Affiches Macron déchirée - Photo Daniel Perron - Affiche Marine Le Pen déchirée - Photo Sylke Ibach/Flickr - Montage Nos Lendemains
Affiches Macron déchirée - Photo Daniel Perron - Affiche Marine Le Pen déchirée - Photo Sylke Ibach/Flickr - Montage Nos Lendemains

Bien sûr, les sondeurs nous expliqueront que l’abstention massive a biaisé leurs projections. Bien sûr, ils feront profil bas pendant quelques jours avant de revenir illico presto claironner pour nous asséner des cotes de popularité inlassablement à la hausse pour Emmanuel Macron, des intentions de vote stratosphériques pour Marine Le Pen, une gauche en miettes et ridicule et une droite pas à niveau. Et pourtant, les résultats de ce soir ne disent rien de tout cela. 

Le désastre pour le parti présidentiel est total. À peine 10%, souvent moins à l’image de Laurent Pietraszewski, qui récolte 8% dans les Hauts de France, malgré la présence (ou à cause) d’Éric Dupond-Moretti ou Marc Fesneau , qui engrange à peine 15 % dans le Centre Val de Loire… la liste est bien trop longue du naufrage de LaRem. Macron peut-il se dissocier de ce désastre ? L’enjamber ? Non évidemment, même s’il va tenter de le faire. Son adversaire préférée, choisie et choyée, Marine Le Pen, elle aussi, a passé une mauvaise soirée. On lui prédisait le triomphe dans au moins 4 régions. Elle est bien loin de ce rêve de sondeurs. Thierry Mariani est à la peine en PACA, Julien Odoul est distancé en Bourgogne-Franche Comte. Idem dans le Centre Val de Loire. Pour la 1ere fois, l’abstention n’a pas profité au RN et les foules ne se sont pas ruées pour porter au pouvoir les thèses frontistes sur la sécurité, l’immigration et l’identité. Il faudra d’ailleurs s’interroger sur les débats obsessionnels qui envahissent tout dans le débat public. Ces sujets constituent-ils de réelles préoccupations des français ? À l’évidence, non. 

La soirée électorale aura été passionnante car elle signe la renaissance des vieux partis, vous savez, ces choses ringardes qui devaient être balayées par le nouveau monde ! Patatras ! Ce sont les “vieux“ partis qui triomphent. La droite d’abord : elle conforte ses positons au-delà des espoirs, que ce soit en Auvergne-Rhône-Alpes avec Laurent Wauquiez ou même Valérie Pécresse. Idem pour la gauche, qu’on annonçait en tres grande difficulté dans les régions qu’elle détenait : la Bourgogne, le Centre Val de Loire notamment . Elle résiste , distance largement ses adversaires , à l’image de Carole Delga en Occitanie ou Alain Rousset en Nouvelle Aquitaine , et peut conserver, voire gagner 2 régions. Le score de Valérie Pécresse en Ile de France, est bon mais ne la met pas à l’abri pour un second tour ou les 3 listes de gauche peuvent fusionner et remporter cette région. On retrouve le même cas de figure dans les Pays de Loire ou les listes de gauche totalisent le même score que celui de la présidente LR sortante, Christèle Morancais.

Un mot spécifique sur Xavier Bertrand, qui écrase le match avec 44 %, et se défait non seulement du RN mais aussi d’Emmanuel Macron, qui avait envoyé pas moins de 5 ministres, dont Éric Dupond-Moretti, pour le faire battre. Le résultat est humiliant pour le Président et le Garde des Sceaux. 

Les 3 grands battus de cette soirée folle sont donc Emmanuel Macron, Marine Le Pen et les sondeurs. La grande gagnante est la droite. Quant à la gauche, elle semble commencer à renaître de ses cendres. Et le front républicain est bel et bien mort en PACA. Certes, il s’agit d’un scrutin régional mais il faut être de fort mauvaise foi pour affirmer qu’il ne dit rien sur la présidentielle à venir. Il dit une chose essentielle : sonder n’est pas voter. Les français sont maîtres dans l’art de la surprise. Ils l’ont encore prouvé ce soir et valident l’analyse que nous avons souvent développée sur ce blog : les français ne veulent pas de cette affiche Macron /Le Pen et ils l’ont une nouvelle fois dit, y compris à travers l’abstention historique et … très politique.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 3 commentaires

  1. Emma

    Dire que cette élection signe le retour des « vieux partis » avec presque 70 % d’abstention s’est osé. Echec des sondages certes mais également des journalistes politiques qui transforment le débat politique en buzz permanent. Qui le trumpise.
    D’autre part au-delà des votes, l ‘idéologie zemmourienne domine. Quelle différence entre Wauquier et Bardela.

  2. Emma

    Je n’ai aucune appétence pour le tête de liste vert en PACA qui a écarté la FI. Mais voir les journalistes tête baissée et en choeur le sommer de se retirer sans aucune analyse à part des invectives montrent qu’ils n’ont rien apprit de ces élections

  3. Emma

    Le pronostic de Lordon (Fury room dans son blog la pompe à phynance) se vérifie plus rapidement que prévu : plutôt Hitler que le front populaire.
    Le nouveau chef politique d’Europe1 d’extrême droite Louis de Raguenel donne le ton.
    Et Chabot, celle qui a son rond de serviette au Repas du Siècle, club séparatiste des « zelites » de rajouter comme toujours son petit mot.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.