Jean-Luc Mélenchon s’exprime ce dimanche 12 juin 2022 après le premier tour des élections législatives - Capture TV.

Emmanuel Macron a senti le vent  du boulet. Ce week end, le chef de l’État n’a pas été rassuré par les remontées de terrain car rien n’y a fait. Ni les mensonges grossiers sur le programme de la Nupes (interdiction de couper du bois par exemple) ni les prévisions économiques cataclysmiques, digne de l’extinction des dinosaures au Crétacé, ni les parallèles nauséabonds entre Le Pen et Mélenchon, ni les menaces ou les chèques tous azimuts. Rien n’a eu de prise sur l’élan de la gauche unie, à part peut être cette stratégie de non campagne, qui a organisé l’atonie, et donc l’abstention dont il pensait qu’elle lui bénéficierait. Rien n’a fonctionné comme prévu. Et voilà Macron au pied du mur. Désarçonné par cet improbable que la vista et la force politique d’un homme a transformé en possible : Jean-Luc Mélenchon a réussi ce que personne ne croyait possible : réveiller la gauche au point de la propulser au second tour dans plus de 500 circonscriptions. Au point de faire chuter directement ou de mettre en immense difficultés, les principales figures de la majorité : Blanquer, Wargon, éliminés des le 1er tour ou Castaner, Ferrand, de Montchalin, Beaune ou Guerini en ballotage défavorable.

Au point de disloquer les derniers éléphants : la plupart des candidats soutenus par Delga sont éliminés, tout comme Lamia El Aaraje, symbole de cette révolte, soutenue par Cazeneuve, et qui termine à 17% face à une Simonnet à 47%. Et que dire de Annick Taysse, soutenue à grand renfort de publicité, par François Hollande en personne, et Bernard Cazeneuve en Corrèze ? Éliminée des le 1er tour avec 10% des suffrages.

Pourtant, rien n’est gagné pour le second tour car la stratégie de Macron est simplissime: faire barrage à Mélenchon, comme on fait barrage à Le Pen . Ceci explique cela . Ensemble ne donnera  aucune consigne nationale de vote en cas de duel # Nupes / RN. Oui vous avez  bien entendu. Les macronistes, qui ont fait à la gauche, en 2017 et en 2022, la danse des 7 voiles, et particulièrement aux électeurs de Mélenchon pour battre Le Pen, les memes refusent de se prononcer en cas de duel. Le signe supplémentaire, si besoin était, du cynisme du chef de l’état qui a imposé cette consigne . En clair, une voix de Melenchon, acceptable en avril 2022, est détestable  en Juin 2022. Position  amorale qui risque de coûter cher  dans l’opinion car ne nous y trompons pas : les projections de sièges ne sont qu’un trompe l’œil . Une nouvelle campagne commence, la majorité absolue n’est plus une évidence, et ce genre d’attitude présidentielle peut provoquer un désir de vote utile Nupes pour corriger un peu plus encore le rapport de force. 

Mélenchon l’a bien compris, lui qui s’est gardé de fanfaronner et a adopté, hier soir, un discours encore plus lissé pour séduire au Centre gauche, tenter d’emmener la jeunesse à voter, et rassembler sous sa bannière tous ceux qui ont soif de justice sociale et veulent barrer la mécanique macromienne trop bien huilée . En clair, Macron a été le vote utile  pour barrer la route à Le Pen. Gare à ce que Mélenchon ne devienne pas le vote utile pour barrer la route à Macron, perçu comme de plus en plus toxique, bien au delà de la gauche. 

En attendant, il y avait une forme de délice à observer les visages déconfits sur les plateaux hier soir. Mélenchon a fait mentir des années de forfanterie, de mépris de la gauche, de haine de sa personne, des années d’analyses ressassées sur le wokisme, l’anti République, des années de gorges chaudes ou de commisérations sur cette gauche irresponsable ou révolutionnaire. Mais se régaler ne suffit pas. Il faut désormais transformer l’essai. Dans beaucoup de circonscriptions, la clé se trouve dans le report des votes du RN et la participation. 

Le Pen a été claire : ni l’un , ni l’autre. 

La bataille s’annonce rude. Et sans débat réel. Chacun devra compter sur sa propre capacité d’entraînement. On peut imaginer un Mélenchon se démultipliant pour marquer définitivement le point. Que fera Emmanuel Macron qui s’envole Mardi pour la Moldavie ? Peut il laisser se dérouler le 2ème tour sans autre stratégie que le « Tout sauf Mélenchon » portée par des ministres affaiblis et une Première ministre dont la capacité de conviction politique n’est pas la principale qualité ? 

En tout cas, pour la première fois  depuis longtemps, la gauche unie peut faire mentir tous les pronostics. La semaine sera dense. 

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Castex

    Belle victoire de la Nupes .
    Ne pas fanfaronner .Macron a plus d un
    tour dans son sac. Les médias lui sont acquis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.