Jean Castex et Jean-Michel Blanquer font un point de situation - Capture vidéo.
Jean Castex et Jean-Michel Blanquer font un point de situation - Capture vidéo.

C’est une question qui se pose désormais, à quelques jours de la rentrée scolaire, alors que l’épidémie bondit : 6000 contaminations pour la seule journée de mercredi, un virus qui galope et des décisions qui tombent et semblent toujours aussi contradictoires. Le masque sera obligatoire à Paris, partout, dès ce matin 8h, ainsi que dans la petite couronne. Masque obligatoire y compris lorsque vous vous déplacez à vélo, en trottinette, en scoot et autres moyens de mobilité. Soit.

Dans le même temps, le gouvernement encourage fortement le public à retourner aux spectacles, dans les théâtres, les music-halls, les cinémas, alors qu’on annonce la fermeture des terrasses à Marseille et que cette mesure nous pend au nez à Paris. De son côté, la mairie de Paris annonce la prolongation des terrasses éphémères jusqu’à Juin 2021. En résumé, vous pouvez passer à pied et masqué devant une terrasse où personne ne le porte puisque les gens mangent avant d’aller vous enfermer, piétons masqués et dineurs en terrasse, dans une salle close pour regarder un spectacle. Où est la logique ? Où est la cohérence ? Quelqu’un peut-il décoder ? Bien sûr, toute la difficulté consiste à maintenir l’équilibre entre le sanitaire et l’économique mais à ce point, on nage en Absurdie ! Et on ne fait que des mécontents : pas assez pour les adeptes du sanitaire avant tout, trop pour les adeptes de l’économie avant tout. Cette façon de gouverner à la godille crée une difficulté majeure : la perte de confiance, valeur absolue pour espérer refaire repartir le pays.

Et ce ne sont pas les déclarations de Jean-Michel Blanquer qui vont la recréer, cette confiance. À la question sur la gratuité des masques pour les élèves, il a claqué une réponse sans appel sur France Inter « Aucun pays au monde n’offre des masques ». C’est totalement faux ! La Grèce débloque 5 millions d’euros pour fournir des masques gratuits à ses élèves et ses professeurs. En Italie, le masque est obligatoire dès l’âge de 6 ans si la distanciation est impossible et l’État fournira, chaque jour, 11 millions de masques aux élèves et aux professeurs. Comment Jean-Michel Blanquer a-t-il pu se tromper ainsi et asséner une telle contre vérité ? Mystère et boule de gomme. Il n’y est pas, semble à contre temps et en retard sur sa gestion ministérielle.

Cette journée, en tout cas, redonne du grain à moudre à tous les acharnés anti-masques et provoquent le courroux, tout en maitrise, de beaucoup de médecins, à l’image du professeur Éric Caumes, qui a lâché une phrase sans appel sur LCI hier soir « Il n’y a pas de pilote dans l’avion, comme depuis le début d’ailleurs ».

Ce ne sont pas les oppositions politiques qui le disent, ce sont les médecins. Personne ne prêtera d’arrières pensées politiques à Éric Caumes, comme on le fait constamment et injustement, avec Didier Raoult et pourtant sa charge est aussi sévère que celle du professeur marseillais.

Aujourd’hui, comble de l’ambiguïté, Emmanuel Macron s’expliquera devant l’association de la presse présidentielle mais sans questions/réponses, sans caméra ni enregistrement. Une sorte de off gigantesque qui ne pourra pas être commenté en direct sur les chaînes infos, mais va donner lieu évidemment à des interprétations multiples et variées de la parole présidentielle. Peut-être eut-il été plus simple de s’exprimer directement sous forme d’allocution ? Puisque nous le savons tous, dans notre merveilleux système politique, le Président est le seul maître à bord, le pilote de l’avion.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 5 commentaires

  1. Jeannin

    La technocratie en marche…
    Le vernis de la proximité, avec le casting de Jean Casse Tête, n’aura résisté que le temps d’un été !
    Et pour couronner le tout une méta-analyse anti chloroquine regroupant les anti protocoles de l’IHU, pour finir de discréditer la bête marseillaise…
    la petite intelligencia des décideurs parisiens (politiques, plateaux télés, methodologistes de la médecine) s’enferme dans le cluster du déni Cahuzac !

  2. Emma

    Au Au-delà du fait que ce gouvernement n’a qu’une seule boussole : servir les intérêts de ceux qui les ont portés au pouvoir, cette crise sanitaire aura montré que gouverner ne s’improvise pas et que l’inexpérience n’est en rien une vertu. Lorsqu’en plus elle est doublée d’arrogance, l’incompétence n’est pas loin.
    Triste spectacle d’un pays sans pilote.

  3. laurentgantner

    Peut-on avec précision et discernement, distinguer ce qui relève effectivement, encore de cette maladie COVID19 de pandémie virale planétaire, de ce qui mute directement en SARSCoV2 ?
    Épidémiologie, rythme et puissance de contagion diffèrent-elles ?
    #Rentrée2020

  4. LM

    Les cas dont on parle aujourd’hui sont des cas asymptomatiques, comme le dit le docteur Toubiana : « c’est-à-dire des cas détectés parce que nous avons à notre disposition un système de détection des gens porteurs d’un virus, mais ces gens ne sont pas malades. Nous sommes face à une épidémie sans malades ! »
    Voir l’entretien du docteur Toubiana, le 10 août, sur BFM :
    https://www.youtube.com/watch?v=7P0UUNvuaDU&feature=youtu.be

  5. Keller

    Et puis le port du masque n’a pas prouvé son efficacité pas plus que la chloroquine alors pourquoi interdire l’une et imposer l’autre .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.