Capture Nos Lendemains - Convention Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale, le 7 mai 2022 à Aubervilliers.

« Bolchéviques » , « fascistes de gauche » ,  « rouge-bruns », « islamogauchistes » ou encore , les variantes plus recherchées  « vendre son âme au diable » , « se  soumettre ». « perdre son âme » ! 

Voilà  quelques unes des antiennes , ou plutôt des  insultes , qui fusent depuis le 25 avril au matin. 

Au début ,  mezzo voce et ricanantes car personne ne pariait un kopek sur la capacité de la gauche à s’unir et celle de Jean-Luc Mélenchon à rester rond plutôt que tempétueux, ouvert plutôt que radical, sage plutôt que passionnel . 

Puis, les premiers accords ont été passés, avec EELV, Génération.s, le PCF, et, en feu d’artifice final, avec le PS, accord dont la portée symbolique est inversement proportionnelle à sa valeur électorale de 1,75 % à la présidentielle. 

Ils l’ont fait, et c’est historique. Au plan national, ça n’est que la 4ieme fois que la gauche s’unit : en 1936, en 1972 ( et la victoire en suivant de 1981), en 1997  et en 2022. Ils l’ont fait et depuis, c’est le déferlement verbal avec les charges les plus violentes qui viennent de la gauche. Que  ce soit Bernard Cazeneuve qui dénonce urbi et orbi la violence de LFI, Julien Dray qui se répand en diatribes sur tous les tons et les plateaux , Jean-Christophe Cambadélis, ou Stéphane Le Foll et même José Bové, l’homme qui jadis, cassa le MacDo de Millau, et qui croit utile de signer une tribune avec  Daniel Cohn-Bendit sur les écologistes qui auraient perdu leur âme européenne en paraphant cette union. On se pince pour le croire. Inutile de faire la liste des éditos rabiques, tant ils fulminent, sans grand argument hormis la détestation viscérale de Jean-Luc Mélenchon. Dans un tel contexte qui confine à la haine, et montre aussi une faiblesse infantile qu’on appelle la jalousie, les attaques de Renaissance ou du RN sembleraient presque dérisoires. 

Face à cette foire à celui qui dira le plus de mal, l’union de la gauche a choisi la meilleure stratégie : ne pas répondre et aller son chemin. Ne pas donner corps à ce tir d’orgues de Staline et poursuivre une campagne, sous-traitée médiatiquement et qui est menacée par l’adversaire numéro 1 : l’abstention. 

Ne pas répondre, garder la tête froide, voilà la bonne attitude car la gauche est en position, si ce n’est de victoire, en tout cas d’une performance hors du commun, inimaginable il y a peine 1 mois. 

Et si cette union historique a pu naître, c’est évidemment grâce à l’intelligence politique des négociateurs. Mais l’espoir a pu renaître grâce à la personnalité hors normes de Jean Luc Mélenchon, qui a signé une très belle campagne et n’est pas retombé dans ses travers de 2017. 

Il avait boudé et s’était recroquevillé sur son score. Cette fois, il a savouré sa performance et a décidé de la transformer en levier pour créer un nouveau rapport de force. En 2017, Emmanuel Macron avait fait œuvre de disruption. En 2022, c’est Mélenchon qui l’a fait, surprenant le petit monde politique et médiatique qui semble en rester comme deux ronds de flan. 

Le chemin est long jusqu’au 1er tour de ces législatives et la vague « Tout sauf Mélenchon » va encore enfler, comme à chaque fois que la gauche s’unit et semble créer une panique générale dans ce qu’on pourrait appeler l’ordre établi. 

Les éléphants vont barrir encore plus fort, notamment le « primus inter pares » , François Hollande, qui se tait mais ça ne durera pas. 

On les comprend. Pendant  des années, l’électorat de gauche n’a plus ressenti cet élan de l’union qui fait les grandes victoires. On disait la gauche morte et enterrée. Et voilà l’un de ses enfants les plus rebelles qui la relève. Ils voyaient déjà le chemin, la succession de Macron ouverte pour 2027 et la constitution d’une force de centre gauche, ce rose pâle qui nous a tant coûté. Ils n’ont pas saisi la soif de retour aux fondamentaux de la gauche, c’est à dire la justice sociale, climatique et le progrès pour tous. Ils ont mal lu l’époque. Aujourd’hui, ils se retrouvent esseulés, entre une majorité qui n‘a pas besoin d’eux et un train de gauche qui file à grande vitesse vers un nouvel  équilibre des forces politiques. Et plutôt que de taper sur l’extrême droite, pour laquelle 13 millions de français ont voté, ils font le mauvais choix : rester sur le quai et ruminer toute la journée en marchant vers le cimetière des idéaux perdus. 

Oui, il va falloir s’accrocher, avoir le cœur léger et joyeux pour supporter tout ce qui va se déverser pendant 5 semaines. On réanime même Pascal Bruckner, c’est dire. On fait même parler les morts, André Gluksmann, en l’occurrence, pour dire à son fils, Raphael, à quel point il devrait avoir honte de soutenir l’union. On connaît bien ces procédés, ils bénéficient tous à un seul homme : Emmanuel Macron. Plus que jamais, c’est donc le moment de changer l’histoire qu’ils voudraient voir déjà écrite.  

C’est ici et maintenant ! 

Capture Nos Lendemains – Convention Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale, le 7 mai 2022 à Aubervilliers.

Partagez cet article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Nos dernières publications :

Cet article a 2 commentaires

  1. Emma

    Très bel article. C’est vrai sans doute qu’il y a de la jalousie envers Mélenchon mais pas que. La dernière fois qu’il y a eu ce déchaînement de haine c’était pendant les gilets jaunes. Ils montrent les dents à chaque fois qu’ils sentent leurs privilèges menacés.

  2. Emma

    MPL était en vacances. Tous les bavards de plateau étaient en deuil.
    Joie sur le plateau des informés de france info enfin elle réapparaît. Et devinez pour faire quoi ? S’opposer à Macron, mais non voyons… pour s’opposer à Mélenchon et à la NUPES.. le pied intégral… l’Alliance des Nantis Antisociale Libérale (l’ANAL) exulte.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.