Les Policiers de Miami mettent un genou à terre contre les violences - Photo source Twitter.

L’image de policiers américains posant un genou à terre, en soutien à Georges Floyd et aux manifestants, a créé la surprise dans le monde. Comme un pied de nez à Donald Trump et à ses envies d’en appeler à l’armée pour mater ces hordes d’anarchistes, d’antifa, de terroristes qui créent, selon lui, le chaos dans les plus importantes villes américaines. A commencer par Washington.

Un geste de fraternisation sincère, tant l’image du policier blanc, symbolisé par la figure inquiétante de Derek Chauvin, devenait inacceptable, et même dangereuse pour l’ensemble des forces de l’ordre américaines. Partout, on a vu des manifestants et des policiers fraterniser, par de profondes accolades malgré les gestes de distanciation à respecter. Dans le New Jersey, des troupes ont carrément pris part aux manifestations

Un tournant pour la société américaine ?

Ce tournant marquera-t-il une nouvelle étape dans la dramatique affaire Floyd ? Les policiers désobéiront-ils aux injections de Trump d’anéantir la rébellion ? Car dans toutes les métropoles américaines, les forces de l’ordre accomplissent ce geste de ralliement aux manifestants pour dire stop aux meurtres de noirs, par des policiers blancs, que la justice n’inquiète pas. Egalement, une façon de se protéger contre l’amalgame : flic blanc, tueur de noirs.

La famille de George Floyd l’a bien compris et même accepté qui appelle au calme et à la justice. Déjà, Derek Chauvin, inculpé, passe ses premières nuits en prison en attendant d’être jugé pour homicide. Si elle n’a pas évité les violences et le vandalisme urbain, la justice américaine a donné des gages de bonne volonté, en vérité un acte politique symbolique.

« Fuck Trump »… Pas la police

En attendant que les tribunaux se prononcent, les violences se succèdent, et aucune grande ville n’est épargnée. Bien sûr à Minneapolis, sur la célèbre Vème Avenue de New York, et dans la capitale Washington DC, où l’église des présidents a été dégradée à coup de tags vengeurs « Fuck Trump ». Dans toutes ces villes, le couvre-feu imposé à 19h00 n’empêche pas les manifestants de se réunir pour en découdre, jusqu’aux abords de la Maison Blanche.

Après les drapeaux américains brulés, les policiers posant un genou à terre, en forme de ralliement aux manifestants, les Américains mettent un terme à la fable d’un pays unis par ses couleurs et son ordre national. Une mauvaise nouvelle pour Donald Trump qui peut ranger dans ses tiroirs son slogan pour les présidentielles de 2020 : « Keep America Great »

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.