Incendie de la Cathédrale de Nantes, ce samedi matin 18 juillet 2020 - Photo DR via Ouest France.

Ah, voilà une nouvelle cathédrale qui brule, un spectacle toujours désolant, poignant. Et voilà les inspecteurs Gadget de la droite extrême qui se manifestent bruyamment. Certains mezzo voce « tiens, c’est bizarre toutes ces églises qui brûlent », sous-entendu « on se demande bien qui peut allumer les feux ». D’autres plus clairement, font directement le lien avec Notre Dame de Paris, comme Marion Maréchal qui se demande benoîtement « Où en est l’enquête ? » (sur Notre-Dame bien sûr) relançant évidement toutes les théories les plus délirantes sur un incendie qui a profondément éprouvé le Monde. La palme revient, comme souvent, à Nicolas Dupont Aignan qui twitte “ « Interpellons leurs auteurs, condamnons-les et expulsons-les s’ils sont étrangers ! Ce sera eux, ou nous. » Carrément.

Du côté de l’enquête, on avance avec prudence. L’incendie qui a ravagé le grand orgue de la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul paraît en partie volontaire, d’après les déclarations du procureur de la République de Nantes Pierre Sennès. Mais la piste accidentelle n’est pas écartée.

Il semble qu’il y ait eu 3 départs de feu quasiment simultanés : près du grand orgue au 1er étage et à gauche et à droite de l’autel.

Après deux heures de lutte, les pompiers du SDIS 44 sont venus à bout des flammes. Les dégâts sont importants, mais moins dramatiques que le précédent incendie qui avait déjà ravagé l’édifice en 1972.

Disparus le grand orgue et les vitraux du XVIème siècle. Un coup très dur pour ce joyau gothique, qui fait partie de la vie des nantais. Un bout de l’histoire de Nantes qui part en fumée. Et un travail magistral, une nouvelle fois salué par les habitants de la cité des Ducs.

Sitôt le tocsin médiatique sonné, on a donc assisté à l’arrivée de la grande armada ministérielle : le premier ministre, Jean Castex, celui de l’Intérieur, Gerald Darmanin et Roselyne Bachelot pour la Culture, aux côtés de la Maire Johanna Rolland et de Jean Marc Ayrault.

Un déploiement ministériel surdimensionné et venu en avion, en oubliant en 48h les grands discours sur les vols vers les villes à moins de deux heures 30 de distance. Voilà l’exacte démonstration de l’impossibilité, quand on gouverne, et face à l’urgence, de faire ce que l’on dit.

Fort heureusement, tout le monde avait mis son masque , y compris pour déambuler dans les rues, ce qui nous change de la grande réunion d’hier avec les préfets, autour de Gérald Darmanin et Marlène Schiappa au ministère de l’Intérieur.

Cette parenthèse refermée, regardons objectivement la situation de nos trésors nationaux. Les incendies sont très fréquents, trop fréquents dans ces lieux auxquels on ne consacre pas assez d’argent, ces bâtiments aux installations électriques généralement vétustes, mal entretenus, et souvent même , laissés littéralement à l’abandon . Aujourd’hui encore, le ministère de la Culture va faire appel aux dons pour reconstruire rapidement l’édifice. Mais tout cela ressemble à des rustines alors que ces trésors ont besoin d’argent. De beaucoup d’argent.

Derrière cet événement, une volonté politique : celle de Jean Castex d’occuper l’espace, en laissant assez peu de visibilité à ses ministres, de montrer une empathie pour ces fameux « territoires », cette expression qui ne veut pas dire grand-chose, et d’imprimer sa marque le plus rapidement possible, celle d’un Premier ministre et pas celle d’un simple collaborateur.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Grégory

    Vous avez dit « La palme revient, comme souvent, à Nicolas Dupont Aignan qui twitte “ « Interpellons leurs auteurs, condamnons-les et expulsons-les s’ils sont étrangers ! Ce sera eux, ou nous. » Carrément. »
    Malheureusement, il se confirme que l’auteur du crime est un « réfugié » rwandais…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.