Pap Ndiaye lors de la passation de pouvoir avec Jean-Michel Blanquer, ce 20 mai 2022 - capture tv.

Qu’est ce qui se love dans la tête d’ Emmanuel Macron ? Quels sont les chemins tortueux qu’il emprunte, semaines après semaines pour se maintenir au pouvoir ? 

Si vous cherchez la réponse , elle est dans ce nouveau gouvernement. 

A commencer par la nomination surprise de Pap Ndiaye , l’un des plus brillants historiens et sociologues de l’immigration et des minorités . Franco /Sénégalais , normalien , illustration de la méritocratie et de l’excellence républicaine , voilà le frère de la formidable romancière Marie NDiaye propulsé à la tête du Mammouth avec son histoire personnelle , ses combats pour la reconnaissance des minorités , son intelligence hors norme  et sa culture . Le voila succédant à Jean Michel Blanquer, le tenant d’une ligne anti-woke, anti-cancel culture , adoptée et partagée par Emmanuel Macron. Aujourd’hui, l’arrivée de Ndiaye, qui dénonce  un racisme structurel en France et le déni sur les  violences policières sonne comme un virage à 180 degrés sans aucune raison spécifique en apparence. 

Je dis bien en apparence car les raisons officieuses relèvent de l’électoralisme pur et dur . Nommer Ndiaye à l’Éducation Nationale, c’est envoyer un signal fort à la gauche , séduire des électeurs tentés par la Nupes , notamment les professeurs , dont la dynamique ne faiblit pas dans les sondages . Mais , plus cyniquement encore , c’est réveiller la droite et l’extrême droite , qui semblent frappées d’anesthésie, leur offrir un cheval de bataille inespéré pour installer à nouveau ce duel pour les législatives. Leur jeter en pâture Ndiaye pour leur permettre de reprendre du poil de la bête et ne pas laisser tout l’espace de l’opposition à la gauche. Bien sûr, les chantres macronistes jureront leurs grands dieux que nous sommes paranoïaques mais c’est bien la réalité et nous souhaitons bonne chance à Pap Ndiaye, empli de convictions et de sincérité , pour survivre dans ce jeu de massacre politique annoncé . 

Autre illustration du cynisme ? La nature même des  ministres . Plus de politiques a l’horizon , hormis Le Maire et Darmanin . Exit LeCornu, désormais grand muet du sérail , Véran est rétrograde à un poste de relation avec le parlement qui s’accommodera assez peu de son arrogance . Le Drian et Blanquer sont sortis . Qui pour tenir tête au chef , pour imprimer une autre vision ? Personne ou presque . Des technos , X mines , X ponts , HEC, Essec , ENA . Comme on tombe toujours du côté ou l’on penche , la fable sur la transmutation d’Elisabeth Borne , de  supra -techno en super politique d’estompera vite . Avec un ministère de l’écologie coupé en deux ,  ou  le mot même “ écologie” a disparu , laissant la place à cette “ transition énergétique” aussi humaine qu’un bidon de glyphosate , quel  travail politique peut être mené contre le cœur du réacteur : la puissance des lobbies  , leur omniprésence dans toutes les strates des pouvoirs européens et qui se joue des décideurs  politiques? On pourrait continuer dans la liste des assignations : Damien Abad aurait pu prétendre à une autre fonction que celle de ministre de l’égalité des chances et du handicap. 

Cynisme aussi à nommer une ambassadrice à la tête du Quai, Catherine Colonna ,pour mettre en musique la réforme qui va justement tuer  la carrière et ouvrir la porte à toutes nominations par copinage ou renvoi d’ascenseur . 

Cynisme , oui , absolument car pris dans le moindre détail , tout cela démontre une seule vérité : Emmanuel Macron veut garder som omnipotence , en transformant des fonctions politiques en super direction de cabinet . La politique , c’est lui , encore lui , toujours lui . Tout doit procéder de lui . Aucune émancipation possible , aucune élévation possible . Le règne ne peut s’encombrer de ces tâches , laissées aux ministres . 

Cynisme à continuer  de fracturer, au nom de je ne sais quelle disruption, un pays, en soufflant le chaud et le froid, de Blanquer à Ndiaye, de Borne à Colonna. 

Certains seront tentés de dire « chapeau l’artiste ! Depuis Mitterrand, on n’avait jamais vu un tel prince florentin ! » Et alors ? Est ce cela dont les citoyens ont besoin ? Comment s’est terminé le règne de Mitterrand ? Dans le  chaos et le crépuscule . Cette supposée maestria a t-elle un autre but que la préservation jusqu’au bout du pouvoir et de la jouissance de ce pouvoir ? N’aspirons  nous pas à autre chose ? Si ! Macron n’a pas changé. A nous de l’obliger à le faire. Il y a des législatives pour cela. 

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

  1. Emma

    Pour Newman il y a les mauvais « woke » ceux de la NUPES et les bons « woke » ceux nommés par MACRON.
    Impayable chien de garde Newman

  2. Conti

    Comment cela, M.Abad mériterait mieux que la solidarité et le handicap ? Maman d’une merveilleuse petite personne, handicapée, je vous renvoie à votre haine!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.