« #Twitchons ». Le hashtag a poussé en fin d’après-midi, vendredi, sur le réseau social twitter. Jusqu’à être propulsé en tête de la tendance France. La racine lexicale de ce nouveau venu, c’est « Twitch », la fameuse plateforme américaine de streaming essentiellement dédiée aux jeux vidéos, et qui retransmet du gaming en live. Elle a tourné à plein régime pendant le confinement. Selon Engadget, qui cite une analyse de Streamlabs et Stream Hatchet, elle a fait un bond, en un trimestre, de 17 % du nombre total d’heures regardées, tandis que celui des téléspectateurs simultanés a augmenté de 19,5 % et celui des chaînes présentes de 33 %. Avec un niveau record d’heures de diffusion : 121 millions.

Stream Aid a collecté 2,7 millions de dollars

Le 28 mars, Stream Aid, live caritatif destiné à réunir des fonds pour la lutte contre la Covid-19, a rassemblé des gamers, des chanteurs et des sportifs, avec en vedette la star du football américain Richard Sherman. Résultat : plus de 2,7 millions de dollars collectés. L’audience de la plateforme peut atteindre des pics stratosphériques. En France, le Number one, ce mois-ci, c’est le dénommé « Sardoche ».

Les politiques se sont mis, eux aussi, à l’utiliser, pour capter un public jeune et convoité. Dans le cadre du grand débat, en 2019, dix ministres du gouvernement, dont Édouard Philippe, avaient participé à un direct et échangé avec des internautes.

Et « Twitchons », Kezako ? Ça ne sonne pas trop américain, a priori. Ça ressemble plutôt à de l’anglais francisé. Contraction de « Twitch » et de « cornichons ». Bizarre. Par curiosité, j’ai cliqué sur le mot-clef vendredi soir. Ô surprise : encore un coup de la bande de geeks de la France Insoumise. Elle s’était illustrée durant la campagne présidentielle de 2017 avec des farces numériques qui ont fait mouche. Comme le jeu « Fiscal Kombat ». « Twitchons », c’est donc simplement une incitation à l’impératif présent, première personne du pluriel du verbe « Twitcher », inventé pour l’occasion. Il fallait juste y penser… et oser. Pas un problème pour ces chenapans insoumis et talentueux.

« Quand j’veux arrêter j’tape sur espace »

Le sketch a commencé par un calage technique micros ouverts.
Mélenchon se prépare. « Et pour arrêter qu’est-ce tu m’as dit ? Quand j’veux arrêter j’tape sur espace. Et la souris elle bloque l’écran ? » Une voix off, celle d’Antoine, lui glisse : « C’est parti, là… ». Nous, on a entendu, pas JLM : « C’est pour revenir en arrière, mais ça bloque pas l’écran ?! ». Silence. L’homme est détendu, souriant même. Content d’être là. Il a fondu, comme on dit. Certains ont « gonflé » pendant le confinement, lui a « rapetissé ». Confidence : il peut remettre sa veste « slim ».
Youhou, on est là. « Qu’est-ce qu’y a, on a commencé, là ? Ça y est, on a commencé ». Le show Mélenchon démarre : « Bonjour tout le monde. Alors j’ai un tableau, là, qui me donne des chiffres, on me dit qu’il y a… attends faut que j’me pousse pour que je me voie bien… Non je vois rien. 25.358 personnes qui se sont inscrites à l’événement. 6. 837 présents. Comment j’me sens ? Comme la première fois que j’ai participé à un examen. C’était l’oral du BEPC. Ho y’a longtemps, hein. Un peu après la bataille d’Alesia en quelque sorte ». Le ton est donné. Mélenchon n’est jamais aussi bon que quand il joue à s’amuser de lui-même. Il explique que s’il est là, c’est qu’on l’a poussé, c’est encore une idée d’Antoine, et JLM a fini par être convaincu. Vendredi soir, il a attiré 22.845 paires d’yeux sur le live… Samedi à 10 h 30, la vidéo affichait 131.144 vues. Pas mal, pour une première.

Il fait beaucoup rire Cédric Villani

Le thème : « Débattons ensemble sur les libertés publiques ». L’appli StopCovid. Les problématiques de l’espace Internet. En fil rouge, une vidéo de l’intervention du leader de la France Insoumise sur cette question, au perchoir de l’Assemblée nationale, le 27 mai. Lui-même décrypte sa prestation. Avec autodérision, mais sans oublier d’ouvrir la boîte à claques pour en mettre une de temps en temps à ses bêtes noires, qu’il aime bien chambrer. Efficace : il est très drôle. Il fait beaucoup rire Cédric Villani, présent sur les bancs de l’hémicycle et qui se régale (comme moi) en écoutant le patron des Insoumis, très en verve ce jour-là. Nicole Belloubet est sa cible favorite. Il lui a trouvé un pseudo pour l’appli Stop Covid : « Averell Dalton ». Elle veut le mettre en prison, lui, le premier Insoumis condamné pour rébellion (et provocation), à trois mois … avec sursis.

En deux heures et quart, les djeuns ont fait un peu d’histoire, beaucoup de philo, une dose de géo, et surtout de la politique, avec un prof qui parlait leur langage. Ouvrant une à une les portes de la réflexion dans le cadre d’une grande balade digressive et orientée au pays de la culture Gé. Comme dans un jeu. « On va faire comme ça : je passe la vidéo et j’vous raconte des trucs que vous savez pas ». Il leur a parlé de l’Assemblée en illustrant par des anecdotes vécues, tout en leur donnant des clefs : « Le décor que vous allez voir, d’un côté vous voyez un chêne, c’est la force, le symbole de la force, et de l’autre, un olivier, c’est le symbole de la paix, de la tranquillité — pis l’olivier c’est le symbole du Sud de la France, et je suis élu à Marseille — ce sont les deux symboles de la République française, le chêne et l’olivier ».

Le leader de LFI a réussi son coup

Tout y est passé. Des lois Avia, Sécurité intérieure, Asile et immigration, au big data, en passant par les perquisitions, l’Europe, George Orwell et « 1984 » (« Comment on a empêché les gens de penser en leur volant les mots, en leur faisant dire le contraire de ce qu’ils veulent dire, c’est exactement ce que font les macronistes toute l’année »), le Trotskysme (« du passé, tout ça »), l’effondrement de l’URSS (« il guette peut-être les États-Unis d’Amérique »), les ambassades, Taïwan, Singapour, Désintox-info etc, et l’application StopCovid bien sûr.

Le « p’tit Véran » en a pris pour son matricule. La Rem aussi. « Pourquoi je me tourne tout le temps d’un côté et de l’autre ?», révèle Mélenchon pour justifier sa gestuelle abondante à la tribune de l’Assemblée : « C’est que si je regarde juste devant, je vois en face de moi la République en Marche. Y z’arrêtent pas d’gueuler. Tout le temps pendant lequel que je parle, y’en a un qui crie. Alors en plus y z’ont pas l’habitude, y savent pas, ils n’ont pas des kilomètres de manifs comme nous… Y’en a un, une fois, j’lui ai dit « arrêtez collègue vous ne savez pas crier et respirer en même temps donc vous allez me faire une attaque », alors tout le monde a rigolé ». Ptdr.

À lire les commentaires sur Twitter, le leader de LFI a réussi son coup. Les tweets acerbes et moqueurs ont bien sûr déferlé, c’est le jeu, Méluche l’a bien cherché. Dans un océan de messages anonymes plus gratinés les uns que les autres, et souvent affublés d’une orthographe personnalisée, celui d’une figure politique réputée pour ses bourdes, Nathalie Loiseau : « Ils ont tué Jaurès … ». Rien que ça.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

Alors forcément, l’ex-candidate aux Européennes a essuyé en retour des tweets sympathiques non moins nuancés qui ont fait tinter ses casseroles. On les avait presque oubliées. « Vous avez été candidate sur une liste de néo-nazis du GUD. Vous n’avez rien et n’aurez jamais rien en commun avec le grand Jaurès », a rétorqué un LFI agacé.

Les scuds virtuels ont volé en rafales entre « pro » et « anti » une bonne partie de la soirée. Au milieu de cette guerre virtuelle, des dizaines de messages de gamers. Pas trop fanas de politique, ils ont quand même arrêté de jouer pour voir ça, ça les a intrigués. Ils sont restés, parce que c’était fun, et carrément passionnant. Ils en ont parlé entre eux, ça a fait boule de neige. Ils auront sûrement retenu ça : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Citation importée du XVIe siècle, d’un toubib de Montpellier (berceau de la médecine) qui s’appelait Rabelais et était aussi philosophe. Conseil de Mélenchon, au passage, à la jeunesse née avec un clavier greffé aux avant-bras : « Il faut lire, même des trucs du XVIe siècle, c’est marrant, ça vaut la peine d’être lu ». Et être vigilant par rapport à la technopolice et à toutes les bestioles high-tech qui nous espionnent, mais halte à la parano. « Si on pense qu’on est déjà dans un État totalitaire, les amis, on n’obéit plus aux lois, c’est plus pareil !!! ».

Le moins rigolo, dans tout ça, c’est que le vétéran de la JL team (team « jobless »), aussi pédagogue soit-il, engraisse le monstre qu’il combat par ailleurs. Amazon est propriétaire de Twitch depuis 2014. Donc le leader de la France Insoumise, en créant sa chaine sur la plateforme, apporte paradoxalement sa contribution à la fortune de Jeff Bezos. Elle a déjà augmenté de 34,6 milliards de dollars (+ 30 %) en trois mois à la faveur de la pandémie et s’établit à 147 milliards. Pour le dénoncer en ayant de l’audience, il faut passer par lui, et par conséquent, le nourrir. Y compris pour dire que « les Nord-Américains sont des voyous ». Ce qui laisse à penser que Bezos a de beaux jours devant lui. Même si le show Mélenchon , c’est grave une tuerie.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 3 commentaires

  1. DESTOUET Jacques

    Bonjour, oui les responsables numériques de la France Insoumise sont des gars formidables pour avoir déjà l’idée de passer sur TWITCH, Bravo à vous toutes et tous pour ce morceau remarquable et bien sur un Jean Luc MELENCHON plein de dynamisme et d’allant !!!
    Ma compagne et moi même nous lui adressons nos félicitations les meilleures pour cette initiative qui fait plaisir à voir et à entendre !!! Futur Président de la France nous vous saluons avec plaisir et joie et nous espérons que vous saurez convaincre notre belle jeunesse et leurs aînés.

  2. Banchereau

    Ce qui est certain c’est que les jeunes ne demandent qu’à être informés et éduqués . Il suffit d’avoir l’intelligence et la grandeur d’âme suffisante pour leur parler à travers leurs médias, avec leur langage pour qu’ils comprennent enfin que la politique c’est leur avenir et leur future raison d’être pour changer leurs espérances en un monde meilleur . Bravo encore la France insoumise et Jean Luc Mélenchon pour ce coup de génie … à renouveler .

  3. Banchereau

    Mélenchon sur Twitch : le joli coup de com de La France Insoumise

    Françoise Bayard
    Publié le 30 mai 2020

    « #Twitchons ». Le hashtag a poussé en fin d’après-midi, vendredi, sur le réseau social twitter. Jusqu’à être propulsé en tête de la tendance France. La racine lexicale de ce nouveau venu, c’est « Twitch », la fameuse plateforme américaine de streaming essentiellement dédiée aux jeux vidéos, et qui retransmet du gaming en live. Elle a tourné à plein régime pendant le confinement. Selon Engadget, qui cite une analyse de Streamlabs et Stream Hatchet, elle a fait un bond, en un trimestre, de 17 % du nombre total d’heures regardées, tandis que celui des téléspectateurs simultanés a augmenté de 19,5 % et celui des chaînes présentes de 33 %. Avec un niveau record d’heures de diffusion : 121 millions.
    Stream Aid a collecté 2,7 millions de dollars

    Le 28 mars, Stream Aid, live caritatif destiné à réunir des fonds pour la lutte contre la Covid-19, a rassemblé des gamers, des chanteurs et des sportifs, avec en vedette la star du football américain Richard Sherman. Résultat : plus de 2,7 millions de dollars collectés. L’audience de la plateforme peut atteindre des pics stratosphériques. En France, le Number one, ce mois-ci, c’est le dénommé « Sardoche ».

    Les politiques se sont mis, eux aussi, à l’utiliser, pour capter un public jeune et convoité. Dans le cadre du grand débat, en 2019, dix ministres du gouvernement, dont Édouard Philippe, avaient participé à un direct et échangé avec des internautes.

    Et « Twitchons », Kezako ? Ça ne sonne pas trop américain, a priori. Ça ressemble plutôt à de l’anglais francisé. Contraction de « Twitch » et de « cornichons ». Bizarre. Par curiosité, j’ai cliqué sur le mot-clef vendredi soir. Ô surprise : encore un coup de la bande de geeks de la France Insoumise. Elle s’était illustrée durant la campagne présidentielle de 2017 avec des farces numériques qui ont fait mouche. Comme le jeu « Fiscal Kombat ». « Twitchons », c’est donc simplement une incitation à l’impératif présent, première personne du pluriel du verbe « Twitcher », inventé pour l’occasion. Il fallait juste y penser… et oser. Pas un problème pour ces chenapans insoumis et talentueux.
    « Quand j’veux arrêter j’tape sur espace »

    Le sketch a commencé par un calage technique micros ouverts.
    Mélenchon se prépare. « Et pour arrêter qu’est-ce tu m’as dit ? Quand j’veux arrêter j’tape sur espace. Et la souris elle bloque l’écran ? » Une voix off, celle d’Antoine, lui glisse : « C’est parti, là… ». Nous, on a entendu, pas JLM : « C’est pour revenir en arrière, mais ça bloque pas l’écran ?! ». Silence. L’homme est détendu, souriant même. Content d’être là. Il a fondu, comme on dit. Certains ont « gonflé » pendant le confinement, lui a « rapetissé ». Confidence : il peut remettre sa veste « slim ».
    Youhou, on est là. « Qu’est-ce qu’y a, on a commencé, là ? Ça y est, on a commencé ». Le show Mélenchon démarre : « Bonjour tout le monde. Alors j’ai un tableau, là, qui me donne des chiffres, on me dit qu’il y a… attends faut que j’me pousse pour que je me voie bien… Non je vois rien. 25.358 personnes qui se sont inscrites à l’événement. 6. 837 présents. Comment j’me sens ? Comme la première fois que j’ai participé à un examen. C’était l’oral du BEPC. Ho y’a longtemps, hein. Un peu après la bataille d’Alesia en quelque sorte ». Le ton est donné. Mélenchon n’est jamais aussi bon que quand il joue à s’amuser de lui-même. Il explique que s’il est là, c’est qu’on l’a poussé, c’est encore une idée d’Antoine, et JLM a fini par être convaincu. Vendredi soir, il a attiré 22.845 paires d’yeux sur le live… Samedi à 10 h 30, la vidéo affichait 131.144 vues. Pas mal, pour une première.
    Il fait beaucoup rire Cédric Villani

    Le thème : « Débattons ensemble sur les libertés publiques ». L’appli StopCovid. Les problématiques de l’espace Internet. En fil rouge, une vidéo de l’intervention du leader de la France Insoumise sur cette question, au perchoir de l’Assemblée nationale, le 27 mai. Lui-même décrypte sa prestation. Avec autodérision, mais sans oublier d’ouvrir la boîte à claques pour en mettre une de temps en temps à ses bêtes noires, qu’il aime bien chambrer. Efficace : il est très drôle. Il fait beaucoup rire Cédric Villani, présent sur les bancs de l’hémicycle et qui se régale (comme moi) en écoutant le patron des Insoumis, très en verve ce jour-là. Nicole Belloubet est sa cible favorite. Il lui a trouvé un pseudo pour l’appli Stop Covid : « Averell Dalton ». Elle veut le mettre en prison, lui, le premier Insoumis condamné pour rébellion (et provocation), à trois mois … avec sursis.

    En deux heures et quart, les djeuns ont fait un peu d’histoire, beaucoup de philo, une dose de géo, et surtout de la politique, avec un prof qui parlait leur langage. Ouvrant une à une les portes de la réflexion dans le cadre d’une grande balade digressive et orientée au pays de la culture Gé. Comme dans un jeu. « On va faire comme ça : je passe la vidéo et j’vous raconte des trucs que vous savez pas ». Il leur a parlé de l’Assemblée en illustrant par des anecdotes vécues, tout en leur donnant des clefs : « Le décor que vous allez voir, d’un côté vous voyez un chêne, c’est la force, le symbole de la force, et de l’autre, un olivier, c’est le symbole de la paix, de la tranquillité — pis l’olivier c’est le symbole du Sud de la France, et je suis élu à Marseille — ce sont les deux symboles de la République française, le chêne et l’olivier ».
    Le leader de LFI a réussi son coup

    Tout y est passé. Des lois Avia, Sécurité intérieure, Asile et immigration, au big data, en passant par les perquisitions, l’Europe, George Orwell et « 1984 » (« Comment on a empêché les gens de penser en leur volant les mots, en leur faisant dire le contraire de ce qu’ils veulent dire, c’est exactement ce que font les macronistes toute l’année »), le Trotskysme (« du passé, tout ça »), l’effondrement de l’URSS (« il guette peut-être les États-Unis d’Amérique »), les ambassades, Taïwan, Singapour, Désintox-info etc, et l’application StopCovid bien sûr.

    Le « p’tit Véran » en a pris pour son matricule. La Rem aussi. « Pourquoi je me tourne tout le temps d’un côté et de l’autre ?», révèle Mélenchon pour justifier sa gestuelle abondante à la tribune de l’Assemblée : « C’est que si je regarde juste devant, je vois en face de moi la République en Marche. Y z’arrêtent pas d’gueuler. Tout le temps pendant lequel que je parle, y’en a un qui crie. Alors en plus y z’ont pas l’habitude, y savent pas, ils n’ont pas des kilomètres de manifs comme nous… Y’en a un, une fois, j’lui ai dit « arrêtez collègue vous ne savez pas crier et respirer en même temps donc vous allez me faire une attaque », alors tout le monde a rigolé ». Ptdr.

    À lire les commentaires sur Twitter, le leader de LFI a réussi son coup. Les tweets acerbes et moqueurs ont bien sûr déferlé, c’est le jeu, Méluche l’a bien cherché. Dans un océan de messages anonymes plus gratinés les uns que les autres, et souvent affublés d’une orthographe personnalisée, celui d’une figure politique réputée pour ses bourdes, Nathalie Loiseau : « Ils ont tué Jaurès … ». Rien que ça.
    « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme »

    Alors forcément, l’ex-candidate aux Européennes a essuyé en retour des tweets sympathiques non moins nuancés qui ont fait tinter ses casseroles. On les avait presque oubliées. « Vous avez été candidate sur une liste de néo-nazis du GUD. Vous n’avez rien et n’aurez jamais rien en commun avec le grand Jaurès », a rétorqué un LFI agacé.

    Les scuds virtuels ont volé en rafales entre « pro » et « anti » une bonne partie de la soirée. Au milieu de cette guerre virtuelle, des dizaines de messages de gamers. Pas trop fanas de politique, ils ont quand même arrêté de jouer pour voir ça, ça les a intrigués. Ils sont restés, parce que c’était fun, et carrément passionnant. Ils en ont parlé entre eux, ça a fait boule de neige. Ils auront sûrement retenu ça : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Citation importée du XVIe siècle, d’un toubib de Montpellier (berceau de la médecine) qui s’appelait Rabelais et était aussi philosophe. Conseil de Mélenchon, au passage, à la jeunesse née avec un clavier greffé aux avant-bras : « Il faut lire, même des trucs du XVIe siècle, c’est marrant, ça vaut la peine d’être lu ». Et être vigilant par rapport à la technopolice et à toutes les bestioles high-tech qui nous espionnent, mais halte à la parano. « Si on pense qu’on est déjà dans un État totalitaire, les amis, on n’obéit plus aux lois, c’est plus pareil !!! ».

    Le moins rigolo, dans tout ça, c’est que le vétéran de la JL team (team « jobless »), aussi pédagogue soit-il, engraisse le monstre qu’il combat par ailleurs. Amazon est propriétaire de Twitch depuis 2014. Donc le leader de la France Insoumise, en créant sa chaine sur la plateforme, apporte paradoxalement sa contribution à la fortune de Jeff Bezos. Elle a déjà augmenté de 34,6 milliards de dollars (+ 30 %) en trois mois à la faveur de la pandémie et s’établit à 147 milliards. Pour le dénoncer en ayant de l’audience, il faut passer par lui, et par conséquent, le nourrir. Y compris pour dire que « les Nord-Américains sont des voyous ». Ce qui laisse à penser que Bezos a de beaux jours devant lui. Même si le show Mélenchon , c’est grave une tuerie.
    Partagez cet article :
    Partager sur facebook
    Partager sur twitter
    Partager sur linkedin
    Françoise Bayard
    Françoise Bayard
    Journaliste.
    Ses publications
    À lire aussi :
    Adieux masques, distance physique et prudence : la France se déconfine XXL
    Françoise Degois 31 mai 2020

    Saint Covid, priez pour nous. Faites que vous ne circuliez plus, nulle part, que vous soyez recroquevillé dans un tout petit coin à l’abri de la moindre gouttelette, de la moindre narine. Sinon, nous sommes cuits.
    Lire plus »
    De The Lancet au Lancet Gate… il n’y a qu’un pas
    Françoise Degois 30 mai 2020

    Ça sent le roussi pour The Lancet.
    L’étude, portée au pinacle il y a 8 jours, semble vouée aux gémonies une semaine plus tard.
    Lire plus »
    Justice for George ravive Justice pour Adama
    Françoise Degois 30 mai 2020

    Les émeutes aux USA après la mort de George Floyd, lors d’une « interpellation musclée » à Minneapolis réveillent l’affaire Adama Traoré en France et les hashtags sur Twitter : #JusticeForGeorge et #JusticepourAdama.
    Lire plus »
    PrécédentPrécédentDe The Lancet au Lancet Gate… il n’y a qu’un pas
    SuivantAdieux masques, distance physique et prudence : la France se déconfine XXLSuivant
    Cet article a 2 commentaires

    DESTOUET Jacques 31 Mai 2020 Répondre

    Bonjour, oui les responsables numériques de la France Insoumise sont des gars formidables pour avoir déjà l’idée de passer sur TWITCH, Bravo à vous toutes et tous pour ce morceau remarquable et bien sur un Jean Luc MELENCHON plein de dynamisme et d’allant !!!
    Ma compagne et moi même nous lui adressons nos félicitations les meilleures pour cette initiative qui fait plaisir à voir et à entendre !!! Futur Président de la France nous vous saluons avec plaisir et joie et nous espérons que vous saurez convaincre notre belle jeunesse et leurs aînés.
    Banchereau 31 Mai 2020 Répondre

    Ce qui est certain c’est que les jeunes ne demandent qu’à être informés et éduqués . Il suffit d’avoir l’intelligence et la grandeur d’âme suffisante pour leur parler à travers leurs médias, avec leur langage pour qu’ils comprennent enfin que la politique c’est leur avenir et leur future raison d’être pour changer leurs espérances en un monde meilleur . Bravo encore la France insoumise et Jean Luc Mélenchon pour ce coup de génie … à renouveler .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.