La marche solitaire d'Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017.
La marche solitaire d'Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017 - Capture TV.

On l’a souvent dit mais jamais l’analyse n’a été plus réelle : Emmanuel Macron est à sec. Ses ressources humaines sont épuisées.

Les hommes qui avaient fait sa victoire en 2017 ne sont plus. Et de quelle manière ! Gérard Collomb, qui lui avait donné une véritable caution auprès des barons territoriaux, non seulement a pris ses cliques et ses claques, et surtout sa claque à Lyon où il a scellé une alliance avec la droite de Laurent Wauquiez, pour ne pas sombrer corps et biens.

François Bayrou, l’homme qui lui a apporté le centre sur un plateau, lui permettant de passer haut la main le 1er tour, Bayrou est empêché par l’affaire européenne et replié sur ses terres de Navarre, condamné à se contenter de jouer son petit rapport de force à l’assemblée, étant donné l’effilochage de la majorité absolue LREM.

Le dernier, Nicolas Hulot, qui lui avait offert l’écologie, n’a même pas pris pas la peine de le prévenir de sa démission qu’il a présenté un matin sur France Inter.

Le cabinet, lui aussi, s’est vidé. Exit son plus fidèle allié, Ismaël Emelien, son cerveau de communication, balayé par l’affaire Benalla. Sylvain Fort lui aussi est parti, vers d’autres horizons. Quant à la fortune de Benjamin Griveaux, elle fut diverse et sa vie politique semble derrière lui, juste le temps de rendre son mandat probablement.

Quant à Stéphane Séjourné, l’ancien conseiller politique, il est satellisé à Bruxelles. Il ne reste, du dispositif originel de conquête, que l’inoxydable secrétaire général Alexis Kohler, le seul homme que Macron considère comme « plus intelligent que lui », et Sibeth Ndiaye qui s’est littéralement carbonisée dans son rôle de porte-parole.

Après 3 ans de gouvernement, Emmanuel Macron est seul, condamné à projeter des scénarios délirants : le retour possible de Manuel Valls ? De Marisol Tourraine ? L’arrivée d’un président de région comme Jean Rottner ? Ou celle de Frederic Péchenard Place Beauvau ? Un sarkozyste pur jus au poste le plus sensible de la République ? Inimaginable.

Son dispositif politique est tout aussi maigre. Hormis Richard Ferrand qui verrouille l’Assemblée, Christophe Castaner, dont l’image est détruite au fil de sa gestion erratique de l’Intérieur, Jean Yves Le Drian, solide mais sans relief et le pôle de droite de Bercy, Le Maire / Darmanin. À l’assemblée, peu de députés sont sortis du rang. Il est généralement mal aisé de s’affirmer au cœur d’une majorité pléthorique mais dans ce quinquennat, nous avons atteint des niveaux stratosphériques.

Reste la figure du premier ministre. Et sa popularité qui confine quasiment à la doudou mania. On n’imagine pas Emmanuel Macron prendre le risque de sacrifier Edouard Philippe, sa pièce principale. Pourquoi le ferait-il ? Les Français l’apprécient momentanément et le sale boulot économique, ce sera forcément pour lui, et forcément moins porteur sur le plan de la popularité. On peut d’ores et déjà faire le pari que Macron va essorer Philippe, s’il l’accepte bien sûr, jusqu’à la fin du quinquennat.

Reste le dispositif politique de la reconquête. À droite toute puisque là se trouve le vivier ses électeurs potentiels. Un rappel salvateur pour tous ceux qui rêvent d’un tournant social. Emmanuel Macron a déjà tiré un trait sur sa gauche, persuadé qu’elle lui est acquise en cas de duel face à Marine Le Pen, ce en quoi il se trompe. Il va donc falloir séduire la droite libérale et la droite de Wauquiez. Il a déjà commencé avec ses appels et œillades à cet électorat : De Villiers et Zemmour, on attend donc le second volet de l’opération séduction droite économique, saupoudrée d’écologie. Ce sera avant le 14 Juillet. Et on peut déjà parier que s’illustrera à nouveau la merveilleuse phrase du Guépard de Lampedusa « Il faut que tout change pour que rien ne change ».

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.