Sibeth NDiaye au compte-rendu du Conseil des Ministres - Élysée - Capture Nos Lendemains.

Ça faisait longtemps qu’elle ne s’était pas illustrée. Cette fois Sibeth NDiaye s’en est pris directement aux maires affirmant que « certains auraient freiné pour la réouverture des classes en surinterpretant le protocole ». Les bras nous en tombent !

Le gouvernement n’a qu’à s’en prendre qu’à lui-même. Le protocole absurde c’est lui ! Rappelons la manière dont l’état s’est déchargé totalement sur les municipalités, ces maires qui ont déjà pallié l’incurie de l’administration centrale sur les masques, l’obsession d’ouvrir « plus vite que moi tu meurs » pour permettre aux parents de repartir travailler …. Tout cela, ce sont les consignes de Jean-Michel Blanquer, pas le choix des professeurs, des élèves, des parents qui ont subi les allers retours, la complexité des dates, des cartes rouge verte orange. Insupportable d’entendre désormais des membres du gouvernement suggérer qu’il y a eu de l’anti jeu. Un discours à mettre en parallèle avec les bonnes âmes qui commencent à nous expliquer que beaucoup de profs auraient confondu le confinement et les grandes vacances. Les professeurs ont travaillé et ont fait ce qu’ils pouvaient avec ce qu’ils avaient. C’est à dire, dans bien des cas, pas grand-chose. Les accuser aujourd’hui de ne pas avoir pu ramener, dans ces conditions bancales édictées par l’Éducation nationale, les décrocheurs, est une absurdité ! Comme si le déconfinement pouvait régler un problème qui perdure et s’aggrave depuis des années.

Commencez par balayer devant votre porte

Autre petite musique qui va crescendo depuis le début du déconfinement. L’État aurait été très, très, très généreux avec nous et nous devrions nous apprêter à rendre sans barguigner. Comprendre : ce chômage partiel a coûté une fortune. L’État s’est endetté pour vous. À vous de rendre désormais avec des baisses de salaires, des vacances rabotées et autres RTT offertes aux soignants.

Un discours culpabilisant qui n’est pas acceptable. Personne ne s’est enrichi pendant le confinement, hormis une poignée de milliardaires, et surtout pas les salariés. En chômage partiel, ils ont perdu 16% de leurs salaires. Sur des petites payes, ça fait beaucoup. Et même si les Français ne se sont pas offert les extras, comme le restaurant (pour ceux qui le peuvent), l’essence ou les vêtements, ils ont dépensé plus d’argent pour les repas à la maison, sans cantine (avantageuse sur le plan financier) , et sans aucune baisse des charges fixes : loyer, électricité, téléphone, gaz.

Ensuite, ceux qui étaient en télétravail vous le diront : dans leur majorité, ils ont beaucoup plus travaillé que dans des horaires cadres de bureau. Rallongeant 1 h par ci, 1/4 d’heure par la, tout cela sans aucun frais supplémentaire pour l’entreprise.

 Sans parler évidemment des sociétés qui ont abusé du chômage partiel en rognant les salaires d’employés qui ont fait le même nombre d’heure.

Et, rappelons que l’argent distribué par l’État est notre argent, celui de nos impôts. Il n’y a pas d’argent magique, certes mais il n’y a pas une cassette privée appartenant au gouvernement dans lequel il aurait pioché pour nous sauver.

C’est notre argent, le fruit de nos efforts, de nos impôts qui a été utilisé pour nous soutenir dans un moment difficile.

Inacceptable culpabilisation sur les magistrats, les postiers etc, etc. Commencez d’abord à faire le ménage dans votre administration centrale, tous les bureaux B, C Z qui ont traîné, freiné sur les masques, les tests et le ehpad.

Inutile de se gargariser de « les Français ont été formidables, disciplinés, les soignants sont des héros, les premiers de corvées indispensables sont exceptionnels » pour sortir le bâton et travailler l’opinion avec cette culpabilité qui va de pair avec la terreur dans laquelle nous avons baigné pendant 3 mois.

Stop !

Non seulement les Français ne sont pas des enfants gâtés mais ne sont pas des enfants tout court.

Ils peuvent entendre qu’il faudra faire des efforts, au cas par cas, ils peuvent comprendre que certaines primes seront sucrées mais de grâce, épargnez-nous ce discours qui ressemble à tout ce que Emmanuel Macron met en œuvre depuis 3 ans … mais en pire.

Autrement dit, le monde d’après sera ce que nous en ferons. Par la création d’un véritable rapport de force politique et social. Car rien ne sera acquis sur un tapis de rose. Tout devra se gagner aux forceps. Malheureusement.


Lire aussi :
Déconfinement : l’insoutenable légèreté de Jean-Michel Blanquer

Écoles et collèges : en finir avec l’absurde protocole sanitaire de Jean-Michel Blanquer !

Un déconfinement scolaire raté …

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 3 commentaires

  1. Alain Grenier

    s NDIAYE a la regarder et écouter, qu elle aime et respecte la France et les Francais, j ‘en doute , aucune empathie le premier ministre est élu, maire du havre (qu’il se rassure, la France n’ira pas mieux même sans lui) et si il démissionne ,le gouvernement disparait et peut être ne la reverrons nous plus a ce poste, quelle joie.

  2. FRAPPAT Martine

    On a rarement eu une nana aussi con que beth au gouvernement .Ça serait de la provoc, effectivement, ce serait réussi,mais le pire c’est qu’elle croit ce qu’elle balance.Enfin, peut être que je suis raciste?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.