C’est un grand classique de la communication politique de crise : le tonnerre présidentiel , qui s’abat dans le silence feutré d’un bureau élyséen et que l’on fait sympathiquement fuiter, que l’on met en scène même pour dire à quel point on est entouré d’incompétents et que tout ce qui va de travers ne procède pas de nous. 

Ce matin, Emmanuel Macron remet quelques pièces dans cette vieille machine qui joue faux, en espérant ne pas être éclaboussé par le fiasco français sur les vaccins. 

Ainsi Olivier Véran serait donc le seul responsable de l’affaire , lui qui a plaidé pour un surnaturel « éloge de la lenteur » dans la vaccination, opération parfaitement réussie puisque nous avions vacciné hier 352 personnes , alors qu’Israël en est à 1 million 200.000, le Royaume-Uni a plus d’1 million, l’Italie à plus de 80.000 etc etc…

Et cette lenteur, Emmanuel Macron l’a voulue et la même théorisée, au nom de la pédagogie, de la prudence pour d’éventuelles suites judiciaires. Mais au nom surtout de notre manque d’anticipation et du protocole retenu. Imaginez vous que les appels d’offres pour les transports ne sont toujours pas bouclés, qu’il manque des « super congélateurs » dans les CHU pour mieux dispatcher un produit très délicat à manipuler, que Bercy pointe déjà du doigt un gaspillage de 30% des doses en raison de ces failles logistiques et que la sur-administration et le protocole choisi (visite pré-vaccinale et recherche de consentement), ajoutés au monopole des généralistes pour vacciner, tout cela engendre cette gabegie actuelle. 

Plus graves, les  coulisses diplomatiques et vaccinales. Plusieurs journaux européens et non des moindres (The Telegraph, Le Corriere della Sera) ont repris la grande enquête de Der Spiegel qui révèle les coulisses de l’achat des vaccins, et les pressions françaises pour acheter moins de Pfizer et Moderna afin de préserver les intérêts du vaccin Pasteur/Sanofi qui arrivera « après » la bataille, pas avant l’automne prochain. Si la Commission européenne dément aujourd’hui officiellement cette information, les témoignages des entreprises et des diplomates sont édifiants. 

Tous ces éléments mis bout à bout laissent pantois. Après avoir raté les masques, les tests et l’isolement , l’exécutif savait qu’il ne fallait pas échouer sur la vaccination. Ces failles en cascades, cette culture de l’excuse qui consiste à expliquer que c’est à cause des anti-vax que l’on va si lentement et ce faux coup de gueule d’un chef de l’État qui, officiellement, n’y serait pour rien, tout cela ne masque pas ce fiasco qu’il faut corriger très vite car, au delà de la com, rappelons-le, il s’agit de vies à sauver. 

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

  1. Emma

    Le professeur Caumes dit l’inverse du Dr Cohen sur le vaccin Chinois.
    Roquette et son ironie sur la Chine est ridicule.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.