Christian Jacob (LR), invité de France2 pour la soirée électorale des municipales 2020 - capture tv.
Christian Jacob (LR), invité de France2 pour la soirée électorale des municipales 2020 - capture tv.

Christian Jacob avait le triomphe un peu étonnant « c’est bon de renouer avec la victoire ». Certes, la droite avait fait la razzia en 2014 et conserve 50% de ses villes de plus de 9000 habitants mais elle perd beaucoup de ses joyaux, à commencer par Marseille, détenue par Jean-Claude Gaudin depuis 25 ans et qui n’a pas préparé sa succession. Le dernier mandant était celui de trop. Sa dauphine, Martine Vassal échoue très largement, derrière Michèle Rubirola.

Et que dire du séisme bordelais ! Le successeur d’Alain Juppé, Nicolas Florian, battu sur le fil par un écolo radical Pierre Hurmic. Autre séisme, Nancy, gagné par le socialiste Mathieu Klein ou Perpignan qui voit le triomphe de Louis Alliot. Bien sûr elle gagne Orléans ou Villeneuve-La-Garenne mais que pèsent ces victoires face à ces symboles perdus ? Seul Jean-Luc Moudenc sauve les meubles à Toulouse. Mais de justesse.

Face à son éternelle rivale, la gauche, qui se sent repousser quelques ailes, la droite reste très ancrée dans les territoires mais perd gros symboliquement et n’est pas en dynamique, n’a pas trouvé l’oxygène que les Verts peuvent, par exemple, apporter à la gauche. Il lui reste peu de temps pour de réinventer … ou plutôt s’inventer un candidat à présenter contre Emmanuel Macron car l’autre leçon, c’est que les alliances LR/LREM n’ont pas fonctionné sur le terrain et se soldent par un échec cuisant à Lyon et à Bordeaux. Deux villes où le « en même temps » a démontré sa limite.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.