Emmanuel Macron face aux acteurs de la culture, le 6 mai 2020.
Emmanuel Macron face aux acteurs de la culture, le 6 mai 2020.

En lisant cette information sortie par Le Parisien, on se frotte les yeux. On lit. Non, ça n est pas une blague du génial Gorafi. Non, ça n’est pas une fake news diffusée par on ne sait quel site complotiste. Oui, vous avez bien lu. L’Élysée veut s’autocontrôler sur la gestion de la crise sanitaire, au moment où l’Assemblée nationale et le Sénat installent leur commission d’enquête parlementaire. Autrement dit, mener ses propres investigations sur la chronologie, les moyens, les décisions prises. Juge et arbitre, en quelque sorte. Dans un esprit d’indépendance totale, expliquent sans rire certains conseillers, eux même gênés semble-t-il par cette idée sortie d’on ne sait où.

Qui a bien où imaginer un machin pareil ? Évidemment, le but ne nous échappe pas. Contrer toutes les investigations qui seront diffusées en direct sur les chaînes infos. Allumer des contre feux pour tenter d’endiguer je ne sais quelles révélations. En clair, se défendre et ne pas revivre la torture quotidienne de la commission d’enquête sur l’affaire Benalla, diffusée en direct, qui a tant fait de mal à l’exécutif.

La manœuvre est maladroite, et le remède sera évidemment pire que le mal. D’abord parce que personne ne peut croire, à priori, à ce type de comité Théodule. Ensuite parce qu’elle émane du pouvoir, directement, un pouvoir discrédité bien avant la crise du covid-19, un discrédit que la gestion de la pandémie n’a pas permis de réparer.

Si la gestion économique a été plutôt réussie, la gestion sanitaire a été chaotique : les masques, les tests, la chloroquine, la lourdeur des Agences régionales de santé.

Cette gestion mérite un examen minutieux, pour connaître les erreurs, les impréparations, les errances, de manière à ne plus jamais commettre les mêmes erreurs en cas de nouvelle pandémie.

On comprend bien le souhait de l’exécutif de se prémunir des accusations à venir mais il le fait de la pire des manières.

Il pressent un procès politique avec les commissions d’enquête parlementaires. Avec l’idée même de cette commission, il est entrain de l’instruire tout seul. Souhaitons donc qu’il ne s’agisse que d’une idée …

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.