Emmanuel Macron en campagne à Marseille lors de la présidentielle 2022 - Capture vidéo Nos Lendemains.

Ça y est ! La bannière est levée, le sabre sorti de son fourreau et les gros sabots de leur placard. À Aubervilliers hier, Emmanuel Macron est venu encourager les troupes, 400 des 577 candidats déjà investis par Ensemble / Renaissance. Et le Président n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Cible principale ? La gauche «  communautariste », qui ne s’entendrait, selon lui, que sur la « décroissance ». Derrière la caricature au gros rouge qui tache, la stratégie est claire comme de l’eau de roche : ramener à lui les électeurs de droite, de Marine Le Pen et d’Éric Zemmour dont la lutte contre communautarisme et la détestation des écologistes ont été les principaux chevaux  de bataille pendant la présidentielle. La ficelle est grosse mais elle dit aussi beaucoup de l’inquiétude qui gagne l’Élysée. Semaines après semaines, les sondages personnels de Jean Luc Mélenchon, véritable moteur de cette union , s’envolent pour en faire la 2ieme personnalité préférée des Français et les projections des instituts de sondages montrent une véritable dynamique de la Nupes.

Au lendemain des signatures des accords, elle n’était créditée que de 90 sièges au total . Aujourd’hui , le sondage  Opinion Way pour Les Échos, donne, dans son hypothèse haute, 165 députés. Quasiment du simple au double. Sans parler des votes catégoriels, notamment celui des jeunes de 18/24 ans, qui plébiscitent à nouveau la Nupes, après avoir plébiscité Mélenchon. Et même si le but de la majorité absolue n’est pas atteint , ce qui reste encore à démontrer, la force de gauche qui va arriver à l’Assemblée va être bien la plus puissante, créant un nouveau rapport de force  et obligeant ainsi l’exécutif à confier le role clé de la Commission des finances à un représentant de LFI,  si c’était le groupe le plus important, comme le veut l’usage. 

L’absence de combativité de Marine Le Pen, qui semble presque amorphe, est enfin un ressort de cette campagne qui ne ressemble à aucune autre. Ou iront ces électeurs ? Dans les  filets de Macron qui leur parle de communautarisme ? Ou dans ceux de Mélenchon qui leur promet plus de justice sociale ? 

Alors oui, hier à Aubervilliers, Emmanuel Macron est entré en campagne, alors qu’il n’a pas encore finalisé son gouvernement qui devra, avant tout , être une véritable affiche électorale, à commencer par la première ministre. 

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Emma

    Le sabre est aussi sorti dans les médias haro sur Mélenchon haro sur la NUPES.
    L’ANAL (L’Alliance des Nantis Antisociale et Liberale) est très active. Dans les médias privés rien que de très normal, Les Michel Guerin, Martichoux, Apathie, Rochebin, Elkrief, Pujadas, mais sur le service public payé par nos impôts, cela est tout juste scandaleux. L’ardeur de C.Roux, sur le plateau de C’ du vent pour démolir la NUPES frise l’indécence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.