Manifestion pour l'Hôpital du 14 novembre 2019 - Photo ©️ Daniel Perron

La crise du Covid-19 nous oblige.

La crise du Covid-19 nous oblige à prendre conscience de nos responsabilités, de nos vulnérabilités et à inventer les moyens de les dépasser. Nous avons tellement fragilisé notre système de santé publique que l’hôpital a du faire face à une pandémie sous-équipé, en manque criant de personnel, en tension inhumaine. Nous avons mis à mal la biodiversité et sa dégradation a été l’un des facteurs de l’apparition et de la transmission planétaire du Covid-19. Nous ne nous sommes, depuis des dizaines d’années, que peu souciés des solidarités intergénérationnelles et nous avons créé les conditions du drame épouvantable que constitue la mort solitaire de milliers de pensionnaires des Ehpad. Nous nous sommes résolus à laisser irrésolues les fractures économiques et sociales qui déchirent nos territoires, et la crise sanitaire a aussi été une crise de la faim pour des dizaines de milliers de personnes. Nous avons laissé la solidarité européenne se vider de sa consistance et nous ne pouvons désormais que regretter notre faible capacité à faire union face à une tragédie qui ne connaît pas les frontières.

La crise du Covid-19 nous oblige vis-à-vis de toutes les travailleuses et de tous les travailleurs qui ont été les piliers de notre quotidien confiné et de notre survie collective. Ce sont les travailleuses et les travailleurs de la santé, du soin et de l’attention aux autres, de la propreté, de l’alimentation, du transport, de la sécurité, de l’information. Ce sont aussi les travailleuses et les travailleurs de l’éducation, qui ont redoublé d’imagination et d’effort pour continuer à enseigner à distance des salles de classe, et ceux de la culture, dont l’inventivité n’a pas eu de limites pour alléger le poids des restrictions de liberté.

La crise du Covid-19 nous oblige vis-à-vis des femmes. De toutes les femmes, qui continuent à l’intérieur des foyers à assumer la plus grande part des tâches et qui sont à l’extérieur des foyers les premières à assurer les métiers du souci des autres. Des femmes victimes de violence, aussi, alors que le confinement a eu pour conséquence l’augmentation des violences domestiques et conjugales.

La crise du Covid-19 nous oblige, enfin, vis-à-vis de l’élan vital de solidarité qui s’est déployé partout dans le pays.

Comment devons-nous agir ? Sans idéologie et sans naïveté. Ce n’est pas de programme politique décliné en centaines de propositions dont la France a besoin. C’est de quelques principes partagés, clairs, ambitieux, guidant l’action publique et le vivre-ensemble. La Constituante de 1946 rédigea un préambule définissant dix-sept principes politiques, économiques et sociaux « particulièrement nécessaires à notre temps ». Dix-sept principes, bien loin des listes à la Prévert qui prévalent dans notre pays depuis des dizaines d’années. Dix-sept principes structurants, parmi lesquels l’égalité des droits entre les femmes et les hommes, le droit d’obtenir un emploi, le droit d’asile, la protection de la santé, l’égal accès à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. Il nous faut trouver une dynamique semblable à celle qui a prévalu à la rédaction et à l’adoption de ces principes. Les technologies actuelles nous permettront d’y associer l’ensemble des citoyennes et des citoyens.

Sortons de la facilité des inventaires où chacun prétend apporter une réponse à tout sans ne s’engager véritablement sur rien. Sortons de l’individualisme politique mortifère, qu’il prenne le visage de l’attentisme ou de la saturation médiatique. Mettons fin aux postures. Nous sommes collectivement capables de choisir les fondations d’une autre société. Construisons avec les Français un projet politique reposant sur un nombre limité de piliers : les principes politiques, économiques, écologiques et sociaux particulièrement nécessaires à notre temps. Le premier d’entre eux pourrait être celui-ci : chacun a le devoir d’être solidaire et le droit de bénéficier de l’attention des autres.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.