Jean-Luc Mélenchon en 2017 - Photo ActuaLitté - Creative Commons
Jean-Luc Mélenchon en 2017 - Photo ActuaLitté - Creative Commons

Les ricaneurs sont à la fête. Ils s’en donnent même à cœur joie. Depuis quelques jours, alors que les images ultra violentes de Dijon et des commandos tchétchènes ont envahi nos écrans, la marée éditoriale se délecte des propos de Jean-Luc Mélenchon qui, lors de la manifestation de samedi dernier du collectif « Justice pour Adama », place de la République, a demandé que la police soit le moins armée possible pour recréer de la confiance avec les citoyens. Et chacun de mettre en parallèle ces propos avec les affrontements de Dijon sur le mode habituel du « Alors, Monsieur Mélenchon, vous voulez désarmer la police? » ?

Essayons d’être juste et de rappeler que Jean-Luc Mélenchon n’a rien dit de farfelu ou révolutionnaire. La réflexion sur l’armement apparent de la police est engagée dans de nombreux pays, notamment l’Allemagne ou les pays scandinaves, dans le cadre d’une réflexion plus large sur la doctrine du maintien de l’ordre. Ce qui évidemment n’a rien à voir avec des attaques menées par la pègre tchétchène, à l’arme lourde type Kalashnikov, et qui, de toute façon, ne peuvent être traitées par des forces de polices classiques, aussi armées soient elles.

Cette manière de disqualifier systématiquement ou presque tout ce que dit et pense Jean-Luc Mélenchon, de le ramener, dans un parallélisme malsain, pervers, à Marine Le Pen, qui, finalement, est critiquée avec bien moins de virulence dans le champ médiatique, nous interroge.

Pourquoi un tel rejet systématique, alors que la présidente du Rassemblement National semble traitée avec plus de mansuétude ? Il y a bien longtemps qu’on ne s’étrangle plus d’indignation sur ses propos outranciers, alors que la moindre déclaration de Jean Luc Mélenchon est analysée, triturée, contestée, moquée.

Pourquoi ces indignations à géométrie variable quand la première raconte a peu près n’importe quoi sur l’immigration, l’économie, la souveraineté nationale alors que le second plonge sa réflexion dans l’histoire politique et sociale de notre pays, il y a, et j’entends déjà les récriminations dont je me moque, une sorte de prime à Le Pen, au nom de je ne sais quel duel auto proclamé pour 2022, qui, comme toutes les prévisions mediatico politiques, n’aura certainement pas lieu. Inutile de faire la liste des prophéties ratées : DSK devait être président, Jospin devait affronter Chirac au second tour en 2002, Valls devait gagner la primaire socialiste et Juppé celle de la droite.

Ces échecs répétés à analyser les mouvements de la société devraient nous interroger sur cet entre soi qui ne cesse, depuis 2017 de disqualifier l’un des seuls leaders audibles de gauche, tout en déroulant une forme de tapis rouge à la grande brûlée de 2017. Pourquoi ? Pour planter le décor d’un match retour qui n’aura probablement pas lieu, si l’on en croit les statistiques sur les prophéties passées ?

Tout cela laisse perplexe comme le renvoi systématique, et dos à dos de l’extrême gauche et l’extrême droite. D’abord , en quoi Jean Luc Melenchon est t-il d’extrême-gauche ? Évidemment, lorsqu’on entend, en rendant bien l’oreille , le filet d’eau tiède du PS et des Verts, tout devient extrême. Mais à part ça ? Est il pour la dictature du prolétariat ? La tabula rasa de l’économie de marché ? Non ? Autre question essentielle : Qu’y a-t-il de commun entre Mélenchon et Le Pen ?
Sur l’économie, l’immigration, la laïcité, l’écologie, la citoyenneté, La Défense, l’intérieur, le social ? On attend. Y a-t-il le risque d’une alliance rouge brun tant redoutée et redoutable ? Quels sont les signaux naissants d’une telle alliance ?

Cette propension à utiliser Marine Le Pen pour disqualifier Jean-Luc Mélenchon. est non seulement malsaine mais elle est dangereuse car elle donne chaque jour un peu plus de corps et de respectabilité à un mouvement, qui malgré le ripolinage de sa façade, reste profondément axé sur la préférence nationale et tout son cortège d’oripeaux.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 14 commentaires

  1. Wana

    On peut aussi s’interroger sur l’absence totale de référence, dans les analyses faites par les media, au programme que Mélenchon a défendu depuis 2017 (L’avenir en commun), dont la seule trace reste un procès biaisé, s’agissant de l’adhésion des départements français des Caraïbes, à une communauté d’échange commercial à laquelle participe le Vénézuela.
    Mais avoir une presse sérieuse, ça se mérite.
    Et la friche macronienne, qui prospère sur le terreau de l’ignorance et de l’insignifiance, a horreur du professionnalisme, qu’elle fustige quand il se manifeste.

  2. Nanou

    Chère Madame, j’abonde à 200% à votre analyse très explicite , et je bondis à chaque fois quand j’entends sur n’importe quel plateau radio outélé les voricifications faites sur Monsieur Mélenchon et le déroulement du tapis rouge vis à vis de Madame Le Pen et consorts, voire sur les médias toutes les interventions politiques que ce soit la radio ou la télé du dimanche 14 JUIN j’étais écoeurée, j’ai tout éteint, (pourtant je suis assidument tous les débats) tellement c’était flagrant!! Où étaient les opposants ? Vous avez entièrement raison madame, la campagne présidentielle a commencé, et elle va etre à mon avis très violente encore plus que lors des précédentes campagne s et cela dure depuis la présidentielle de 2007, où vous- meme madame etait très présente.Vous etes une journaliste très honnete et respectueuse. J’essaye de ne rater aucune de vos interventions , encore merci pour votre beau travail de journaliste. Cordialement

  3. JeanLouis

    Je pense Madame que la réponse est assez simple et évidente. MLP n’est en rien un risque pour les oligarchies qui contrôlent la marche des affaires et des pays. La seule alternative possible avec une politique plus sociale, humaine et écologique c’est Mélenchon alors faut l’abattre et tous les moyens sont bons dans tous les médias aux ordres.

  4. Jacques

    Le but est évident : Eliminer Jean Luc Mélenchon du second tour de la prochaine élection présidentielle tout en garantissant la victoire de la Droite ultra-libérale. Pour y parvenir, rien de mieux qu’un nouveau duel Macron – Le Pen !
    La réponse doit venir des profondeurs de Peuple : Vive le futur duel Mélenchon – Le Pen ! Là, il faudra choisir son camp, clairement ! Le mien sera le même qu’en 2017 : Mélenchon aux deux tours (tout en sachant que cela équivalait à un vote « nul »).

  5. Michel Girin

    Par delà l’opinion qu’on peut avoir sur Monsieur Mélenchon, votre article est essentiel et votre analyse déterminante. Merci pour cette leçon de journalisme qui consiste en effet à revenir aux faits, à reconnaître la valeurs des arguments développés par les uns ou les autres et à dénoncer les manipulations à l’oeuvre. Merci Mme Degois.

  6. Decrotone

    Les posts sont tous de la même plume.
    Ces journalistes militants sont de véritables taupes. De telles manœuvres malhonnêtes ne font pas honneur au journalisme.

  7. guillot de suduiraut gilles

    pauvre Françoise Degois après avoir servi Ségolène Royal la voilà qui défend Mélenchon et s’affiche comme essayiste consultante,pitoyable mais il faut bien vivre !!!

    1. Jean Louis

      Et si au lieu d’insultes vous aviez des arguments, concrets, vrais, des faits, vus savez ce que c’est des faits ?? Pas des ressentiments. Ne pas aimer Mélenchon c’est votre droit mais alors dites que votre combat politique est de défendre la politique néolibérale, globalisante de Macron.

  8. Lamiaud Alexandre

    Chouette article avec des d’excellentes questions !
    Un peu d’honnêteté intellectuelle, ça fait toujours du bien à lire ! Bravo Mme Degois ! ❤️
    Mais « je ne sais quel duel auto proclamé pour 2022, qui, comme toutes les prévisions mediatico politiques, n’aura certainement pas lieu »…?
    J’aimerais sincèrement, pour ma part, être aussi confiant en l’avenir…

  9. Bob Galliou

    Moi j’ai pas grand chose à dire :
    Quelle courage Madame!
    Respect.

    1. Bob Galliou

      Le « Quelle » est bien pour « Madame »

  10. GRIFFON

    Merci Françoise Degois pour avoir remis les pendules à l’heure d’une objectivité qui vous honore…

  11. Hulou

    Si la France Insoumise représente l’extrême gauche et/ou l’ultra gauche je me pose la question où est la gauche et qui la représente ?
    Le programme l’avenir en commun est plus modéré, plus consensuel que le programme de Mitterrand en 1981.

  12. belgacem

    belgacem

    le monde a toujours était ainsi, la rivalité donne droit a de multiples manœuvres ( tout les coups sont permis ).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.