Antoine Maurice, candidat de la liste Archipel Citoyen à Toulouse - capture vidéo.
Antoine Maurice, candidat de la liste Archipel Citoyen à Toulouse - capture vidéo.

Chaud patate à Toulouse, où les finalistes de l’élection municipale sont à touche-touche selon les derniers sondages. D’un coté, un vieux routier de la politique, LR teinté de LREM, Jean-Luc Moudenc, maire de la ville, de l’autre un novice qui a fait ses preuves au 1er tour, écologiste classique, Antoine Maurice, leader de la liste Archipel Citoyen. Deux horizons et perspectives diamétralement opposés pour la quatrième ville de France. Avec 38% des voix, le candidat et maire sortant de la droite s’est fragilisé, tandis que le représentant l’écologie ouverte aux gauches a surpris son monde en atteignant 28% des voix…

Comme un goût de gauche plurielle

Pourtant, rien n’est joué au pays des Zebda ! Pour s’en convaincre, il suffit de se pencher sur les sondages, comme on se pencherait sur les oracles. Et qu’y voit-on ? Un match serré, entre Moudenc et Maurice. Une espèce d’anormalité électorale, puisqu’ici la théorie de la prime au sortant n’opère pas. Dès le mois de mai, un sondage Ifop donnait la liste Archipel Citoyen à 52% au second tour, obligeant le candidat de la droite à sortir de sa campagne endormie. Bis repetita en juin, où un sondage de BVA accorde à nouveau la victoire à Antoine Maurice. Certes, mais dans un mouchoir de poche, à 51%. Et ce jeudi matin , un sondage IFOP Sud Radio maintient encore plus le suspens : Antoine Maurice est crédité de 50,5 % et Jean Luc Moudenc de 49,5 % !

Un maire écologiste au pays d’Airbus ?

À partir de cette situation d’incertitude, chacun des camps a fourbi ses armes, en présentant ses divisions de soutiens. Coté Jean-Luc Moudenc, une liste de 150 personnalités… Dont la quasi-totalité du Stade Toulousain, et un Guy Novès historiquement fidèle à la droite locale. Pour répondre à cette offensive médiatique, Antoine Maurice a opté pour une proposition plus populaire, en affichant les 1000 Toulousains supporters de sa liste. Au final, des initiatives inopérantes, tant ici seule la dynamique créera la victoire… Sauf si la ville, tout d’un coup, prend peur de la totale inconnue que représenterait une gestion écologique au pays d’Airbus.

Autre Talon d’Achille pour Antoine Maurice, la position ambigüe de Nadia Pellefigue, candidate socialiste arrivée troisième au 1er tour, et qui, tout en se désistant pour l’écologiste, n’est pas parvenue à trouver un accord de gouvernance locale avec la liste Archipel Citoyen. Pire encore, le deuxième de sa liste a carrément rejoint le camp Moudenc. Reste que le pont gagnant, certes fragile, demeure dans le camp de Maurice qui sévit dans toute la ville dans l’espoir de rameuter l’électeur toulousain. Une stratégie payante qui a fait sa force au 1er tour des municipales à Toulouse.

À quelques jours du second tour, les dès sont joués. Quelle perspective pour la ville rose ? De rose passera-t-elle au vert ? Dans tous les cas, chacun retient son souffle. À la continuité paisible de Jean-Luc Moudenc, les électeurs préfèreront-ils l’ambition social-écologiste à la Anne Hidalgo à Paris ? Au vu des derniers sondages le doute persiste… Surtout du coté des sortants.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.