de ses 22 ans, face à des journalistes désarçonnés par un tel niveau de confiance, Mbappé lance, sourire aux lèvres, en réponse à Giroud : « Ce n’est pas ce qu’il a dit, ça, ça ne me dérange pas plus que ça. C’est plus de le sortir publiquement. Rien dit de méchant ». Regrettant que Giroud ne lui ait rien dit dans le vestiaire. « J’aurais préféré qu’il vienne et même qu’il soit plus virulent. Moi, quand j’ai quelque chose à dire à quelqu’un, je vais lui dire et ça reste dans le vestiaire » réplique l’attaquant du PSG très en verve comme à l’accoutumée. Au final, une mauvaise humeur sans conséquence car l’attaque-type du sélectionneur Didier Deschamps, pour l’Euro, est désormais établie : Mbappé, Benzema, Griezmann. Même si, c’est vrai, l’arrivée du Madrilène change la stratégie offensive, et parfois offensante, de l’équipe de France.

Un point sur lequel Kylian Mbappé a fourni une explication technique et logique, lors de sa conférence presse. Autant avec Benzema, il peut jouer à une touche de balle, à des unes-deux à la sauce barcelonaise, autant avec Olivier Giroud seule la passe de but compte, sans aucune préparation. Reproche qu’on pourrait adresser au joueur parisien : sa tendance spontanée à chercher Karim Benzema… Et le joueur du Real Madrid en redemande sur le front de l’attaque. Il n’est qu’à se souvenir du duo qu’il formait, en équipe de France, avec Franck Ribéry, oubliant un peu le reste de l’équipe, pour un résultat tout à fait médiocre. L’entraineur s’appelait Raymond Domenech. Mais ça aussi, c’était avant ! Aujourd’hui, avec le boss Deschamps, un tel comportement mi-clanique, mi-grégaire, ne sera pas toléré. Surtout, Olivier Giroud n’est pas mis à la cave, car s’il est un piètre technicien, il peut se vanter d’être un buteur hors-pair chez les bleus. Deschamps ne joue, en effet, ni pour le style, ni pour le beau jeu, mais pour la gagne. Et avec Giroud, il a gagné la coupe du monde.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.