La plupart des ministres ont reçu consigne, pendant leurs brèves vacances, de faire sobre. Bons élèves, ils sont très peu nombreux à faire étalage de leurs siestes ou de leurs loisirs de vacances. C’est tant mieux. Le Premier ministre a même poussé le zèle jusqu’à revendiquer de ne pas prendre de vacances – un zèle qui semble trop céder aux pressions populistes, car si l’on poursuit sur cette pente, jusqu’où ira-t-on ? Les citoyens ont des droits vis-à-vis de leurs représentants, reste que nos élus ont droit au repos, comme n’importe quel citoyen. Les politiques ont un devoir d’exemplarité, mais à force de les considérer comme des sous-citoyens, il ne se trouvera bientôt plus personne pour vouloir des fonctions électives.

Eté sobre, donc, pour le gouvernement. Mais pour Emmanuel Macron, c’est un peu différent. Pas question de rompre avec les habitudes prises depuis 2017. C’est ainsi qu’entre un voyage au Liban et une visite de terrain, on peut le voir à la une de Voici, tous muscles dehors, lunettes de soleil « cool » et bronzage doré, piloter un jet ski. Images volées, évidemment. Mais qui n’en ont pas moins un effet sur l’opinion publique – puisqu’elles sont publiques – et qui méritent donc d’être analysées. Et qui méritent d’autant plus d’être commentées qu’en réalité, les connaisseurs vous diront que là où Macron se trouve en Jet-ski, il sait s’être suffisamment éloigné du Fort de Brégançon pour être à portée de paparazzade. De là à y voir une invitation…

Ce type d’image s’inscrit dans le sillon Sarkozyste – prendre du plaisir, de manière décomplexée, profiter de la vie à l’heure où la plupart des citoyens souhaiteraient plutôt faire souffrir des élus qu’ils détestent -, avec un écho Poutinien lointain.

La communication politique regorge de ces photos au statut hybride, qui permettent à ceux qu’elles mettent en valeur de jouer sur les deux tableaux : à ceux qui trouveront un tel étalage de l’intimité ou de loisirs tape à l’œil voire indécent, ces photos « volées » offrent à leurs objets la possibilité de protester, au nom du respect de la vie privée. Mais il y a toujours une part de lecteurs voyeurs, de « fans », d’hommes et de femmes qui par projection, s’identifient à ces personnages. Et chez qui, donc, l’impact sera positif. Un chef, après tout, doit être « fort », « savoir ce qu’il veut », et afficher les symboles d’une réussite sinon politique, du moins économique. C’est sur ces codes que beaucoup de leaders ont construit leur popularité – Poutine étant le plus connu d’entre eux. Ou Trump, mais encore faut-il avoir le physique pour assumer de telles photos…

Les codes sont toujours les mêmes : mise en scène de la force virile (muscles de Macron pilotant son jet-ski, de Sarkozy gravissant un col en vélo ou faisant son jogging), étalage de loisirs souvent assez luxueux, ou du moins inaccessibles pour le commun des citoyens (plus de 100 euros de l’heure de jet ski, environ). Et la répétition n’en épuise nullement l’effet, puisque c’est le 3e été que nous avons droit à de telles photos du Président.

Reste que ces clichés n’interviennent pas dans n’importe quel contexte. Elles ne font pas la une au moment où un jeune président nouvellement élu est au sommet de sa popularité. Elles débarquent dans nos salons (ou sur nos plages de vacances) en pleine recrudescence de l’épidémie de COVID (épidémie dont Emmanuel Macron parle bien peu, semblant vouloir laisser à son Premier ministre le soin de gérer la contrainte et la frustration induite par la gestion sanitaire), et à l’orée d’une rentrée économique difficile.

Il est donc étonnant que, pour une fois, le Président n’ait pas fait le choix de la sobriété. On pourra légitimement arguer que ces photos sont volées et qu’il a un droit à sa vie privée. Reste que c’est le troisième été que de telles photos sont publiées. S’il avait vraiment voulu les éviter, il aurait donc pu choisir un loisir moins ostentatoire. De là à y voir une provocation à l’encontre de ses détracteurs, il n’y a qu’un pas…

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

  1. Antoine Berrit

    Quand en aurons nous fini avec cette crédulité chaque jour ranimée qui nous empêche de voir en face le cynisme totalement décomplexé de nos élites et du premier d’entre eux ?
    Savez-vous qu’en réalité le peuple des bistrots et des campings est fier d’avoir un tel président, lequel le sait fort bien.
    Il n’a que faire de nos analyses savantes, il joue dans une autre cour. Effrayant ? Sûrement…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.