Eric Choupo-Moting après le but de la victoire et de la qualification - Capture via Twitter / Droits réservés.

Et soudain surgit Eric Choupo-Moting dit Choupo. Le but de la délivrance, c’est lui. Le but qui brise le mauvais karma d’un PSG s’écrasant immanquablement sur la muraille des 1/4 de finale de LDC, c’est lui.

On attendait Neymar, qui aura à la fois impressionné par son génie et son volume de jeu et agacé par sa finition. On attendait Kiki Mbappé dont l’entrée à la 59ème ressemblait a l’arrivée du Messie. Et bien ce fut Choupo. Le tâcheron du PSG, l’homme qui a signé pour quelques patates « seulement » 3,5 millions d’euros par an contre 49 à Neymar et 23 à Mbappé. Celui qui a justement été recruté pour abattre du terrain, en acceptant de passer de longues heures sur le banc de touche sans broncher, celui qui ne prend pas ombrage de l’ombre des stars. Et c’est cet homme là, ce soldat de première ligne, cette chair à canon des pelouses, qui délivre Paris et lui offre un billet pour ces demies finales qui s’éloignaient à grand pas jusqu’à l’égalisation de Marquinhos avec, au départ son centre, puis son propre but qui a transformé les salons, les bars, les canapés des supporters parisiens en rave-party autorisées. Celui qui surgit hors de la nuit. Le type sympa, qui ne la ramène jamais, travaille, admire les stars qu’il côtoie, arrive en skate au camp des loges, accepte son destin sans broncher. Mais, qui, en son for intérieur, se dit qu’un jour, ce sera son heure sans trop y croire non plus.

Rentré à la 79ème et en 10 minutes de jeu, alors qu’il est en fin de contrat, il est sorti de l’ombre et a effacé les deux années de moqueries des supporters parisiens pour son absence sur le terrain , son incroyable maladresse lorsqu’il empêche le PSG de marquer en restent sur la ligne de but adverse et son effacement progressif au profit d’Icardi qui a brillé hier soir par son absence.

Un pied de nez colossal de l’attaquant camerounais auquel Neymar a rendu hommage en partageant avec lui le titre d’homme du match. La piste aux étoiles, le graal pour Choupo qui a toujours eu la confiance de son entraîneur. Oui mais qui aurait parié un kopeck sur lui, le sauveur ?

Personne. Cette histoire est belle, si belle dans un sport pourri par l’argent et les ego. Elle est encourageante, elle nous dit que personne n’est prisonnier de son statut de looser. Elle encourage tous les Choupo de la terre à croire dans leur capacité à renverser un chemin tracé par d’autres, pour peu que l’on y croit jusqu’au bout. Choupo, dernier de cordée devenu Choupo. Le héros. Magnifique !

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.