Légende : Les cas en Europe, carte de l’Université Johns-Hopkins
Légende : Les cas en Europe, carte de l’Université Johns-Hopkins.

Depuis le 31 décembre, 1.675.022 infections au coronavirus ont été enregistrées en Europe. C’est le Royaume-Uni qui en a enregistré le plus, avec 299. 426 cas, devant l’Espagne, l’Italie (246. 118), l’Allemagne (205.609), la France (180.528) et la Suède (78.997). Si la pandémie a connu une accalmie après une première poussée forte en mars-avril, Allemagne, Belgique, Espagne… France et d’autres sont confrontés, avec les vacances, à une hausse du nombre de nouveaux cas, quelques semaines après l’accord européen sur un plan de relance visant à limiter la casse économique et sociale de la crise sanitaire.

Reconfinements localisés, tour de vis dans les mesures, quarantaines imposées aux voyageurs etc : chacun cherche, au cœur de l’été, à endiguer la deuxième vague, en essayant de limiter la propagation sur son propre territoire et l’importation de nouveaux cas. Tour d’horizon non exhaustif.

Espagne

En moyenne, 1.738 nouveaux cas par jour ont été enregistrés la semaine dernière en Espagne, soit + 92 % par rapport à la précédente. Le ministère de la Santé a annoncé lundi avoir enregistré depuis vendredi 6.361 nouvelles infections, dont 855 au cours des dernières 24 heures. 60 % sont asymptomatiques.
Dans la soirée, via Twitter, Pedro Sanchez a appelé chacun être un rempart contre le virus et non un transmetteur.
En catalogne, le président de la Generalitat a de nouveau fait appel à la responsabilité individuelle de la population pour éviter un scénario de confinement strict. « Nous sommes confrontés aux dix jours les plus importants de cet été », a averti Quim Torra. Près de 4 millions d’habitants de l’agglomération de Barcelone sont appelés, depuis le 17 juillet, à « rester chez eux » sauf besoin de impérieux. Cette recommandation s’étend à la zone de Lérida, ainsi qu’aux municipalités de Figueras (proche de la frontière française), Vilafant et Sant Feliu de Llobregat.
Dans presque toutes les régions, le port du masque est obligatoire, même dans la rue, sous peine d’amende.
Compte tenu de l’impact sur le secteur du tourisme de la quarantaine imposée par le Royaume-Uni aux voyageurs en provenance d’Espagne, les hôteliers espagnols ont proposé de payer les tests aux touristes étrangers.

Portugal

Jusqu’au 31 juillet inclus (date à laquelle une réévaluation de la situation sera effectuée), le Portugal est découpé en trois zones, en état d’alerte, de contingence, ou de calamité.
En moyenne, 218 nouveaux cas quotidiens ont été détectés a semaine dernière, soit une baisse de 28 % par rapport à la précédente. Mais dix-neuf arrondissements de Lisbonne, dont dix-huit situés à la périphérie Nord de la ville, sont confinés, ce qui représente 700.000 habitants. Un programme intitulé « quartiers sains » est mis en place afin d’améliorer les conditions sanitaires dans ces quartiers.

Italie

Le gouvernement italien a confirmé lundi une deuxième journée consécutive de baisse du nombre de cas.
Le président de la région de Naples a durci les règles : le non respect du port du masque est désormais passible d’une amende 1. 000 euros. Trois commerces de Salerne (sud), dont un bar et un coiffeur ont été verbalisés. « Si nos concitoyens pensent que le problème est réglé, cela veut dire que dans un délai de quelques semaines nous reviendrons à une urgence dure », avait alerté Vincenzo de Luca, le gouverneur de Campanie.

Belgique

Selon les chiffres publiés par l’institut de santé publique Sciensano, la Belgique a enregistré en moyenne 311,4 cas positifs par jour entre le 18 et le 24 juillet, soit une augmentation 69 % par rapport à la période précédente. Un tour de vis est opéré dans les mesures imposées, face à cette hausse jugée « préoccupante », afin d’« éviter un reconfinement généralisé ». À partir de mercredi et durant quatre semaines, chaque Belge ne pourra pas voir régulièrement plus de cinq personnes (au lieu de 15 actuellement). Les événements publics seront limités à 100 individus à l’intérieur et 200 en extérieur. Le télétravail est fortement recommandé. Depuis le 11 juillet, le port du masque est obligatoire au-dessus de 12 ans dans les lieux publics fermés (commerces, cinémas, bibliothèques, lieux de culte etc).

Allemagne

L’Allemagne a enregistré en moyenne 528 nouveaux cas quotidiens la semaine dernière, soit une hausse de 33 % par rapport à la précédente. Le ministre de la Santé Jens Spahn a annoncé lundi qu’il allait imposer des tests de dépistage pour les voyageurs revenant des régions à risques. « Nous devons éviter que les voyageurs de retour contaminent d’autres personnes sans le savoir et déclenchent ainsi de nouvelles chaînes d’infection ». Pour Helge Braun, le chef de la chancellerie, « il y a des raisons de s’inquiéter ». « Si nous avons maintenant, en été, un niveau d’infections plus élevé ou davantage de nouvelles infections en raison de notre comportement durant nos loisirs ou nos vacances, alors il sera d’autant plus difficile de contrôler la situation cet automne », a-t-il averti .
Les personnes revenant de l’un des 130 pays considérés à risque, États-Unis, Brésil, Israël et Luxembourg notamment, doivent observer une quarantaine de quatorze jours, sauf s’ils sont testés négatifs.
La Bavière, région qui a déjà payé un lourd tribut à la pandémie, va proposer à tous les voyageurs de se faire tester. En plus des stations de dépistage gratuit dans les aéroports locaux, d’autres vont être implantées sur les autoroutes ainsi que dans les gares principales de Munich et Nuremberg.

Autriche

Après une courte pause, le nombre d’infections a de nouveau augmenté en Autriche : 119 tests positifs comptabilisés lundi. La Basse-Autriche et la Haute-Autriche sont les régions les plus touchées. Un cluster de 62 cas a été découvert à la station touristique de Salzkammergut à Sankt-Wolfgang. 38 résultats, sur un total de 1.183 tests pratiqués, étaient toujours en attente mardi (https://www.sn.at/panorama/oesterreich/coronavirus-cluster-in-st-wolfgang-waechst-auf-62-infizierte-90693826).

Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est le seul pays d’Europe à afficher un nombre de morts élevé, même s’il est en baisse, autour de 65 par jour. En moyenne, 662 nouveaux cas quotidiens ont été détectés la semaine dernière, soit une baisse de 12% par rapport à la précédente. Le 29 juin, le gouvernement britannique a allégé le reconfinement de la ville de Leicester (centre du pays) mais il demeure interdit de se réunir à plus de six personnes à l’extérieur et de voyager. Bars, pubs et restaurants demeurent fermés.
Le port du masque est obligatoire dans tous les magasins en Angleterre depuis le 24 juillet, c’était déjà le cas en Écosse.
Le gouvernement britannique a annoncé lundi un grand plan de lutte contre le surpoids après la publication d’une étude qui pointe l’obésité comme facteur aggravant de la covid-19.
Les passagers arrivant d’Espagne devront se soumettre à une quatorzaine à l’isolement à partir de dimanche. Cette annonce a apparemment pris de court le ministre des Transports britannique, actuellement en vacances en Espagne.

Suède-Danemark

La Suède a déploré 5.700 décès depuis le début de la pandémie (pour environ dix millions d’habitants). Près de 80.000 cas positifs ont été détectés. 398 ont été enregistrés depuis vendredi. Au mois de juin, plus de 1.000 nouveaux cas avaient été recensés pendant plusieurs jours.
Le nombre de personnes ayant besoin de soins pour la covid-19 dans la région de Stockholm a légèrement augmenté cette semaine, après avoir diminué pendant un certain temps.
Le Danemark est confronté à une hausse du nombre d’infections, toutefois moins marquée la semaine dernière que lors de la précédente. 109 nouveaux cas ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Ce pays de 5,8 millions d’habitants a détecté au total 13.547 infections sur 1.098 .535 tests réalisés.

Grèce

Le nombre d’infections est en hausse dans dix-sept régions du pays au cours des dix derniers jours. La possibilité de rendre obligatoire le port du masque dans les églises et autres espaces fermés, comme c’est déjà le cas dans les supermarchés, est en discussion, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Stelios Petsas. À partir de mardi matin et jusqu’au 4 août, les voyageurs en provenance de Bulgarie et de Roumanie doivent présenter un résultat de test PCR négatif.

Roumanie

Lundi, la Roumanie a recensé pour la sixième journée de suite plus de mille nouveaux cas. Les autorités doivent décider de la mise en quarantaine de douze localités du comté d’Arges, dans le sud. Le nombre d’infections détectées dans ce département en 24 heures est de plus de 100 pour le cinquième jour consécutif. Dimanche soir, la ville de Faget, du comté de Timis, dans l’ouest du pays, et trois villages avoisinants ont été placés en quatorzaine. La semaine dernière, les autorités ont imposé la quarantaine dans les localités de Cartojani, du département de Giurgiu, dans le sud et de Gornet, comté de Prahova, également dans le sud.
La liste des 44 États et des régions à risque élevé a été mise à jour lundi. Les personnes en provenance de ces régions seront automatiquement placées en quatorzaine.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.