Jeudi 18 Mars 

On reconfine… sans reconfiner ! Le couperet est tombé : 16 départements se reconfinent pour 1 mois. Une décision abrupte, d’autant plus étonnante qu’ Emmanuel Macron avait laissé entendre hier soir, lors de sa rencontre avec les élus franciliens, à Poissy, qu’il n’était pas vraiment favorable à ces mesures de confinement. On aurait aimé être une petite souris pour assister au conseil de défense, au cours duquel, Mercredi, Olivier Véran et Bruno Le Maire se sont écharpés, l’un voulant refermer, l’autre refusant mordicus. 

Étrange confinement pendant lequel les écoles seront ouvertes, où nous aurons le droit de circuler librement sans limitation d’heure dans un rayon de 10 kms ! Confinés mais pas trop ! Qu’est-ce que ça va changer sanitairement, hormis la fermeture des petits commerces. 

Le pari d’Emmanuel Macron est donc raté. Jusqu’au bout, le chef de l’Etat a pensé qu’il avait encore un peu de marge et qu’il pourrait passer entre les gouttes. À l’évidence, la pluie et l’emballement épidémique l’ont rattrapé. 

Il pourra plaider qu’il a tenté de ne pas reconfiner mais on reste un peu pantois devant ces atermoiements, ces mesures étranges (confinés mais avec liberté totale de sortie) et l’attitude personnelle du chef de l’Etat qui décide seul, prend son temps et imprime une communication fumeuse et déboussolante pour l’opinion et pour sa propre équipe, qu’il semble prendre un malin plaisir à désavouer et à surprendre. Pour preuve, sa décision de suspendre le vaccin AstraZeneca, dont son propre Secrétaire Général de l’Élysée n’était même pas au courant. 

Plus largement, l’échec est cuisant lorsqu’on regarde ce paradoxe : l’Île-de-France, la plus contaminée, a été aussi celle où l’on a le moins vacciné. Comme a-t-on pu échouer à ce point sur la stratégie vaccinale ? Ce nouvel épisode en tout cas ressemble a un nouveau coup de bambou pour des Français qui ne voient plus le bout de cette crise. 

La démocratie abîmée. Il faudra que nous réfléchissions à la manière dont nous, Français, épris de démocratie, gaulois réfractaires et rebelles, avons accepté d’être gouvernés sous état d’urgence sanitaire depuis 1 an, avec un homme seul qui décide absolument de tout dans un conseil de défense opaque. C’est inacceptable… et nous l’acceptons ! 

Où sont les lits ? Le rapport de la cour des comptes est accablant : aucun lit de réanimation n’a été créé depuis 1 ans. Pire, le Canard Enchaîné nous apprend qu’on en a fermé ! Rien ne sert à rien. Nous n’avons tiré aucune leçon de nos erreurs. Un constat accablant qui tranche avec le triomphalisme de ce gouvernement, qui continue de claironner que nous sommes …presque… les meilleurs. Sidérant !

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Journal de la présidentielle

Lundi 19 Avril  -La « drague » sans vergogne d’Emmanuel Macron – Tout est irritant dans l’interview du chef de l’État accordée aujourd’hui au Figaro. Le moins grave

Lire plus »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.