Scandale The Lancet Surgisphere - Montage capture site web de la société Surgisphere .
Scandale The Lancet Surgisphere - Montage capture site web de la société Surgisphere .

Même Didier Raoult ne pouvait pas en rêver. Mais The Lancet l’a fait. 3 des auteurs, Mandeep Mehra, Amit N Patel et Franck Ruschitzka ont pris leur plume cet après midi pour se rétracter sur le site du Lancet.

Après les doutes émis dans le monde entier, à commencer par le Professeur Raoult et son équipe de Marseille, les auteurs “accusent“ l’entreprise avec laquelle ils collaboraient pour collecter les donnes , la société Surgisphere Corporation, de ne plus leur donner un accès libre à l’intégralité des données permettant toutes les vérifications.
Ils achèvent leur communiqué avec une piteuse phrase d’excuses profondes à la rédaction et aux lecteurs pour l’embarras et la gêne que cela a pu causer.

C’est la nef des fous ! Et un véritable scandale qui s’amorce.

Comment The Lancet, la bible des chercheurs, a pu sombrer à ce point et publier cette étude qui s’apparente désormais plus à un brouillon qu’à un travail sérieux.

Plus grave : comment les décisions politiques,. celles de l’OMS et surtout celles d’Olivier Véran d’interdire les tests et l’utilisation de l’hydroxychloroquine , ont elles pu être prises sur la base de ce brouillon ?
Pourquoi le ministre de la santé s’est il précipité à ce point, avec une certaine gourmandise de la part de tant de professeurs de médecine, trop heureux de porter le coup fatal, pensaient ils, à Didier Raoult.

Ce retournement inimaginable sur cette étude nous donne le vertige et pose une question essentielle avec réponse immédiate :

La question n’est pas de savoir « si » mais “quand » Olivier Véran va-t-il s’expliquer ? Sur sa précipitation à bloquer l’hydroxychloroquine, 72h a peine après la publication de l’étude ? Sur les réticences, dès le début de l’épidémie , à propos du traitement du professeur Raoult ?

Et même si ce rebondissement fracassant ne dit rien de la vertu de l’hydroxychloroquine, comment empêcher la question la plus cruciale : et si nous avions appliqué le protocole de Didier Raoult, combien de morts en moins ? Personne ne peut répondre à cette question mais le fait simplement de la poser est en soi un problème politique majeur.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.