Seins nus à la plage, encore une liberté à défendre ? - Photo Vox Efx - Creative Commons (CC BY 2.0).
Seins nus à la plage, encore une liberté à défendre ? - Photo Vox Efx - Creative Commons (CC BY 2.0).

On me dira «Quel rapport avec la choucroute »  entre deux gendarmes qui demandent à des femmes de couvrir leurs seins nus sur une plage du Sud-Ouest et un préfet qui interdit le port du maillot du PSG à Marseille un soir de finale de Ligue des  champions ? Et bien il y a un dénominateur commun ; l’excès de zèle de l’autorité, voire le zeste d’autoritarisme. 

De quelle mission divine se sentent investis ces deux gendarmes pour exiger de femmes se baignant à topless se remettre le haut alors qu’aucun texte de loi ne les autorisent à faire cela ? Rappelons que la police et la gendarmerie sont les représentants de l’ordre et de la justice. Pas de lois imaginaires qui n’existent, en l’occurrence, que dans l’esprit chagrin de baigneurs dont les enfants auraient été choqués par des seins nus. Notons au passage la « folie » de cette famille en vacances qui prend soin d’appeler les gendarmes pour dénoncer, au lieu de discuter directement, et la « folie » des gendarmes qui savent parfaitement qu’il n’existe aucun fondement légal à leur démarche mais qui le font quand même ! 

Parlons aussi du zèle du préfet des Bouches du Rhône, qui se permet de prendre un arrêté dont il sait très bien qu’il n’est pas soutenable. Il aura fallu qu’Emmanuel Macron s’en mêle personnellement, depuis le Fort de Brégançon, pour que l’arrêté soit abrogé. On marche sur la tête!

Car ce zèle est destructeur. Alors que les complotistes et une partie de la droite extrême tentent d’accréditer l’idée que les masques obligatoires seraient le prélude à une perte progressive de nos libertés, alors que l’autorité est remise en cause dans bon nombre de situations de la vie quotidienne, sans parler des agressions les plus spectaculaires, ce zèle nourrit un peu plus encore la défiance, les théories saugrenues sur l’abolition des libertés et le rejet de la règle. 

Inventer des règles quand elles n’existent pas et les faire appliquer de manière arbitraire, comme c’est le cas sur cette plage de Sainte-Marie-la-Mer ou prendre des arrêtés totalement fantaisistes pour se couvrir en cas de malheur alors que, maillot du PSG ou pas, Marseille n’a pas échappé aux exactions d’après, voilà l’irresponsabilité. Sur la question des seins nus, elle relance le débat sur le corps des femmes, trop ou trop peu vêtu, alors qu’il ne s’agit , en fait , que d’une crise de puritanisme aigü de la part d’une mère de famille. Sur les maillots du PSG interdit, cette irresponsabilité souligne à nouveau l’incapacité, au-delà du déclaratif et des gadgets, de maintenir l’ordre de façon pragmatique lors de ces rassemblements. Tout cela envenime , un peu plus encore , le débat abrasif, certains tentant de faire le lien, forcément, avec l’Islam, le Burkini, la « racaille », j’en passe et des meilleures ! 

Trop de zèle ! Que chacun retrouve son équilibre dans la prise de décision sinon on ne va pas s’en sortir !
Les Français, secoués à nouveau par toutes les injonctions paradoxales de cette rentrée, rebond épidémique ou pas, masques en entreprise, à l’école, économie dévastée, pourraient finir par perdre patience.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.