Karim Benzema - Capture d'écran via LCI

Quelques jours avant le début de l’Euro 2021, les mauvaises langues s’inquiétaient du retour du réprouvé Karim Benzema : pas à la hauteur du maillot, bad boy muni de sa sextape, mauvais ambianceur… Comme un remake de Knysna. Au final, un joueur discret, disponible, concerné, et surtout buteur. En 4 matchs, 4 buts qui auraient pu et auraient dû sauver la France du naufrage. Au lieu de rapporter la coupe à la maison, Didier Deschamps ramènera le groupe à la maison. Un marasme absolu face la modeste équipe de Suisse. Les Bleus nous auront rien épargné : une 1ère mi-temps insipide, un premier but encaissé, une seconde mi-temps pleine de velléités d’attaques, trois buts dans l’escarcelle de l’équipe de France, grâce à un doublé de Karim Benzema. Le calvaire allait commencer par une remontada des Helvètes, et pour finir une victoire aux tirs aux buts, par l’échec de Kylian Mbappé. Bilan de ce mois d’Euro, l’équipe de France n’aura pas brillé durant le tournoi, ni contre des Allemands dominateurs, des portugais mieux organisés, des Hongrois solides, et des Suisses bien plus engagés et offensifs. Avec une défense aux abonnés absents, une attaque hémiplégique, et un milieu qui s’apparentait plus à une ligne de défense qu’à une base de lancement pour ses attaquants, les bleus n’ont pas réussi à rééditer les exploits de la coupe du monde, trois ans plus tôt.

Pourtant, la France était dotée du trio que le monde entier nous envie : Mbappé, Benzema, Griezmann. Hélas, entre l’inefficience du joueur parisien, les efforts du Madrilène, et les taches défensives du Barcelonais, jamais les bleus ont paru être maitres de la situation. De longues minutes à subir, à manger leur pain noir, avec parfois des coups de génie, et des passes entre Mbappé et Benzema qui ne demandait que cela… Du collectif, toujours du collectif, comme avec Modric et Ronaldo au Réal.

« Repose en paix la chatte à Dédé » 

Cet Euro aura révélé un joueur : Karim Benzema, l’homme du match et l’homme des matchs de l’équipe de France. Toujours disponible, buteur, attaquant et meneur de jeu, il a éclairé le jeu des bleus par ses une-deux, ses capacités à transpercer les défenses adverses. Peut-être une gène pour Kylian Mbappé, obligé de partager son rôle, devant, avec ce glorieux intrus. Au compteur du kid de Bondy : zéro but. Pourtant, ces têtes de pont du navire France paraissent, sur le terrain, s’entendre comme deux larrons en foire, tant ils partagent le même sang technique. En rythme, ils se cherchent, ils s’allument, ils se trouvent. La différence entre les deux joueurs ? La capacité à marquer qui a libéré Benzema, mais tétanisé Mbappé, condamné à des grigris qui amusaient les défenseurs adverses. Il n’empêche, les 2 hommes sont faits pour s’entendre, dans la perspective de la Coupe du Londe en novembre 2022. Car la difficulté se situe moins en attaque qu’en défense. Face à la Suisse, Raphaël Varane et sa garde rapprochée ont totalement failli, obligeant le pauvre Griezmann a joué les essuie-glaces entre la défense et l’attaque.

En 2018, Didier Deschamps nous proposait un jeu moche et des victoires. Trois ans plus tard à l’Euro, le sélectionneur de l’équipe de France nous a imposé un jeu toujours aussi moche, mais des défaites. Il a beau avoir entre ses mains une paire d’as, il n’est jamais parvenu à en tirer la substantifique moelle footballistique. Comme a titré le mensuel So Foot : « Repose en paix la chatte à Dédé ». Une chance que Karim Benzema promet de ressusciter, tant sa présence chez les Bleus ne fait plus débat, sauf peut-être chez les footix ou les élus du rassemblement national. Le magasine « Onzemondial » corrige en quelques phrases la copie des bleus durant l’Euro : « L’équipe de France est éliminée de l’Euro après sa défaite aux tirs au but face à la Suisse. Une fin de compétition qui suscite beaucoup de critiques, que ce soit autour de Didier Deschamps ou encore de Kylian Mbappé, auteur du tir au but qui a précipité la chute des Bleus. Mais un homme échappe ce matin aux critiques : Karim Benzema. L’attaquant du Real Madrid, auteur de son deuxième doublé en deux matchs, a répondu aux attentes après un début d’Euro poussif, et aurait été le grand héros de l’équipe de France si elle n’avait pas sombré en fin de match pour permettre à la Suisse d’arracher la prolongation in extremis ».

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.