Une petite partie de la presse, quelques éditorialistes, certains élu-e-s de la majorité ont décidé d’entonner en chœur l’air de la calomnie en accusant les enseignants d’être absentéistes. Il y en aurait 40%! Pourcentage repris sans l’ombre d’une explication par les personnes citées plus haut.

Heureusement, d’autres journalistes ont corrigé les élucubrations des incompétents et les mensonges des idéologues:

Ouest-France : Profs « décrocheurs » : combien sont-ils vraiment ?

« Selon le ministère de l’Éducation nationale, 5 % des enseignants n’assureraient pas leur cours à distance. Ce chiffre repris dans les médias, qui fait du tort à toute la profession, est à nuancer. »

Libération – CheckNews : Est-il vrai que 40% des professeurs ne sont pas revenus après le confinement ?

MediaPart : Les enseignants s’agacent d’être accusés de déserter leurs classes.

Et bien d’autres encore démontrant petit à petit que les accusations, fondées sur des chiffres aberrants mais hélas trop tardivement démentis par l’institution Éducation Nationale, ne tiennent pas devant la réalité du terrain:

  • Des personnels enseignants, ATSEM, techniciens, personnels des mairies accomplissant au quotidien un travail de fourmi pour respecter un protocole sanitaire faisant force de loi!
  • Des personnels enseignants et personnels de directions accomplissant depuis le 13 mars leur mission dans des conditions indignes de la 7e puissance mondiale! Chacun devant du jour au lendemain s’improviser « professeur à distance » avec son matériel personnel. Chacun maintenant vaille que vaille le lien avec les élèves et avec d’admirables parents qui, dans l’immense majorité des cas nous ont soutenus et nous soutiennent encore, refusant de se faire complices des accusateurs-trices publics utilisant le mensonge pour épancher leur haine d’une profession qui refuse de baisser la tête sur ordre;
  • Des élèves qui, dans des conditions très difficiles pour les familles précaires, ont fait ce qu’ils ont pu et parfois bien davantage.

Alors mesdames et messieurs les censeurs, les dénonciateurs, vous qui rêvez de sanctions à l’encontre des « centaines de milliers de professeurs décrocheurs« , vous ne parviendrez pas à masquer l’échec très inquiétant de l’école malheureusement appelée « de la confiance ». Si, en collèges et lycées surtout, les élèves ne reviennent pas, posez-vous les bonnes questions et apportez les bonnes réponses pour expliquer et éviter à l’avenir une telle désaffection.

Vos pathétiques tentatives de divisions, les annonces de « Vacances apprenantes » et autre « 2S2C » ne trompent absolument personne. Elles sont le paravent d’une bien triste réalité qu’évidemment vous refusez d’affronter:
Celle d’une école en lambeaux depuis trois ans, servie heureusement par d’admirables fonctionnaires dont j’ai eu l’honneur de faire partie, jusqu’au 3 juillet 2020, pendant trente-six ans.

Je ne voudrais pas terminer sans trouver choquant le fait d’avoir constaté la disparition de très nombreux textes, documents et vidéos déposés, sur le site Internet institutionnel de l’Éducation nationale. Documents, textes et vidéos laissés par les équipes des ministres Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem.

Ce n’est pas en effaçant le passé que l’on fait plus aisément accepter le présent!

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.