Christian Perronne sur le plateau de TF1 - Capture vidéo.

C’est un homme calme, qui a toujours des propos pondérés et exprimés avec courtoisie. Mais la courtoisie peut être tranchante et depuis le début de la crise sanitaire, Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches, se bat pour l’utilisation de l’hydroxychloroquine. Il n’a pas changé de discours et a soutenu le professeur Raoult, même lorsque tout semblait basculer avec la publication de l’étude « foireuse » du Lancet.

Aujourd’hui Christian Perronne va plus loin. Sur BFM, puis LCI, il porte des accusations lourdes sur l’interdiction d’utiliser l’hydroxychloroquine. Il estime que l’on aurait pu sauver des milliers de vies, 25.000 selon lui si on se base sur les résultats des pays qui l’ont systématiquement administrée. Plus dur encore, il accuse plusieurs de ses collègues professeurs de médecine d’avoir touché de l’argent de laboratoires concurrents à Sanofi pour promouvoir d’autres médicaments.

Lorsque ces propos sont tenus par des citoyens, relevant du sentiment et de l’analyse, ils ont évidemment moins de force que lorsqu’un scientifique de ce niveau les affirme avec tant de force.

Christian Perronne va plus loin et dit « j’ai honte de la France ».

Des propos tenus publiquement alors que débutent les commissions d’enquêtes parlementaires et que 84 plaintes de familles ont été déposées au pénal contre des personnes nominatives : Agnès Buzyn, Olivier Véran, Édouard Philippe.

Pour le moment, il n’y a eu aucune réaction officielle à ces déclarations. Les professeurs omniprésents sur les plateaux, semblent avoir disparu du champ médiatique et c’est normal puisque l’épidémie a reculé. Mais, même sans réactions officielles, ces déclarations représentent une véritable bombe à retardement. On n’en a pas fini avec l’hydroxychloroquine, la campagne menée tambour battant pour « abattre » Didier Raoult, les collusions entre le monde médical et les laboratoires pharmaceutiques et l’étrange comportement de l’exécutif dans cette affaire.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 16 commentaires

  1. Jacques

    Quand on utilise une substance ou une préparation (mélange d’au moins deux substances) à des fins thérapeutiques, la première question que l’on doit se poser est simple : la prescription de cette substance ou de cette préparation est-elle dangereuse ? Si on ne le sait pas, on ne doit pas prendre de risque. Mais, dès lors que l’on sait que ladite substance n’est pas dangereuse (c’est le cas de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, utilisées l’une et l’autre dans les soins contre le paludisme), il n’y a aucun scandale à la prescrire pour soigner une autre maladie ! Au pire, il ne se passera rien si on fait attention – évidemment ! – aux doses … C’est la dose qui fait le poison ! Et non pas la substance en elle-même !
    Quelque milligrammes de cyanure vont rendre malade sans tuer la personne; quelques grammes vont CERTAINEMENT la tuer !
    Il ne faut jamais perdre de vue la situation d’urgence ! Sans parler du coût du traitement journalier ! A 10 centimes par jour, on peut y aller, sous contrôle médical évidemment !

    1. BERNARD VELLUTINI

      Pour couper court….Combien de victimes de l hydroxichloroquine….à….MARSEILLE ?

      1. Rico

        combien de morts du Covid à Marseilles ont été se faire tester à l’IHU et envoyé « mourir » à la Timone ? Tout le problème avec Raoult c’est que c’est un habitué ,de la falsification des résultats. Et ses résultats ne sont pas terribles malgré ça. Les statistiques y sont grossièrement détournées. Après ça n’empêchait pas de laisser mes médecins prescrire. Mais soyons objectifs. Ce « professeur » Perronne fait référence à des pays qui auraient systématiquement prescrit la chloroquine. Lesquels ? Dans une autre interview il site le Brésil, dirigé par l’extrême droite corrompue de Bolsonaro, et ? Les résultats sont désastreux, surtout la où ils ont prescrit l’hydroxychloroquine avec l’azetromicine. A un point tel que Bolsonaro a dû s’inventer une contamination au Covid pour faire la promotion du protocole. toute cette histoire est pathétique…. ces vieux con réactionaires commencent à sérieusement me tapper sur les nerfs avec leurs délires.

  2. Joe

    Non Jacques, ce n’est pas la dose qui fait le poison, c’est le discours des homéopathes ça, des charlatans bien connus du monde scientifique. Les travaux de Raoult ont été mis en doutes et démontés à de nombreuses reprises par des études internationales, la chloroquine au mieux, n’affecte pas l’état des malades ou pire l’aggrave. Il n’y a pas besoin d’être chercheur en médecine quand on connait un peu les statistiques pour dire que ses protocoles ne sont pas viables et ne valent pas un kopeck, il fait un double standard et prend à cœur son hypothèse tout en discréditant sans preuve les études qui le contredisent. Ce comportement met en doute sa fiabilité de chercheur et si tous ses travaux sont aussi frauduleux que ceux là, ce n’est ni plus ni moins qu’un clown.

    1. Frédéric Moulin

      Un clown, sacré il y quelques années laurea du prix de l’INSERM.
      Je ne pense pas qu’un clown puisse être adoubé d’une telle reconnaissance prestigieuse.
      Un peu de modestie et d’humilité dans vos propos serait souhaitable.

      1. Rico

        c’est ce qu’il fait effectivement depuis des années/ il falsifie ses résultats pour rendre le peu de publication pertinente qu’il « produit » (bien souvent il ne les lit même pas et c’est écrit par d’autres) « interessante ». Il a réussi à recevoir des prix grace à ce stratagème, qui a fonctionné pendant des années. Mais récemment (2018 il me semble) il a été durement critiqué par ses paires, notamment des allemands, des anglais et d’autres qui ont découverts le poteau rose: des publications « à la chaine » en grande majorité sans aucun intérêt scientifique (96% des publications sont publiés dans des journaux sans relectures, même dans le propre revue de son équipe) , des résultats frauduleux, du harcelment au sein de l’équipe par ses « associés » et lui même, de nombrexux cas de burnout, des financements obscures, des liens douteux avec l’ancien maire de Marseille, le LR et LREM…. a n point tel qu’on lui a retiré le label CNRS et INSERM. ET la il nous sort la chloroquine de sa poche pour se « venger ». C’est non seulement un clown mais aussi un escrocs.

    2. Mouly Francois

      Que voilà des propos bien caricaturaux et bien intransigeants : avez-vous seulement une formation dans le domaine de la santé qui vous permette d’être aussi catégorique pour qualifier de « clown » quelqu’un dont vous n’avez pas – je présume -la compétence ?
      Le Pr Raoult a, je crois, plus de 3.000 publications à son actif dans le domaine où il exerce… sans indiscrétion, vous en avez combien ? Cet éminent spécialiste est reconnu par ses pairs dans le monde entier… et vous-même ?
      Je pense, si vous voulez bien me permettre un commentaire, qu’il faut savoir être circonspect et faire preuve de davantage d’esprit critique que vous ne le faites : vos propos sont trop hâtifs pour être utiles à ce débat et, dans un domaine aussi complexe, il est opportun d’être humble – et curieux – car tous les aspects doivent être considérés et très notamment le financier pour faire preuve de discernement.

      Signé : un père indigne qui se soigne et qui a soigné sa fille par homéopathie… et nous nous en portons très bien ! Cordiales salutations.

      1. Mouly Francois

        Mon propos répondait à « Joe » et non pas à l’article initial !

  3. Boulame Ouanoufi

    J ai été surpris qu’ on nous parle en France d un traitement préconisé à base de Chloroquine en début de crise sanitaire parce que les médias nous a informé durant la période chinoise qu’il résidait un mince espoir de guérison grâce à ce médicament cette anti paludeen la Chloroquine une piste sérieuse et du coup silence radio de la part des médias j en ai déduit que les essais n ont pas été concluants en Chine alors maintenant de dire que c était et c est un traitement efficace contre le covid19 ….mouais pourquoi pas à défaut d un remède qui fasse le consensus…franchement décevant
    ,

  4. Sylvie G.

    Et si au lieu de laisser mourir les personnes, on avait décidé de leur donner le traitement selon le bon protocole (pas selon les protocoles volontairement faussés, comme des doses trop grosses ou comme attendre trop tard) , au pire, au lieu d’avoir des morts, on aurait eu…des morts. Donc le pire qu’on pouvait avoir, c’est aucune différence, et au mieux, les succès que de nombreux médecins disent avoir eus. Parce qu’il ne faut pas oublier de remarquer que les études étaient volontairement faussées, ce qui est très louche. Si le traitement ne fonctionne pas, alors pourquoi décider d’attendre quand il est trop tard pour le donner et ainsi s’assurer que cela ne fonctionne pas, pourquoi aussi décider de donner des doses différentes que celles des protocoles? Moi je vois une seule raison, ils veulent être capables de dire on l’a testé et ça n’a pas marché. Sinon pourquoi ils faussaient les protocoles? C’est sûr que si on a un remède trop efficace, on va arrêter d’espérer un vaccin, on va empêcher un grand enrichissement des pharmaceutiques… ok, je ne sais pas, je ne fais que me poser des questions, je n’affirme rien. Mais je constate cependant que la question de la chloroquine n’a pas encore été prouvée puisque à ce jour, aucune étude sérieuse selon le bon protocole ne semble avoir eu lieu, du moins jusqu’ici, je n’ai pas encore trouvé ces études sérieuses non faussées. J’attends qu’on me les montre, parce que je ne crois pas aveuglément des chercheurs qui faussent leurs études et qui sont impliquées dans faire de l’argent avec les vaccins (conflits d’intérêt). Pour le moment, ce qu’on a de mieux, c’est l’expérience des médecins qui l’ont utilisé avec leurs patients.

  5. Richard

    J’approuve totalement
    La cloroquine dixit notre ministre véran ne devait être administrée que pour les personnes en assistance respiratoire donc trop tard donc inefficace
    Le protocole du professeur raoult a jété appliqué au début de l’attaque du virus et pour les hospitalisations avec des contrôle cardiaques
    C’est une honte ce qui n’a pas été fait
    On a refusé de sauver des vies pour quel motif ?
    On nous a menti pour quel motif ?
    Écoutez l’interview du profeseur Peronne
    Sur sud radio
    Ce grand spécialiste de la maladie de lyme denonce également la corruption
    De labos americains ayant développé fameux test Élisa qui indique le plus souvent des fauX negatifs ,labos qui empêchent dutiliser les bons tests les personnes ne sont pas soignées en France il faut envoyer les prises de sang en allemagne par exemple trouver des médecins qui osent transgresser et soigner
    Car maintenant on les empêche de prescrire du jamais vu
    C’est très très grave
    Je suis écoeurée par ces scandales et je me sens démunie par rapport à cette société qui dégénère
    Notre démocratie à vraiment du plomb dans l’aile
    La corruption est omniprésente ça fait vraiment peur

  6. Sylvie G.

    Exactement, je suis d’accord avec toi Richard. Ici aussi, au Québec, les personnes qui ont la maladie de Lyme avec les test Elisa qui dit négatif sont obligés soit d’aller aux États-Unis pour voir un médecin qui reconnait la Lyme chronique, ou bien on peut maintenant aller à une clinique médicale différente des autres, car ils envoient la prise de sang en Allemagne pour faire tester. C’est ainsi que plusieurs ont un diagnostique Lyme quand ici on est encore dans le déni des cas ou de la gravité de cette maladie. C’est sûr que c’est plus payant de traiter les symptômes à vie que de soigner une maladie correctement… pour la chloroquine pareil, on refuse la vraie science, on fausse les études, une autres chose insensée dans les études sur la chloroquine, ils mettent les cas plus graves et à risque du côté de la chloroquine et les cas moins graves et moins en danger du côté de ce avec quoi on la compare. Quelle corruption. Et la population qui les croit aveuglément, sans s’arrêter à ces sabotages volontaires des résultats…

    1. Claude Maria

      Je suis médecin généraliste, j’ai exercé pendant plus de 40 ans et j’exerce encore en remplacement hospitalier (j’étais aussi chef de service dans un centre de personnes handicapés surtout en neurologie et pneumologie. Je suis entièrement d’accord avec le Pr Raoult qui a agi en vrai médecin. Combien de fois avons-nous dans notre pratique utilisé des produits hors AMM pour tout tenter. Ces grandes bouches médiatiques ne parlent pas dsx ordonnances de CHU avec des mises sous anti-inflammatoires ou paracetamol qui ont bousillé rein et foie et que dire du scandale de l’étude Framingham avec les statines et aussi du Viox . On ne les a pas entendus et pour cause tout vient des grands labos des States ! Moi aussi Richard et Sylvie, je suis écoeuré

    2. Lelay

      Un seul mot : n’êtes vous las tous et toutes de donner votre avis, vous qui avez des avis en fonction de vos croyances, ce que vous croyez voir et comprendre en fonction de ce que les médias vous montrent. Quand nous souhaitons nourrir une croyance venez en aux faits : Qui est le Professeur Raoult plutôt que de juger. Les Français sont un peuple n’appréciant pas la haute intelligence de certains. Un Vérité est certaine : Le Pr Raoult est une sommité internationale en Virologie et non ces gouvernements, ces ministres sortis de nul part, ah si de l’ENA.. Mdr.
      Alors vous qui jugez, d’aucuns qui émettent des avis attifs et non fondés apprenez à cesser de croire ce que vous voyez et entendez, puis commencer plutot à voir ce que vous devriez croire.

  7. Claude Maria

    Je suis médecin généraliste, j’ai exercé pendant plus de 40 ans et j’exerce encore en remplacement hospitalier (j’étais aussi chef de service dans un centre de personnes handicapés surtout en neurologie et pneumologie. Je suis entièrement d’accord avec le Pr Raoult qui a agi en vrai médecin. Combien de fois avons-nous dans notre pratique utilisé des produits hors AMM pour tout tenter. Ces grandes bouches médiatiques ne parlent pas dsx ordonnances de CHU avec des mises sous anti-inflammatoires ou paracetamol qui ont bousillé rein et foie et que dire du scandale de l’étude Framingham avec les statines et aussi du Viox . On ne les a pas entendus et pour cause tout vient des grands labos des States ! Moi aussi Richard et Sylvie, je suis écoeuré

  8. Garcia

    Je ne suis pas journaliste, je ne suis pas médecin, mais j’ai utilisé les mois de confinement pour écouter un peu toutes les chaînes d’infos, à toute heure, et j’ai lu les articles sur le net, j’ai écouté des vidéos.
    Il est évident que le gouvernement était au courant de tout, puisque le docteur Klein, médecin français qui travaillait à Wuhan, a alerté les autorités françaises, de même qu’un ami à lui, M. Moreno.
    En Chine en plus des tests il y avait des examens pulmonaires, des traitements étaient donnés, dont la chloroquine, donc les malades n’étaient pas renvoyés chez eux avec du Doliprane.
    Ce qui est étrange c’est qu’apparemment (si je ne me trompe pas, en fait c’est une info que j’ai entendue, donnée par je ne sais plus qui mais c’était quelqu’un qui était au courant de pas mal de choses) aucun Français n’a été envoyé dans la délégation qui est allée en Chine…
    Grâce au Professeur Raoult on a tout de même appris qu’en Chine des greffes pulmonaires avaient été pratiquées.
    Le Docteur Klein avait donné des conseils très précis et très simples, il connaissait bien la situation, il la vivait à Wuhan.
    Pourquoi les autorités françaises n’ont-elles rien fait… à part lister un médicament connu depuis si longtemps, du jour au lendemain, comme substance toxique, ou vénéneuse, je ne sais plus…
    Tout d’un coup, les médecins de ville n’étaient plus en capacité de discernement, n’avait plus le droit de prescrire un médicament qu’ils connaissaient très bien… et combien sont décédés, ainsi que des médecins à la retraite qui sont revenus pour aider… qui donnaient leurs propres masques aux malades qui n’en avaient pas, c’est-à-dire pratiquement tous les malades.
    Et non seulement l’absence de masques, ceux qui ont été détruits…
    Et que dire de l’utilisation du Rivotril… Il me semble que sa prescription a été facilitée…
    Le refus des ARS pour la coordination avec les vétérinaires, pour pouvoir faire des tests, alors que les vétos proposaient leur aide…
    Le décès de tant de soignants, et combien de policiers, de travailleurs mis en première ligne… et leurs proches contaminés…
    Et je voudrais rajouter une info que je ne vois absolument nulle part : les chiens détecteurs du covid 19, formés et capables de tester par la sueur, qui sont donc une aide formidable, plus efficace encore que les tests, gratuite, rapide et indolore, sont-ils employés ????
    J’avais lu un article il y a plusieurs semaines, une personne faisant partie de ce dispositif se plaignait de l’absence d’intérêt des pouvoirs publics pour l’utilisation des chiens.
    Moi aussi, comme l’ont dit les Professeurs Perronne et Raoult, et sûrement comme beaucoup de Français, j’ai honte…
    Je n’ai eu à déplorer aucun décès de proches, mais je partage la tristesse et la colère de toutes les familles qui sont endeuillées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.