Guillotine révolutionnaire et l'exécution de Marie-Antoinette, le 16 octobre 1793 - Auteur inconnu.
Guillotine révolutionnaire et l'exécution de Marie-Antoinette, le 16 octobre 1793 - Auteur inconnu.

Ainsi, 55% des français seraient pour le rétablissement de la peine de mort selon l’étude annuelle menée par la Fondation Jean Jaurès et Ipsos sur les fractures françaises.
Ce chiffre frappe les esprits et c’est bien normal. Il est en augmentation de 11 points par rapport à l’an dernier (44%).

Que peut-on voir dans ce chiffre ? 

D’abord, que la France a toujours été rétive, profondément, à cette abolition de la peine de mort. Quelques jours avant le scrutin présidentiel en 1981, ils sont une majorité très large à refuser cette abolition.

Malgré l’opposition populaire, le candidat François Mitterrand maintient sa position lors du débat d’entre deux tours face à Valéry Giscard d’Estaing, remporte la présidentielle et abolit cette barbarie. 

La France est d’ailleurs le seul pays de la Communauté Économique Européenne, ancêtre de l’UE, à avoir procédé à des exécutions tout en étant membre. L’Espagne l’a abolie en 1978 (abolition en temps de paix), l’Italie en 1947. Les Français ne sont donc pas les champions de la civilisation que l’on veut bien nous présenter. 

Depuis, l’opinion a connu des fortunes diverses mais le taux d’opposition à l’abolition est toujours resté élevé, d’autant plus élevé que l’extrême droite a fait irruption dans le champ politique, et que ses positions d’abord radicales avec le père, Jean-Marie, faussement assouplies avec la fille Marine, travaillent jour après jour l’opinion. Rajoutons à cela le durcissement progressif d’une droite qui court après la cassette électorale dont la dépouille peu à peu le RN et vous retrouvez ces chiffres détaillés : 75 % des électeurs proches des Républicains et 85% des électeurs proches du RN se disent favorables au rétablissement de la peine de mort. C’est bien ainsi qu’il faut lire ce chiffre : le bloc ultra-conservateur gagne du terrain dans notre pays, au moins sur ce sujet qui ne devrait plus faire débat depuis longtemps. 

Autre explication : le laxisme supposé de la justice : ce baromètre est fait à un moment ou des affaires douloureuses, monstrueuses, mettent en scène des récidivistes. Le réflexe pavlovien qui consiste à penser” Si on l’avait exécuté, on n’en serait pas là » est facile et surtout, il est travaillé, matin, midi et soir, par une classe politique qui a choisi d’aller au plus facile, de s’adresser au pire de nous-mêmes, à la peur, au rejet de l’autre, à la vengeance. La barbarie terroriste qui nous a frappé ne peut qu’accélérer ce processus de manipulation émotionnelle méthodique, structurée en projet politique. L’idée que la justice ne fait pas son travail, que les peines ne sont jamais exécutées, ce qui, dans les faits, n’est pas exact, cette idée, ressassée, répétée, n’est certainement pas étrangère à ce pourcentage. Si l’on sort de notre pré carré, on observe un mouvement général de l’humanité. Aujourd’hui, la loi du talion a de moins en moins de place dans une humanité qui progresse, quoiqu’on en dise. 142 pays ont déjà aboli la peine de mort
Aujourd’hui, 85% des exécutons capitales ont lieu dans les pays du proche et moyen orient : l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Irak et l’Egypte.

Mais on peut noter l’incohérence de ces adeptes français de la peine capitale, qui, généralement, réprouvent les modèles des sociétés qui la pratiquent le plus ! 

Paradoxe, quand tu nous tiens !

Plus que l’envie de peine de mort, ce pourcentage nous dit l’effet du poison d’un discours politique de plus en plus courant, simpliste, ramené à la démagogie pure, basique, brut de décoffrage, qui appuie inlassablement sur les ressorts les plus animaux : peur de l’autre, territoire, combat de survie, alors que la réalité française au quotidien n’est pas cette France fantasmée. Il nous dit aussi l’inquiétude d’un pays face à un sentiment général d’insécurité et d’injustice. Il n’est donc pas à prendre au pied de la lettre mais à prendre au sérieux dans toutes les peurs et les manquements qu’il induit. 

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Emma

    Discours politique de plus en plus simpliste certes mais vous oubliez leurs relais complaisants : les medias .
    Sans parler de CNEW le fox news français, la droite radicale a son rond de serviette sur tous les plateaux pour attiser la haine : racisme, insécurité, violence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.