Alice Coffin interviewée par le journal L'Humanité - Capture Nos Lendemains.
Alice Coffin interviewée par le journal L'Humanité - Capture Nos Lendemains.

Quel est donc ce monde dans lequel vous êtes menacé de mort dès que vous émettez une opinion ? 

Quel est donc ce monde dans lequel Éric Zemmour peut baver régulièrement sa haine contre les musulmans, les migrants, les féministes et les écolos, être condamné, et multirecidiver aux heures de grande écoute, dans des canards à grand tirage sans problème, là où Alice Coffin devrait retourner lire Virginia Woolf dans son placard ? 

Ceux qui trouvent toutes les excuses du monde à Zemmour sont d’ailleurs les plus virulents pour excommunier Coffin dans des termes frisant parfois la diffamation. Pourtant, ils nous bassinent matin, midi et soir avec la sacro-sainte liberté d’expression qui donnerait le droit de dessiner Danièle Obono en esclave ! Mais pas d’excuses à leurs yeux pour une féministe radicale ! Ne parlons pas de Twitter, réseau social d’utilité publique, qui, dans ces moments la, devient une véritable benne à ordures.

Oui Alice Coffin a le droit de s’exprimer, de dire que ce monde dominé par les hommes ne lui convient pas et qu’elle veut en changer. Nulle part, il n’est écrit dans son livre qu’elle veut éradiquer les hommes. Elle propose un point de vue, certes radical, mais en aucun cas raciste, contrairement à ce que l’on peut entendre ici et là.

Elle en a le droit dans ce pays de liberté d’expression sans avoir à être menacée de mort, escortée désormais par des officiers de sécurité car les menaces sont sérieuses. On peut ne pas partager la vision du monde d’Alice Coffin et se battre pour qu’elle ait le droit de l’exposer à sa guise, dans des livres ou sur les plateaux de télévision.

Quant à son licenciement, ce sera aux prud’hommes de juger. Disons simplement qu’elle dispense des cours depuis 8 ans, dont les élèves sont satisfaits. Et qu’elle milite depuis longtemps sans que ça n’ait eu l’air de poser de problème à personne jusqu’à présent dans cette école. Ce licenciement est regrettable. D’autant que les véritables prêcheurs de haine restent bien en place, bien au chaud, installés dans le petit pré carré dans lequel ils s’ébattent sous les vivats de leurs adorateurs, les mêmes qui haïssent Alice Coffin. Leur indignation à géométrie variable est désolante.

Et même si je ne partage en aucune manière la radicalité d’Alice Coffin, le traitement qu’elle subit est insupportable, notamment dans les médias. Rares sont ceux qui la défendent au nom de la liberté d’expression et la liberté de pensée. Benoit Gallerey l’a fait sur BFM, Rokhaya Diallo sur LCI. Honneur à eux.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 6 commentaires

  1. Emma

    Vous avez raison notre pays devient fou …. Sa droitisation et son intolérance deviennent inquiétants. Il faut résister à cette folie ambiante.

  2. Barreau Dominique

    Certes, elle a le droit. Et personne ne songerait à l’en priver. Mais elle a aussi celui de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler, et de celui-ci personne ne songerait non plus à la priver. Elle peut donc en faire usage sans crainte. Nous lui en saurons gré.

  3. Christophe

    Je suis un père hétéro et j’élève mes 2 garçons de 8 ans dans le respect des filles et des femmes. En quoi ai je mérité de me faire insulter par cette femme qui déteste tous les hommes !
    Elle a le droit de s’exprimer et jusqu’à preuve du contraire personne ne l’a attaqué en justice pour ses propos contre les pères violents et pédophiles. De gauche vous dénoncez les propos de Zemmour et c est votre droit. Vous trouvez également des excuses à l’indigéniste qui avait refusé de condamner les attentats de Charlie Hebdo.
    La liberté d’expression doit être la même pour tout le monde et attaquer en justice Zemmour pour ses propos est une erreur. On ne combat pas une idée par la censure mais par le débat.
    Cela fait plus de 20 ans qu’on utilise cette méthode contre le FN puis le RN et que cela ne marche pas. A ce jeu là en 2022 les élections se joueront à pile ou face et bien malin celui qui peut dire aujourd’hui sur quelle face elle retombera.

    Je suis Charlie ! Où es tu ?

  4. Emma

    Le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie ne sont pas des idées ce sont des délits punis par la loi.
    Traduire Zemmour en justice ce n’est entraver sa liberté d’expression c’est faire cesser un délit.
    J’ose espérer qu’il n’y a pas que les gens de gauche qui dénoncent le racisme et que l’ensemble de la droite n’est sur la ligne valeur actuelle.
    Je suis Charlie mais je n’avais pas compris que cela voulait dire que le racisme, l’antisémitisme et l’homophobie faisaient partie de la liberté d’expression.

  5. Paul

    « J’ose espérer qu’il n’y a pas que lees gens de gauche qui dénoncent le racisme… »
    On peut se poser la question lorsqu’on entend Bourdin dire à Marion Maréchal Lepen à la fin d’une interview tout en suavité er sourire « vous voyez je ne vous ai pas parlé d’Obono »
    Obono qui avait eu droit à un interrogatoire de commissariat quelques jours avant….

  6. Sophie

    Quelqu’un peut le dire ce que signifie indigèniste, islamo gauchiste.
    Je crois comprendre que c’edt une insulte un peu comme « judeo bolchevique » dans les années 30.
    J’ai bon ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.